Agneau de Dieu, agneau du diable

Je voudrais vous parler d’une prophétie qui se trouve dans l’Apocalypse, écrite par l’apôtre Jean qui a été en camp de concentration sur l’île de Patmos à cause de sa foi. Voilà comment il commence ce livre :

« Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à Ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’Il a fait connaître, par l’envoi de Son ange, à Son serviteur Jean, lequel a attesté la Parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ, tout ce qu’il a vu. Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche. »

Il y a beaucoup de choses, dans l’Apocalypse, qui sont très intéressantes, qui dépassent de loin les prophéties de Nostradamus qui sont très vagues, très floues. La Bible est très claire, et voici ce que l’apôtre Jean voit, à un moment donné, dans le ciel. Il est transporté, et il dit dans Apocalypse, chapitre 5 et les versets 1 à 9 :

« Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux.
Et je vis un ange puissant, qui criait d’une voix forte : Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en rompre les sceaux ?
Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder.
Et je pleurai beaucoup de ce que personne ne fut trouvé digne d’ouvrir le livre ni de le regarder.
Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.
Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre.
Il vint, et il prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône.
Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints.
Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. »

Voilà ce que l’apôtre Jean voit. Tout d’abord, il est question du lion de la tribu de Juda qui a vaincu. Il faut vraiment être un lion pour vaincre le diable. Et l’apôtre Jean voit tout d’un coup le lion transformé en agneau. C’est cela qui est formidable avec Dieu.

C’est un agneau qui a vaincu le dragon. La puissance de Dieu n’est pas la puissance atomique, Dieu n’a pas la puissance destructrice pour remporter la victoire, mais c’est la puissance de l’humilité, la puissance de l’amour, la puissance d’un agneau qui donne Sa vie innocente en sacrifice pour sauver les pécheurs. L’Agneau qui a vaincu, oui, Jésus de Nazareth. Regardez-Le devant Pilate quand Il est accusé par les sacrificateurs, par la religion officielle de ce temps-là.
Regardez-Le devant les grands :

« Es-Tu le roi des Juifs ? Est-ce vrai ce qu’ils disent de Toi ? »

Regardez comment Il répond. Lisez-le dans l’évangile de Jean, c’est formidable. Oui, Jésus a vraiment donné Sa vie comme un Agneau pour nous sauver. Sans le sacrifice de l’Agneau, nous étions tous perdus car aucun homme ne peut entrer dans l’éternité avec seulement une tache sur sa robe. Une seule tâche, un seul péché suffit pour nous empêcher d’entrer dans le ciel. C’est pourquoi il fallait que l’Agneau donne Son sang pour nous laver, pour nous purifier, et nous revêtir de Sa justice. C’est par Lui que nous sommes sauvés.

Ami qui m’écoutes, tu es perdu, tu es pécheur comme tous les hommes, comme moi, et sans le Sauveur, tu es perdu. Reconnais ton péché, et laisse-toi vaincre par l’Amour, laisse-toi vaincre par l’Agneau. Celui qui se laisse vaincre par l’Amour de Dieu devient vainqueur et maître de sa vie.
L’apôtre Jean nous parle aussi d’un autre agneau qui se trouve dans l’Apocalypse. Cet agneau-là, c’est l’imitation de l’Agneau de Dieu. Le diable imite toujours ce que Dieu fait. C’est dans l’Apocalypse, au chapitre 13, verset 11 que je lis ce texte :

« Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon.

Elle exerçait toute l’autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. »
Il y a ici une prophétie, ce qui doit arriver. Il va y avoir un homme qui sera l’imitation de Jésus-Christ, cet homme est appelé la « bête ». Et l’agneau du diable sera un homme, certainement religieux, qui ressemblera à l’Agneau de Dieu. Il aura deux cornes comme l’Agneau de Dieu, mais parlera comme le dragon, c’est-à-dire que ses paroles et sa doctrine sont fausses. Et les fausses religions, les fausses sectes pullulent aujourd’hui. On sent déjà cet esprit derrière toutes ces choses.

Malheureusement, ceux qui ne veulent pas croire au véritable Agneau croiront au faux. Le faux agneau va réussir à unir toutes les religions, et le monde entier va adorer le faux christ. Ils vont croire qu’il est le Christ, même Israël sera séduit pendant un temps. Ces prophéties sont là, le monde entier admirera la bête et son image, et l’adorera. Mais voilà, ce gourou extraordinaire qui fera des miracles comme aucun homme n’en aura jamais fait, et qui séduira toute la terre, va conduire, finalement, l’humanité dans la destruction.

Vous qui me lisez, ne vous laissez pas séduire. La meilleure façon de résister au mensonge, de résister à l’illusion, à la tromperie de l’adversaire, le grand illusionniste, c’est de croire à la vérité, et Jésus a dit :

« Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par Moi. »

Vous ne pouvez pas vous tromper en allant vers le Christ. Il a dit :

« Venez à Moi vous tous qui êtes fatigués et chargés, Je vous donnerai du repos. »

Toi qui cherches un but à ta vie, qui sens très bien au fond de toi-même qu’il y a autre chose que le matérialisme, qu’il y a autre chose que cette vie terrestre, tourne-toi vers Lui, crois en Lui. Il t’aime, Il te connaît par ton nom. Il a donné Sa vie pour toi sur la Croix. Quand Il est mort, l’Agneau de Dieu, il y avait deux brigands, un à droite, un à gauche, et l’un des deux s’est tourné vers Lui, et lui a dit :

« Souviens-toi de moi quand Tu viendras dans Ton règne. » Jésus lui a dit : « Aujourd’hui, tu seras avec Moi dans le paradis. »

Que Dieu vous bénisse !

Gilbert RINGENBACH

0 commentaires

Sur le même thème :

La transcendance

La transcendance

La transcendance est un concept essentiel dans la théologie biblique, elle se réfère à l’aspect de Dieu qui le situe au-delà et indépendamment du monde matériel et des lois naturelles.

Pin It on Pinterest