Ce qui sort de l’homme !

Lecture : Marc 7/14 à 23

Jésus déclare que « c’est ce qui sort de l’être humain » qui le souille (7/21). D’après le contexte, c’est d’abord :

La parole : Ah ! les péchés de la langue. Combien de textes dans la Bible pour dénoncer ce fléau et les ravages qu’il provoque ? La médisance tue trois personnes : celle qui parle, celle qui écoute et celle dont on parle. Le philosophe chrétien Pascal disait avec raison : « Le démon est sur la langue de celui qui médit et dans l’oreille de celui qui écoute ! »

C’est ensuite le regard : Jésus cite l’œil méchant, c’est-à-dire la convoitise, l’adultère, etc. C’est un regard qui fut à la base du péché odieux de David :

« Il vit une femme qui se baignait, ne sut détourner son regard… (2 Samuel 11/2) »,

on connaît la suite.

Puis ce sont les actions : Jésus mentionne les meurtres, la violence, la méchanceté. Paul écrit :

« Je veux donc que tous les hommes prient en tout lieu, en élevant des mains pures (ou saintes, sacrées), sans colère, ni mauvaises pensées (1 Timothée 2/8) ».

Il existe tant de manières de voir ses mains souillées, soit par la violence, le vol, jusqu’au doigts jaunis par le tabac.

Enfin la sexualité : Oui, il faut en parler, puisque Jésus le fait librement ; l’impudicité, la fornication, l’adultère, la débauche. La sexualité est une très bonne chose, à condition d’être vécue dans le cadre de la fidélité fixée par Dieu. Elle tient une grande place dans la vie des êtres humains. Mais que de dérapages, que d’excès dans ce domaine ! Jésus nous le dit, tout cela vient du cœur mauvais.

Alors on comprend mieux la prière de David :

« Ô Dieu ! Crée en moi un cœur pur (Psaume 51/12) ».

Moïse LORMIER

0 commentaires

Sur le même thème :

La querelle des outils

La querelle des outils

Prenons bien soin de ne pas nous plaindre les uns des autres en trouvant des défauts à un quelconque outil de Dieu.

Ce n’est pas par des oeuvres…

Ce n’est pas par des oeuvres…

La Parole de Dieu plus sûre que l’eau, ne te demande pas de te fier à tes sentiments mais de te laisser porter par elle et c’est ce qui te conduira vers la paix de Dieu

A chacun son dû !

A chacun son dû !

A chacun son dû ! Que devons-nous rendre à Dieu ? Lui qui, sans arrière–pensée, sans égoïsme, sans intérêt, sans calcul, uniquement par amour et grâce, a débloqué notre situation perdue et sauvé notre âme de l’enfer, faisant don de Jésus, son Fils unique à la croix !

Pin It on Pinterest