Un enfant dans la perdition éternelle ?

Lecture : Matthieu 18:11-14

Est-il possible qu’un enfant aille à la perdition éternelle ? Bonne question, mais il faut une réponse précise. Jésus est clair en disant :

« Ce n’est pas la volonté de votre Père qui est dans les cieux qu’il se perde un seul de ces petits ! »

Jésus affirme que les enfants peuvent être perdus, mais Dieu ne le veut pas.

Un enfant vit dans l’innocence jusqu’à un certain âge, se situant entre quatre et cinq ans. Il devient alors conscient du mal ou du bien qu’il fait.

« (…) Jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien (Esaïe 7:14-15) ».

Il y a donc, selon l’Ecriture, un âge où l’enfant acquiert la faculté de faire un choix entre le bien et le mal. Si Jésus, l’ami des enfants, lui est présenté clairement, il est capable de choisir et d’aimer Jésus.

Ce qui veut dire que les parents doivent enseigner l’enfant sur la personne de Jésus et l’amener à faire le bon choix.

Lisons ainsi le verset :

« Car Dieu a tant aimé les enfants qu’il a donné son Fils unique, afin que si les enfants croient en lui, les enfants ne périssent pas, mais qu’ils aient la vie éternelle (Jean 3:16) ».

Les enfants dans leur simplicité, n’ont pas de mal à croire en Jésus. Leur cœur est un terrain favorable. Mais il faut leur présenter Dieu non comme le père Fouettard qui, sans cesse, punit la moindre faute de l’enfant, mais comme un Père qui aime, qui écoute la prière, qui bénit et qui a aimé l’enfant si fort, qu’il a donné Jésus, souffrant la mort sur la croix pour le sauver de la perdition éternelle et lui donner accès au ciel.

Voilà donc une réponse claire à notre question.

0 commentaires

Sur le même thème :

Ivresse !

Ivresse !

Non à l’ivresse de vin ; oui à « l’ivresse spirituelle » qui consiste à être rempli du Saint-Esprit. Ce que Dieu demande, ce sont des adorateurs en esprit et en vérité.

Différence !

On peut se poser la question de savoir où est la différence entre le chrétien et le non-croyant, car tous deux vivent dans un monde corrompu ! Dieu sait faire la différence, aujourd’hui encore, comme il a su la faire entre Israël et les Égyptiens.

Il en manque une !

Il en manque une !

Le berger compte ses brebis et ce soir-là, « il en manque une » ! Comme tout bon berger qui se respecte, il doit, au lieu de se reposer légitimement, aller à la recherche de celle qui s’est égarée, elle est en grand danger dans la nuit !

Pin It on Pinterest