Lecture : Psaume 16/11

Souvent, quand quelqu’un d’âgé se regarde dans un miroir, il peut regretter que Ponce de Léon n’ait pas trouvé ce qu’il cherchait. Des indiens avaient parlé à cet explorateur intrépide d’une île nommée Bimini où se trouvait une fontaine ; celui qui buvait de cette eau rajeunissait !

Quatre cents ans avant l’intervention de la crème anti-rides, il a fait le voyage et s’est mis en quête de cette merveille. Hélas, il ne l’a jamais trouvée.

Aujourd’hui, on arrive à « zapper » ses cheveux blancs, mais ses rides, c’est déjà plus difficile, et les pertes de mémoire dues à l’âge…! Pourtant notre texte nous indique l’endroit où aller renouveler notre cœur. La jeunesse spirituelle passe par là. C’est la bonne présence de Dieu !

Quelqu’un me dira : « comment le savez-vous ? » Mais parce que tout simplement je l’ai expérimenté. Quand nous aimons la présence de Dieu, quand nous venons à son trône de grâce par le nom de Jésus, nous y trouvons la joie de vivre ! Pour bien vivre notre vieillesse, vivons-la dans la présence de Dieu ; pour ne plus envisager cette dernière comme un mal, un fléau, une déchéance, vivons de plus en plus près de lui ! Une dame luxembourgeoise, venue à Jésus-Christ dans sa soixante-dix-septième année, disait : « Mes amis croient que je suis folle quand je leur dis que la dernière partie de ma vie est la meilleure ! » Comment la vieillesse peut-elle être meilleure que la fougue de nos vingt ans ? Avec Jésus de Nazareth dans notre cœur !

Je pense, sans doute comme vous, que Ponce de Léon était un piètre explorateur. Cherchant la fontaine de la jeunesse éternelle il a trouvé la Floride. Moi, j’ai beaucoup mieux que cela. J’ai trouvé le ciel en trouvant Jésus.

David PORTER