Pâques 2022 : la solitude de la Croix

Couronne épines Jésus

En ce week-end de Pâques 2022, nous célébrons la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Un temps de joie pour nous chrétien qui avons mis notre foi et notre espérance en Dieu le Père, en Jésus le fils sauveur et Seigneur et en l’Esprit Saint, consolateur.
Pour qu’il y ait résurrection, il a fallu qu’il y ait la mort de Jésus… Je partage avec vous cette méditation du pasteur Jean Comtesse sur la solitude de Jésus face à la mort.

Laurent Guillet


Matthieu 27/34 – 50 :

« Arrivés au lieu nommé Golgotha, ce qui signifie lieu du crâne, 27.34 ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel ; mais, quand il l’eut goûté, il ne voulut pas boire. 27.35 Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète : ils se sont partagé mes vêtements, et ils ont tiré au sort ma tunique. 27.36 Puis ils s’assirent, et le gardèrent. 27.37 Pour indiquer le sujet de sa condamnation, on écrivit au-dessus de sa tête : celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. 27.38 Avec lui furent crucifiés deux brigands, l’un à sa droite, et l’autre à sa gauche. 27.39 Les passants l’injuriaient, et secouaient la tête, 27.40 en disant : Toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même ! Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix ! 27.41 Les principaux sacrificateurs, avec les scribes et les anciens, se moquaient aussi de lui, et disaient : 27.42 il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même ! S’il est roi d’Israël, qu’il descende de la croix, et nous croirons en lui. 27.43 Il s’est confié en Dieu ; que Dieu le délivre maintenant, s’il l’aime. Car il a dit : Je suis Fils de Dieu. 27.44 Les brigands, crucifiés avec lui, l’insultaient de la même manière. 27.45 Depuis la sixième heure jusqu’à la neuvième, il y eut des ténèbres sur toute la terre. 27.46 Et vers la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte :

Éli, Éli, lama sabachthani ? C’est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

27.47 Quelques-uns de ceux qui étaient là, l’ayant entendu, dirent : Il appelle Élie. 27.48 Et aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge, qu’il remplit de vinaigre, et, l’ayant fixée à un roseau, il lui donna à boire. 27.49 Mais les autres disaient : laisse, voyons si Élie viendra le sauver. 27.50 Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’esprit. »

La solitude est parfois recherchée. Le plus souvent, elle est un mal terrible. Désirée, elle peut être parfois le signe annonciateur d’une dépression nerveuse. Mais aucune solitude, si terrible soit-elle, n’égale en intensité, celle qui s’exprime dans le cri de Jésus :

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

Solitude absolue, privation totale d’amour. Les seules paroles qu’il entend sont inspirées par la haine, chargées d’ironie ou de stupidité. Privé de vêtements, il est nu.

Privé de Dieu, il est privé de communion ; personne ne le comprend. Privé de ses compagnons, c’est la solitude la plus complète. Quand bien même on le voudrait, on ne peut plus rien lui enlever ! Alors, au « Pourquoi ? » du Fils s’ajoute le nôtre ! Pourquoi tant de perfection dans l’horreur ? Nous ne pouvons certainement pas comprendre toutes les raisons, mais certaines, oui ! Une en particulier : il n’est pas là, sur la croix, par hasard, mais pour y accomplir une œuvre unique pour laquelle il ne peut être associé avec personne. Il est le seul qui remplisse les conditions pour que nous soyons sauvés, et il faut que la punition qui le frappe ne soit pas la sienne.

Jésus ne souffre que pour nous. Abandonné des hommes ? Soit ! Mais abandonné de Dieu, c’est trop ! Pourtant cela était inévitable. Sur lui reposaient nos péchés et ceux du monde entier. Il subit le lot des pécheurs séparés de Dieu ! Le pécheur abandonné de Dieu est en enfer.

Jésus a vécu ses ultimes minutes sans Dieu afin que nous puissions toujours avoir Dieu avec nous.

Jean COMTESSE 

0 commentaires

Sur le même thème :

La transcendance

La transcendance

La transcendance est un concept essentiel dans la théologie biblique, elle se réfère à l’aspect de Dieu qui le situe au-delà et indépendamment du monde matériel et des lois naturelles.

Ascension

Ascension

Ascension : action de s’élever, d’aller vers le haut. L’ascension rappelle la montée au ciel de Jésus-Christ.

Pin It on Pinterest