Souvent, et en bien des circonstances, nous nous posons cette question : qu’allons-nous faire ? Cela résume peut-être l’incertitude : Nous ne savons pas ce qu’il faut faire, ce qu’il convient de faire…
Savez-vous que dans le Nouveau Testament, il y a un texte où des hommes vont se poser cette question par rapport à Jésus. Dans l’Évangile de Jean (chapitre 11 : 45-47), il est dit ceci :

« Plusieurs des Juifs qui étaient venus chez Marie, et qui virent ce que fit Jésus, crurent en lui. Mais quelques-uns d’entre eux allèrent trouver les pharisiens, et leur dirent ce que Jésus avait fait. Alors les principaux sacrificateurs et les pharisiens assemblèrent le sanhédrin, et dirent : Qu’allons-nous faire ? Car cet homme fait beaucoup de miracles.»

La question est posée :

« Qu’allons-nous faire ? Car cet homme fait beaucoup de miracles.»

Ce texte fait suite à un épisode très connu de l’Évangile de Jean : Il s’agit de la résurrection de Lazare, l’ami de Jésus. Ce miracle, cette résurrection se fait hors normes. Extraordinaire, elle va susciter toutes sortes de réactions. Pour les uns, c’est la foi : Ils crurent au Seigneur Jésus. Pour d’autres, c’est au contraire l’incrédulité, ou plus exactement, ils sont dérangés par ce qui s’est passé. Alors, ils vont trouver les ennemis de Jésus, les opposants du Christ et ces gens-là, la Bible nous dit qu’ils s’étaient concertés sur les moyens de faire périr Jésus. Ils vont donc convoquer une réunion au sommet. Le sanhédrin, c’est l’instance suprême, la Court Suprême, dirons-nous aujourd’hui, en ce qui concerne le droit et la religion, à cette époque en Israël. Il s’agit-là de la plus haute juridiction juive. Elle rassemble en même temps les gens les plus influents, les plus importants du peuple juif. Cette assemblée honorable était constituée de soixante et onze membres.

Nous pourrions ainsi nous poser la question suivante : Pourquoi une telle assemblée extraordinaire ? Quelle motivation, quel événement important ou grave peuvent nécessiter une telle rencontre subite ? Question de terrorisme, d’atteinte à la sûreté de l’état, délits graves contre la nation ? Ils se posent cette question tous ensemble : Qu’allons-nous faire ? Et l’explication nous est donnée : …car cet homme Jésus, fait beaucoup de miracles. Voilà la raison, la cause principale de tout ce remue-ménage, de toute cette agitation. Les pires ennemis de Jésus disent : Cet homme fait beaucoup de miracles ! Quelle constatation ! Quel témoignage extraordinaire !

Jésus n’est pas seulement un faiseur de miracles, nous le savons, la lecture des Évangiles nous le rapporte. Toujours dans cet Évangile de Jean, au sujet du Christ Jésus, on posera cette question 

« Le Christ, quand il viendra, fera-t-il plus de miracles que n’en a fait celui-ci ? »

C’est la foule de ce temps, au vu des miracles du Seigneur, qui posait une telle question. Nous voyons-là un des aspects de l’œuvre de Christ lorsqu’il était sur notre terre : Les actes miraculeux. L’apôtre Pierre résumera cela des années plus tard en disant que Jésus allait de lieu en lieu, faisant le bien et guérissant tous les malades.

Chers amis, face au miraculeux, nous pouvons nous aussi avoir différentes attitudes, comme les gens de cette époque, mais surtout nous devons nous poser trois questions.

La première c’est : Qui fait le miracle ?
Pierre atteste les grands témoignages au Seigneur Jésus, en disant il faisait des miracles car Dieu était avec lui. Ce Jésus, ce fils de Dieu, Dieu était avec lui. Nous lisons dans les Ecritures qu’il y a un personnage spirituel oh ! combien connu et célèbre aujourd’hui. Il est de bon ton de mettre son existence en question. Mais la Bible nous présente cette réalité spirituelle, elle l’appelle le diable, l’adversaire de Dieu. Et le diable nous est présenté comme celui qui est également capable de faire des miracles. Mais, nous voyons que souvent les motivations étaient d’étonner. C’étaient des choses qui, tout simplement dans la Parole, voulaient concurrencer Dieu, en quelque sorte.

Deuxième question à se poser, face à un fait miraculeux, c’est : Pourquoi le miracle ?
L’Écriture, dans ce texte de Jean, nous dit que les gens ont cru au Seigneur Jésus, après avoir étés témoins du miracle. Et j’ajoute ceci, c’est que Jésus fait un miracle pour que ceux qui le voient, aient la foi. C’est le premier point : Qu’ils croient en lui et en Dieu, et puis également, c‘est afin de manifester la gloire de Dieu. L’acte miraculeux de Jésus est toujours produit comme un signe de la venue du Royaume de Dieu au milieu de l’humanité. C’est la manifestation de sa grâce, c’est un signe qui atteste la réalité du salut et c’est donc en même temps un encouragement à la foi.

Troisième question face aux miracles : Aujourd’hui peut-on croire aux miracles ?
Dans l’Évangile de Marc, il est dit :

« Ceux qui auront cru… » 

Oui, nous pouvons croire à ces actes miraculeux du Seigneur. La résurrection de Jésus est le gage de notre salut, mais en même temps, c’est un miracle parmi les plus extraordinaires. Dans l’Évangile de Matthieu, le Seigneur dit ces paroles :

«Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.»

Si même les ennemis de Jésus, ceux qui quelque temps plus tard le feront mourir en le crucifiant sur une croix, en portant contre lui de faux témoignages alors qu’ils ont été capables de dire que cet homme faisait trop de miracles, criaient cette interrogation : Qu’allons-nous faire ? Si ceux-la même ont attesté, témoigné de la véracité et de l’importance des miracles de Jésus en son temps, qu’en est-il de nous-mêmes ? Ceux qui ont besoin du Seigneur, pour être justement touchés par cette grâce de Dieu, ont besoin aussi de croire aux miracles.

Chers amis, pour terminer je vous pose cette question : Qu’allez-vous faire ? Est-ce que vous allez ajouter foi à la personne de Jésus ? Est-ce que vous aussi vous allez croire aux miracles et aux plus excellents, extraordinaires d’entre eux, la résurrection même du Christ, Jésus, le Fils de Dieu ? Alors, qu’allez-vous faire ? Est-ce que vous allez croire ? Le Seigneur a dit :

« Heureux ceux qui ont cru et qui n’ont pas vu.»

Vous avez aussi le choix de rester du côté des incrédules, de ceux qui malgré le témoignage des ennemis du Christ, disent :

« Qu’allons-nous faire ? Car cet homme fait beaucoup de miracles ? »

Pourquoi continuer à rester dans la catégorie des incrédules ? En faisant ce choix, je vous le dis très franchement, vous allez passer à côté de l’essentiel, passer à côté de cette dimension spirituelle miraculeuse qui peut toucher et changer votre vie car encore aujourd’hui, Jésus fait beaucoup de miracles !

Laurent GUILLET