QUEL CONSULTANT AVEZ-VOUS ?

Notre vous invitons à considérer quel consultant vous avez pour vos problèmes personnels. C’est un mot assez moderne qui est entré dans notre vie quotidienne. Dès qu’une difficulté spécifique surgit, nous avons besoin d’un spécialiste pour nous guider, d’où cette expression : « J’ai besoin d’un consultant dans telle spécialité. » Dans le domaine de la foi, nous avons de nombreuses voix qui s’élèvent, et nous devons comprendre qu’il y a un grand spécialiste qui existe et ce n’est pas n’importe lequel : il s’appelle Jésus-Christ.

Je rappellerai que dans la lettre écrite aux Hébreux 4:14,15 dans le Nouveau Testament, il y a une définition de la personne de Jésus-Christ, que j’appliquerai à ce grand consultant que nous avons à notre disposition :

« Puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. »

Et surtout cette recommandation :

« Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, (c’est une image), afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. »

Jésus-Christ serait-Il donc – et je le crois très sincèrement – le grand Souverain Sacrificateur ou si vous préférez, Celui qu’on peut aller consulter quand des problèmes nous atteignent et nous préoccupent profondément ? En effet, dès les premiers temps bibliques, nous voyons quel était le rôle qu’avait le sacrificateur dans les relations que les hommes avaient avec Dieu. Il était là pour les recevoir, les écouter, mais aussi les conseiller et leur donner toute solution venant d’un d’amour qui les aimait et qui voulait particulièrement s’occuper d’eux. Et dans le livre appelé « Lévitique », dans l’Ancien Testament, au chapitre 14, nous voyons le rôle que pouvait avoir ce sacrificateur lorsqu’un problème surgissait dans une maison atteinte par une maladie des pierres, qu’on peut appeler la lèpre des pierres. Alors cette recommandation était là :

« Celui à qui appartiendra la maison ira le déclarer au sacrificateur et dira : J’aperçois comme une plaie dans ma maison. »

J’aimerais vous dire, chers amis, combien, lorsque nous ressentons des problèmes cachés, souvent intérieurs, dans notre vie, il y a une véritable question de temps qui est impérative pour que nous puissions trouver une solution. Il est urgent que nous allions le plus vite possible nous adresser à quelqu’un capable de nous apporter la solution. Ce quelqu’un, je n’hésiterai pas à le définir comme étant Jésus-Christ. Quand il y a dans votre cœur comme dans mon cœur, une tâche, un mal profond, quelque chose qui n’est pas vu de l’extérieur mais que nous, nous ressentons bien, il est tellement important de ne pas tomber dans le piège de se dire : « Le temps arrange tout ».

Non ! Vous le savez bien, le temps n’arrange rien ! Cela empire : la tâche s’étend, gagne du terrain et finalement, nous nous retrouvons devant un problème insurmontable.

Au contraire, comme au temps de ces sacrificateurs, nous pouvons nous adresser à Jésus le plus vite possible – j’ajouterai : « le plus vite est toujours le mieux ! » – et cette consultation ne peut avoir que des répercussions bénéfiques. La personne qui allait voir le sacrificateur, lui expliquait son problème. Celui-ci se rendait dans la maison et l’examinait. Êtes-vous prêt à ce que Jésus examine votre cœur, à L’inviter personnellement, profondément, à voir et à vous dire Lui-même ce qu’il y a dans votre vie, ce qu’Il peut détecter et qui vous fait souffrir ? Une première image que je tire de cet enseignement, c’est que le sacrificateur n’hésitait pas à ordonner de vider toute la maison. Une maison vide, c’est peut-être impressionnant mais c’est bien la meilleure façon de voir quel est son problème et de bien le définir.

Notre cœur est souvent embarrassé et encombré de beaucoup de choses dans notre monde moderne. Nous avons des vies très agitées, tourmentées et très actives. Combien il serait bon que vous laissiez Jésus vider votre cœur de toutes sortes d’embarras, de difficultés et de soucis qui prennent trop de place ! Là, dans un moment de solitude et de rencontre personnelle avec le Christ, vous pourriez mesurer exactement le cœur et la pensée du Seigneur prêt à vous aider, à vous comprendre, à pardonner tout votre passé; de telle manière qu’Il puisse vous indiquer le chemin de la guérison, car c’était là le souhait du sacrificateur.

Ainsi, invitez-Le à laisser l’action extraordinaire se faire pour la guérison complète de la maison car Jésus est capable de voir au fond de nous tout ce qui a besoin d’être enlevé. C’est peut-être une pierre, comme dans Lévitique, chapitre 14, versets 33-47, mais dites-vous que chaque pierre qu’Il enlève ce n’est pas pour détruire, pour que la maison s’effondre, mais pour qu’elle soit reconstruite sur une base entièrement saine, belle et qui vraiment répond à votre attente.

Et puis, j’insiste sur ce besoin de se confier, qui est un besoin profond de notre être, de notre vie. A qui pouvons-nous réellement nous confier, sinon à Jésus-Christ, à Celui qui sait comprendre et écouter, qui sait absolument apporter un regard d’amour et de vrai pardon, de vraie délivrance de tout ce qui nous fait souffrir ? Il est vrai aussi que le sacrificateur n’hésitait pas à commander toute action visant à la totale purification de la maison. Jésus veut entièrement purifier votre vie et combien Il représente le modèle parfait qui a été donné pour purifier !

En ce temps-là, il était nécessaire que l’on apporte deux oiseaux, nous dit ce passage, et on n’hésitait pas à sacrifier l’un deux, à l’offrir en quelque sorte comme une victime sanglante, expiatoire. Le sacrifice était complet lorsque le bois s’ajoutait à l’oiseau, à un tissu cramoisi et aussi à une branche d’hysope. Tous ces symboles nous rappellent la croix de Jésus, son action profonde dans nos vies, de quelle manière il a été nécessaire que le Christ soit immolé, c’est-à-dire livré, sacrifié, à notre place pour que toutes les tâches intérieures et profondes de notre cœur soient entièrement pardonnées, purifiées. Quel témoignage devait-on donner de cette maison restaurée par la visite pertinente du sacrificateur qui avait vu à quel point il fallait enlever le mal et donner à cette maison une vie nouvelle, une existence nouvelle, un rôle nouveau, comme le Christ veut le faire pour chacun de nous ?

Combien il était précieux de voir l’oiseau qui était vivant s’envoler, recouvert du sang de ce premier oiseau sacrifié, comme un témoignage de ce sang qui avait coulé afin que tout péché, tout le mal soit enlevé ! Savez-vous que votre vie peut également être recouverte par le sang du Christ, de telle manière que, lavé et purifié d’un passé qui vous atteint, et vous ronge d’un mal aussi profond que vous n’osez peut être même pas l’évoquer, vous puissiez dire :

« Oui, le Christ prend mes fautes, se charge de toutes mes maladies, mais aussi de tous mes fardeaux, de tous mes péchés et Il me libère complètement par le sang de la croix, par cette croix qui a été une fois pour toute l’objet de mon salut. »

Que Dieu vous permette de vous approcher de ce consultant divin qu’est Jésus-Christ et de saisir sa grâce !

par Michel FOREY