Fais ta part, Dieu fera la sienne

1 Rois 17/8 à 16

L’Éternel dit à Elie :

« Lève-toi, va à Sarep-ta, qui appartient à Sidon, et demeure là. Voici, j’ai ordonné a une femme veuve de te nourrir ».

A cette époque, une terrible sécheresse s’est abattue sur le pays. Chacun fait donc des économies indispensables pour survivre le plus longtemps possible. Lorsque le prophète Elie rencontre la veuve de Sarepta, il lui demande du pain. Cette dernière se trouve dans l’embarras. Il n’y a pas assez de pain pour elle et pour lui.

Les yeux de la veuve, comme ceux de bien des croyants, sont rivés sur les réalités matérielles. Au contraire, lorsque Elie demande un petit gâteau, son regard est plongé dans les réalités spirituelles. Il marche non par la vue, mais par la foi.

La part de la veuve était de confectionner une pâtisserie pour un autre. Dieu lui a demandé de répondre aux besoins d’un autre avant les siens propres. Il lui requiert un acte de foi car il n’y aura plus assez d’huile pour elle et son fils. Il fallait tout donner d’abord pour recevoir l’abondance ensuite.

La part de Dieu était de multiplier l’huile et la farine. Ni l’homme de Dieu ni la pauvre femme ne pouvaient le faire. Le miracle reste dans le domaine du divin. La veuve a fait sa part, le Seigneur s’est occupé du reste.

Aujourd’hui encore, Dieu cherche des hommes et des femmes prêts à accomplir sa volonté par la foi. Si tu fais ta part, Dieu fera la sienne.

Jean-Marc BOTTERON

0 commentaires

Sur le même thème :

Dieu connaît toutes choses

Dieu connaît toutes choses

Nous n’avons pas toujours l’explication des épreuves que nous traversons, sa connaissance nous échappe, bien des pourquoi restent sans réponse ! Quelle consolation de savoir que Dieu, lui, connaît toutes choses, il a ses méthodes parfois inattendues pour nous le rappeler.

Ce que Dieu aime

Ce que Dieu aime

« Je suppose que vous désirez tous faire plaisir à Dieu. Pour cela, il faut savoir ce qu’il aime. Nous pouvons le savoir en lisant sa Parole. Elle nous apprend que Dieu aime le monde, c’est-à-dire tous les hommes (Jean 3/16).

Pin It on Pinterest