Lecture : Luc 5/5

« Simon lui répondit : Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je jetterai le filet. »

Ce n’est pas toujours facile de reconnaître ses échecs. Comme Pierre (Simon), nous nous sommes parfois investis dans une activité sans voir le succès escompté après l’effort.

Le texte original grec pourrait être traduit ainsi :

« Maître, nous avons peiné toute la nuit ».

Pierre exprime à Jésus sa peine et sa déception. Il avoue son échec sans détour. Le fait de pouvoir en parler lui procure déjà un soulagement.

Dans notre société, tout est basé sur la réussite. Alors, les échecs sont cachés, refoulés au plus profond de nous-mêmes. Pourquoi ne pas parler à Jésus de notre peine ? Nous sommes assurés de son écoute attentive.

Pierre, cependant, ne reste pas sur un constat d’échec. Il est prêt à lancer de nouveau les filets sur une parole de Jésus. Sa qualité est sans doute cette obéissance spontanée à la voix du Maître. Nous sommes si lents à nous remettre en route après un échec, nous attendons les encouragements des uns et des autres. La Parole de Jésus n’est-elle pas suffisante ? Cette fois-ci, Pierre reviendra avec joie, car la pêche va dépasser toutes ses espérances.

Ne reste pas sur un échec. Le diable aimerait bien te maintenir sur le rivage dans l’amertume. Mais tu trouveras en Jésus un précieux confident. Il saura panser tes blessures et t’encouragera toujours à recommencer avec son aide.

Jean-Marc BOTTERON