Les guerres de David !

« De David. Béni soit l’Eternel, mon rocher, Qui exerce mes mains au combat, Mes doigts à la bataille.. » Psaume 144:1

Ce chef militaire laissait à Dieu l’occasion d’influencer sa vie et de choisir les combats qui seraient les siens. Il avait raison, faisons-en autant.

– La guerre où David aurait mieux fait d’aller (2 Samuel 11:1) : Quel dommage que ce jour-là, dans cette période-là, David n’ait pas laissé au Seigneur l’occasion de lui indiquer sa volonté parfaite ! Il y a des périodes où nous avons, à tort, l’impression de pouvoir diriger seul notre vie. Funeste erreur !

– (1 Samuel 29:4-5) : La guerre où il ne devait pas aller. Qu’aurait-il fait là, à combattre son peuple, à s’allier avec les ennemis ancestraux ? Il y a des combats dans ce monde où les chrétiens authentiques n’ont rien à faire.

– Dieu savait pourquoi il ne devait pas aller à ce qui précède, parce que 1 Samuel 30:1-2 nous parle d’une guerre imprévue, dure comme tous les combats. C’est là que Dieu va le mener à la victoire sur l’adversité imprévisible. Heureusement que son Seigneur conduisait sa vie, sinon David se serait trompé de guerre !

– La guerre trop personnelle où l’on ne voulut pas de David (2 Samuel 18:2-3) : Ne nous trompons jamais de combat : il y a des conflits où nous n’avons rien à faire, parce que trop concernés. Et puis tout roi qu’il était, il savait reconnaître la voix de Dieu au travers des conseils des autres.

– Enfin la guerre où David aurait mieux fait de ne pas aller (2 Samuel 21:15-17) : Fatigué, un géant va tâcher de le tuer et manquera son coup de si peu. La fatigue spirituelle, l’épuisement moral et même la lassitude physique nous invitent à la sagesse et au vrai repos qui est en Jésus. Laissons-le combattre pour nous, il le fait si bien !

 

0 commentaires

Sur le même thème :

Bien plus, il est ressuscité !

Bien plus, il est ressuscité !

Pourquoi pleures-tu, Marie de Magdala, de si bon matin dans ce jardin près des tombes ? Christ est mort. Je ne sais où il est. Pourquoi pleurez-vous, disciples de Jésus ?

Ma Pâque !

Ma Pâque !

Celui qui offre souhaite faire un hommage et non en tirer un avantage personnel, à l’exemple de Jésus ! La Pâque spirituelle, c’est cela.

Comme des petits enfants

Comme des petits enfants

C’est une chose difficile que de revenir à une mentalité et à une spontanéité de pe­tit enfant quand on est devenu un adulte. Mais sous certains aspects et en particu­lier celui de la foi, l’histoire de Sarah de­vrait nous inspirer.

Pin It on Pinterest