Guérir de mon passé !

Le Guide de prière : Le coût d'être un disciple

Lecture : Romains 7/15 à 25 ; 1 Corinthiens 5/1

La vie de tout homme se déroule sur trois niveaux : le passé, le présent et l’avenir ; un présent cependant tributaire du passé. Et si ce passé n’a pas été réglé, il risque de déséquilibrer notre présent.

Il faut donc impérativement guérir de ce passé qui se situe sur deux niveaux.

D’abord, celui dont nous sommes conscients et qui peut venir trop souvent nous obséder. Par exemple, une expérience sexuelle douloureuse comme l’inceste ou le viol, des pratiques occultes dont le souvenir persiste, et bien d’autres choses…

La vraie conviction de péché imposera à notre moi, la confession, le pardon et la délivrance. Notre présent peut alors s’épanouir.

Mais si ce passé charge mon présent de préjugés exagérés qui le sclérosent, crée de fausses culpabilités sans rapport avec la véritable action du Saint-Esprit, mon présent s’en trouve déstabilisé.

Il y a aussi le passé enfoui dans notre subconscient. Parfois, il remonte à la surface et on se découvre des sentiments si horribles qu’on les refoule vite. Ils sont toujours là et n’attendent qu’une autre occasion pour venir empoisonner nos jours et nos nuits.

Souvenons-nous de Paul qui, confessant qu’une force intérieure mauvaise influençait son moi, s’écriera triomphant et délivré :

« Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ ».

Dieu avait guéri même le tréfonds de son être. Quelle belle guérison du passé !

Jésus le fait encore aujourd’hui !

Paul MOREAU

0 commentaires

Sur le même thème :

Des ténèbres à la lumière

Des ténèbres à la lumière

En effet, la lumière, c’est l’opposé des ténèbres. Si les ténèbres sont synonymes de mort, de froid, d’angoisse, la lumière est synonyme de vie, de chaleur, de réconfort…

Le nom de Dieu est magnifique

Le nom de Dieu est magnifique

« Dans la Bible, le nom est tenu pour constitutif de la personnalité. Cela revient à dire que notre Dieu est magnifique. Quand Manoach dit à l’Ange de l’Éternel : »Quel est ton nom ? », l’Ange lui répondit : « II est merveilleux ». Les contemporains de Jésus, témoins de ses œuvres, disaient : « II fait tout à merveille ».

Pin It on Pinterest