Texte Biblique : Job 14/7

“Car il y a de l’espoir pour un arbre, s’il est coupé, il repoussera encore, et ses rejetons ne cesseront pas”. Je levai les yeux : enfin ! un tronc lisse, droit et dépouillé de feuilles. La cime de l’arbre était cachée par le feuillage des autres mais, aucun doute, il était mort. J’entrepris donc de le scier. Le tronc n’était pas très gros mais dur, très dur. Encore quelques coups et… le voilà abattu. Un beau nettoyage pour la forêt, pensai-je, et juste ce qu’il me fallait pour mon ouvrage.
Mort, vous aviez dit “mort” ? Il était à terre le superbe chêne. Il avait mis tant d’années à chercher le jour, toujours plus haut, il s’élançait vers le ciel, pas de feuilles, pas de branches comme ceux qui l’entouraient ; il en avait fait l’économie pour se livrer tout entier à son travail : devenir un beau chêne régulier d’un demi-siècle d’âge.

Hélas, sur un jugement erroné et hâtif, il fut abattu en une ou deux heures. Son destin s’arrêta là où ma réflexion commença.
Que voyons-nous de notre prochain, que connaissons-nous de lui pour proférer contre lui notre jugement implacable ? Dieu aime à regarder au cœur. Nous devrions apprendre de lui. Il est si facile d’abattre, de détruire, de casser. Que Dieu nous aide à construire, réparer, planter ! Aujourd’hui, il m’arrive de penser qu’un de ces chênes, tombé à terre, fut si bien arrosé que l’arbre, depuis, a repris vie.

Transmis par FQ