La ruse de Saul

« Il se disait: Je la lui donnerai, afin qu’elle soit un piège pour lui, et qu’il tombe sous la main des Philistins. Et Saül dit à David pour la seconde fois: Tu vas aujourd’hui devenir mon gendre. » 1 Samuel 18:21

Lecture complète : 1 Samuel 18:17 à 30

On pourrait parler de subtilité à faire le mal chez cet homme déchu. Relisez le verset 20 de ce chapitre et vous le découvrirez en train de projeter de donner sa fille à David, afin qu’elle soit un piège pour lui. Avouons que cet homme était sérieusement compliqué !

Pour tromper celui qu’il considère à tort comme son ennemi, il est prêt à sacrifier l’avenir sentimental d’une de ses filles. Quelle folie ! Écoutons-le parler avec ruse au jeune héros d’Israël :

 « Tu vas devenir le gendre du roi » ;

quelle fierté, quel honneur ! Mais tout ceci cache un piège. On retrouve, curieusement, la même tactique que les Philistins (les ennemis du peuple d’Israël) avaient utilisée contre Samson.

Comme nos sentiments peuvent nous jouer de mauvais tours ! Prudence avec eux, apprenons à garder notre cœur plus que toute autre chose (Proverbes 4:23).

David va réagir en homme spirituel, il ne va pas tomber dans ce piège et va répondre avec humilité à Saul : « Qu’est-ce que ma vie, qui suis-je moi et la maison de mon père ? ».

Il ne ressent pas d’orgueil particulier, il connaît trop le prix de l’humilité pour tomber dans ce panneau-là ! Il ne s’emballe pas, il reste le même face aux honneurs qu’on lui offre. Il n’est pas impressionné et il a bien raison quand on sait ce que cela cache.

Malgré tout, il y a Mical ; elle l’aime sincèrement. Comment Saul a-t-il pu en arriver là ? Lui, le garçon humble du départ, est devenu un monstre d’orgueil, froid, calculateur, manipulant les autres sans vergogne. Il n’y a rien de pire qu’un homme déchu, c’est pire qu’un pécheur qui ne connaît pas Dieu.

L’orgueil l’a entraîné là. L’humilité va garder David de bien des erreurs. Apprenons de Dieu cette humilité du cœur. Elle précède toujours la gloire et nous préserve du malheur et de la déchéance spirituelle.

 

0 commentaires

Sur le même thème :

Christianisme et religiosité

Christianisme et religiosité

« Le christianisme, c’est tout autre chose qu’une religion, c’est une rencontre déterminante avec Dieu, par la foi en Jésus-Christ » écrivait un pasteur.

Bien plus, il est ressuscité !

Bien plus, il est ressuscité !

Pourquoi pleures-tu, Marie de Magdala, de si bon matin dans ce jardin près des tombes ? Christ est mort. Je ne sais où il est. Pourquoi pleurez-vous, disciples de Jésus ?

Ma Pâque !

Ma Pâque !

Celui qui offre souhaite faire un hommage et non en tirer un avantage personnel, à l’exemple de Jésus ! La Pâque spirituelle, c’est cela.

Pin It on Pinterest