Lecture : Jean 9/1-25

Savoir une chose, une seule, ne paraît pas être un exploit en matière de connaissance : notre société, nous poussant à chercher, rechercher, connaître, savoir de plus en plus de choses. Il faut aujourd’hui, pour obtenir un emploi, beaucoup de connaissances, avoir une culture générale. Nos enfants ont même la possibilité de faire leurs devoirs sur un ordinateur pour avoir le plus rapidement possible les informations nécessaires et ainsi emmagasiner du savoir.

Cet homme de la Bible qui était aveugle de naissance et qui n’était pas un érudit déclare :

« Je sais une chose, j’étais aveugle et aujourd’hui je vois » (v.25).

Il se moquait du reste, des accusations portées contre Jésus ; ce qui lui importait, c’était sa vie changée, son état et ce qui venait de se passer dans son corps. Il avait connaissance de l’essentiel, et l’essentiel, dans son cas, c’est que Jésus avait opéré le miracle.
Cet homme n’avait peut-être pas beaucoup de connaissances, mais il avait de l’intelligence, puisque le psalmiste dit :

«L’ Éternelle, du haut des cieux, regarde pour voir s’il y a quelqu’un qui soit intelligent, qui cherche Dieu » (Psaume 14/2).

Ami lecteur, prends en considération ces quelques lignes, et dis-toi que ce qui est important, c’est de savoir que Jésus est vivant et qu’il peut opérer le miracle dans ta vie. Si tu es aveugle spirituellement et ne vois pas encore l’œuvre de Dieu, si tu ne vois pas encore que la Bible est vraie, que Jésus est ressuscité et vit dans le cœur de tous les croyants, alors demande-lui de faire tomber les écailles de tes yeux (orgueil, incrédulité, doute, etc.) et de te donner une nouvelle vue. Tu pourras, toi aussi, dire comme cet homme : « Je sais une chose, j’étais aveugle et aujourd’hui je vois ».

Frédéric DUPILLE