Lecture : Michée 7/7

Le regard peut être hautain, curieux, paisible, provocateur, profond, superficiel, pétillant ou éteint… Il reflète, en quelque sorte, notre état d’âme, et selon l’orientation prise, il indique souvent là où nous en sommes avec le Seigneur.

 • Regards jetés en arrière
Souvenez-vous de la femme de Lot, car « quiconque […] regarde en arrière n’est pas propre au royaume de Dieu (Luc 9/62) ». Le regard d’envie sur les choses anciennes délaissées mais non abandonnées est un regard mortel qui nous place sous la coupe d’un jugement.

 • Regards sur les contraintes extérieures
Bien sûr, il ne s’agit pas d’ignorer ces contraintes, comme l’autruche enfouirait sa tête dans le sable ! Cependant, si nous focalisons toute notre attention sur elles et détournons notre confiance de Jésus, nous risquons fort de sombrer, comme Pierre au milieu des flots agités. La foi est un regard porté sur l’invisible. C’est ainsi que Moïse tint ferme (Hébreux 11/26-27). Devant les menaces, que notre prière soit celle d’Élisée à l’attention de son serviteur (2 Rois 6/17).

 • Regards sur soi-même
Il existe deux façons de poser les yeux sur soi :
– Le regard égoïste, rempli d’une auto-satisfaction qui conduit à notre perte ;
– Le regard honnête d’un examen personnel devant le Seigneur. À l’entrée d’un bureau d’embauche aux Etats-Unis, un grand miroir portait cette mention : « Engageriez-vous cette personne ? » La Parole de Dieu est ce miroir indiquant ce que nous sommes réellement (Jacques 1/22-24).

 • Regards posés sur Jésus…
C’est un regard vif, éveillé, plein de joie et d’espérance (Jean 14/19) !

… pour avoir le regard de Jésus
Un regard de compassion sincère (Matthieu 9/36) pour ceux dont nous croisons chaque jour le regard.

Pierre DREVON