Des enfants qu’on maltraite

Lecture : Matthieu 18/6

Le 26 septembre, c’est la journée mondiale contre la maltraitance des enfants. Vous et moi adhérons dans la foi à cette convocation humaine. Nous prions pour les enfants de ce monde. La maltraitance prend tellement de formes aujourd’hui, enlèvement, vente d’organes, esclavage, meurtre, abandon, crime sexuel, pédophilie, adoption d’enfants par des couples homosexuels. Ce qui précipite les enfants dans des souffrances et des déséquilibres dont personne ne peut encore mesurer les terribles effets ! Et puis que dire de ces parents qui laissent leurs petits face à des programmes pornographiques ? Même notre société permissive s’en émeut !

Les enfants sont en grand danger. Plus que jamais, nous qui avons le privilège de la foi et de la prière, mettons ces enfants à l’abri de ce pauvre monde et de sa mentalité pervertie. Plaçons-les, par la foi, au bénéfice du sang précieux de Jésus et puis prenons nos responsabilités de parents en nous occupant de leur salut, mais aussi de leur vie morale, affective. Veillons sur eux ! Ne soyons surtout pas de ceux qui « scandalisent » les petits que le Seigneur nous a confiés !

À l’image de Ritspa (2 Samuel 21/10), faisons ce que nous pouvons pour nos enfants, protégeons-les autant que nous pouvons « des oiseaux du ciel et des bêtes des champs », spirituellement et moralement, s’entend ! Mais sachons bien que cela ne suffira jamais et qu’il nous faudra, cette fois à l’image de Joscheba (2 Rois 11/2), les « dérober aux regards » des « Athalie » modernes et ce par la foi en Jésus-Christ. Nous ne pouvons pas suivre nos enfants partout, mais la bonne main de Dieu sera avec eux, là où nous ne pourrons jamais être.

Pour faire reculer la maltraitance des enfants dans ce monde, deux pôles s’offrent à nous, celui de la responsabilité parentale et celui, complémentaire et indispensable, de la foi en Jésus-Christ !

S.F

0 commentaires

Sur le même thème :

Une conscience éclairée par le Saint-Esprit

Une conscience éclairée par le Saint-Esprit

La conscience est donc cette voix intérieure, ce sentiment qui s’impose à nous, cette pensée qui juge nos actions, oriente nos choix, cette conviction qui nous dicte notre devoir.

Elle avait remis a plus tard

Elle avait remis a plus tard

Aujourd’hui, si tu entends sa voix, n’endurcis pas ton cœur, ouvre-le lui bien vite, c’est pour toi le bonheur éternel, car demain que t’apportera-t-il ?

La foi d’Habakuk

La foi d’Habakuk

Il est heureux, le peuple qui marche par la foi, qu vit sa foi, qui met sa foi en action et qui voit les fruits de sa foi se manifester en leur temps.

Pin It on Pinterest