Que faîtes-vous d’extraordinaire ?

Lecture : Matthieu 5/43 à 48

Un soir, un petit garçon faisait sa prière et disait : « Mon Dieu, bénis tous les habitants de la terre, sauf la maîtresse qui m’a tiré les oreilles l’autre jour, l’épicier qui vend des épinards (et je n’aime pas les épinards) et l’inventeur du savon. » Cette prière enfantine nous fait sourire, certes, mais elle illustre, à bien des égards, certaines de nos attitudes. À travers notre texte, Jésus enseigne que notre amour et notre intercession ne doivent pas connaître de frontières : ceux que l’on aime d’un côté, et ceux que l’on n’aime pas. Cela reviendrait à agir comme les païens, ajoute-t-il. Or, le Seigneur s’attend à ce que ses disciples fassent mieux que les incrédules.

« Si vous aimez seulement ceux qui vous aiment, vous ne faites pas mieux que les incroyants ; que faites-vous d’extraordinaire ? »

Cette parole de Jésus invite les chrétiens à adopter une attitude « extra-ordinaire », expression qui signifie littéralement « qui sort de l’ordinaire ». Agir comme à l’ordinaire revient à ne pas se démarquer de l’attitude commune à tous les païens. N’est-ce pas à cette condition-là que les chrétiens deviennent véritablement « le sel de la terre et la lumière du monde » ? C’est en se fondant trop dans les attitudes ordinaires et habituelles du monde que l’ambassadeur de l’Évangile perd sa saveur. Veillons à ce que la démarcation entre le charnel et le spirituel soit bien marquée, tout autant qu’elle l’est entre le ciel et la terre.

Cependant, nous ne sommes pas des extra-terrestres agissant dans ce monde d’une manière incohérente, insensée et irresponsable, loin s’en faut ! Tout en étant conscient des réalités parfois tranchantes de la vie quotidienne, le chrétien apporte néanmoins le plus qui vient du ciel, la douceur au lieu de la dureté, le pardon et non la rancune, la paix et non les querelles, la réconciliation et non la division, la joie et non la morosité, la sainteté et non la souillure. Notre comportement … ordinaire, ou « extra-ordinaire » ?

Daniel BODOLEC

 

0 commentaires

Sur le même thème :

La querelle des outils

La querelle des outils

Prenons bien soin de ne pas nous plaindre les uns des autres en trouvant des défauts à un quelconque outil de Dieu.

Ce n’est pas par des oeuvres…

Ce n’est pas par des oeuvres…

La Parole de Dieu plus sûre que l’eau, ne te demande pas de te fier à tes sentiments mais de te laisser porter par elle et c’est ce qui te conduira vers la paix de Dieu

A chacun son dû !

A chacun son dû !

A chacun son dû ! Que devons-nous rendre à Dieu ? Lui qui, sans arrière–pensée, sans égoïsme, sans intérêt, sans calcul, uniquement par amour et grâce, a débloqué notre situation perdue et sauvé notre âme de l’enfer, faisant don de Jésus, son Fils unique à la croix !

Pin It on Pinterest