L’intimité avec Dieu

Lecture : Le Livre d’Exode

Que représente le mot « prière » ? Une parole que l’on adresse à Dieu ? Pour certains, une récitation ; pour d’autres, le cri du cœur, ou encore un cri de désespoir…

Dans tous les cas, c’est, aux yeux de beaucoup de gens, un monologue. Combien est différente cette description de la prière : « L’Éternel parlait avec Moïse face à face, comme un homme parle à son ami. Puis, Moïse retournait au camp, Mais son jeune serviteur, Josué, fils de Nun, ne sortait pas du milieu de la tente. » Il ne nous est même pas parlé de la prière de Moïse : c’est normal : il parlait à Dieu et Dieu était là, et il lui parlait. Non pas avec la solennité majestueuse et presque angoissante que peut imaginer quelque producteur de cinéma. Non ! Il lui parlait face à face, comme un homme parle avec son ami ! Dieu descend ainsi au niveau de l’homme et vient tout près de lui. Non pas comme un maître parlerait à son serviteur, à son esclave, mais comme un homme parle à son ami.

Dieu pouvait ainsi parler avec son serviteur. Et Moïse pouvait exposer tous ses nombreux problèmes, ses peines, ses craintes. On peut s’adresser à lui sans retenue, librement. Dieu était là, et il lui répondait. Dieu pouvait parler à Moïse, parce que Moïse l’écoutait… Moïse avait fort à faire, et il sortait de la tente pour faire face à toutes ses obligations. Il pouvait faire face parce qu’il avait eu cette conversation intime avec son Seigneur. Il avait réglé bien des problèmes apparemment insolubles, dans cette conversation avec Dieu.

Il avait un serviteur, Josué, qui, plus tard, lui succédera. Il voyait Moïse prier, mais il ne pensait pas que c’était réservé à Moïse. Quand celui-ci partait, lui restait : il voulait, lui aussi, sa part d’intimité avec Dieu. Et Dieu l’employa, lui aussi, d’une manière glorieuse, allant jusqu’à arrêter le soleil dans sa course ! (Josué 10/12-14).

Il avait appris à vivre dans l’intimité avec Dieu.

Jean-Pierre DALMASSO

 

0 commentaires

Sur le même thème :

Etes-vous à la fête ?

Etes-vous à la fête ?

Les mots « fête » et « festin » apparaissent (à de nombreuses reprises) tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament.

Si vous n’avez pas la paix, priez !

Si vous n’avez pas la paix, priez !

La paix de Dieu est une expérience merveilleuse. Tout autour de vous, les gens ont faim et soif de cette paix, mais elle ne vient qu’au moment où vous remettez votre vie à Christ et que vous agissez selon ses règles.

Pin It on Pinterest