La fidélité récompensée

Lecture : Jean 20/11 à 18

Le matin de Pâques, l’amour de Marie de Magdala pour Jésus, son libérateur, est si fort que rien ne peut arrêter son zèle ni la lourde pierre à rouler, ni la pensée des gardes romains inflexibles, ni l’indifférence des apôtres… « Où l’as-tu mis ? » demandera t’elle à celui qu’elle pense être le jardinier. Elle veut aller jusqu’au bout de sa reconnaissance en honorant, par ses aromates, le corps de Jésus qu’elle croit toujours retenu par la mort.

Quel zèle, quel amour, quelle fidélité !

Mais le Seigneur avait prévu pour Marie, ce matin-là, une œuvre qu’elle ne pouvait soupçonner, porter aux apôtres le message de la résurrection.

« Va trouver mes frères et dis leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu (verset 17) ».

Elle sera le premier « messager de la vie » : « il est ressuscité ! » C’est le cri d’espérance et de foi qu’elle a lancé au monde ce jour de Pâques.

Il en a été ainsi pour David. Dieu a vu le petit berger de Bethléem qui veillait fidèlement sur les brebis de son père. Il l’a vu aussi ne supportant pas l’opprobre par lequel les Philistins humiliaient Israël. L’Éternel lui confiera la royauté sur les douze tribus !

Le jeune Daniel avait résolu de ne pas souiller son âme par fidélité à son Dieu. Aussi, l’Éternel se servira de lui pour amener le plus grand monarque de son temps à proclamer :

« Moi, Nébucadnetsar, je loue, j’exalte et je glorifie le roi des cieux…qui peut abaisser ceux qui marchent avec orgueil »

Certainement, le Seigneur cherche encore aujourd’hui des hommes, des femmes, prêts à le servir fidèlement « en toute humilité et avec larmes (Actes 20/19) » afin de se glorifier dans leur vie.

« Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie (Apocalypse 2/10) ».

Jean DUPOUY

0 commentaires

Sur le même thème :

Différence !

On peut se poser la question de savoir où est la différence entre le chrétien et le non-croyant, car tous deux vivent dans un monde corrompu ! Dieu sait faire la différence, aujourd’hui encore, comme il a su la faire entre Israël et les Égyptiens.

Il en manque une !

Il en manque une !

Le berger compte ses brebis et ce soir-là, « il en manque une » ! Comme tout bon berger qui se respecte, il doit, au lieu de se reposer légitimement, aller à la recherche de celle qui s’est égarée, elle est en grand danger dans la nuit !

Bon anniversaire !

Bon anniversaire !

Après tout, le jour de votre anniversaire peut devenir le jour de votre nouvelle naissance ; c’est un si beau cadeau que celui d’une vie transformée en bien.

Pin It on Pinterest