Lecture : Proverbes 15/13

Si la Bible mentionne la joie à plusieurs reprises, elle parle aussi de la tristesse et de ses conséquences.

La Bible dit :

« Un cœur joyeux est un bon remède, mais un esprit abattu dessèche les os  (Proverbes 17/22) ».

Il y a des choses dont nous ne pouvons pas nous réjouir, et cela est normal. La Bible dit :

« Pleurez avec ceux qui pleurent (Romains 12/15) ».

Un chrétien n’est pas un insensible, enfermé dans « son monde » mais, à la ressemblance de Jésus, il est ému de compassion. Les sources de tristesse ne sont pas toutes les mêmes :

• Celle du jeune homme riche était la conséquence de son refus de la grâce. Ce jeune homme aurait pu goûter à la joie du salut, mais il ne l’a pas voulu. Il ne lui reste que la tristesse.

• Celle de la veuve de Naïn, légitime et justifiée, était une tristesse inévitable, que seul Jésus était capable d’effacer. Il peut intervenir pour nous qui souffrons. Attendons-nous à lui en ce jour si nous passons par quelque chagrin. Il changera le mal en bien.

• Il y a aussi celle qui est due à l’insatisfaction, à l’exemple du roi Achab qui, n’arrivant pas à bout de ses mauvais desseins, se réfugia dans le mécontentement. Un bon comportement aurait été salutaire pour sa vie intérieure.

Faire et rechercher ce qui est bien peut contribuer à notre joie dans le Seigneur. Alors que le contraire conduit là !

Nous ne pourrons pas toujours éviter certaines situations attristantes, mais nous pouvons, dans la foi, les remettre au Seigneur qui est bon, fidèle et tout-puissant.

Dominique ROSAY