Le Sermon Ultime sur Jean 3:16 – 1ère partie

07-17-2023-Message-Sermon-Ultime-Jean 3-16-partie-1-Light

S’il y a un verset connu d’un large public, c’est Jean 3:16 :

« Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle. »

Il raconte toute l’histoire de l’Évangile en une phrase. La nuit où Jésus a présenté cette simple déclaration, il avait une conversation avec un pharisien particulier, Nicodème. Laisse-moi peindre un peu le tableau pour nous.

L’heure est tardive et les rues sont sombres à Jérusalem. Il y a une brise d’été chaude qui coupe la chaleur persistante de la journée. Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres ? Pour un homme, elle le sera. Peux-tu le voir ? Il serpente dans les rues avec une torche à la main, marchant avec un but particulier. Il arrive à la maison où il pense que Jésus est et frappe à la porte.
Les derniers jours ont soulevé de nombreuses questions, et Nicodème porte le poids de ses doutes et de ses peurs à travers la porte pour voir si Jésus détient vraiment les réponses. Il a vu Jean au Jourdain et a entendu les rumeurs selon lesquelles le ciel s’ouvrirait lorsque Jésus entra dans l’eau. Il sait que le marché est plein de murmures sur des actes miraculeux et des défis à l’enseignement juif traditionnel. Le monde semble à l’envers à cause de ce Galiléen, de ce rabbin, de cette personne unique qui prétend être le Fils de Dieu.

Nous voyons le tableau. Si nous regardons Jean 3:16 dans son contexte, nous voyons que Nicodème vient ce soir-là avec une certaine foi. Il dit à Jésus :

« Rabbi, nous savons que tu es un maître venu de Dieu, car personne ne peut faire ces signes que tu fais à moins que Dieu ne soit avec lui » (v. 2).

C’est un point de départ important. Nicodème fait un effort avec son peu de foi et tout un tas de questions. Et Jésus stimule la conversation sur l’idée très étrange d’être né de nouveau.

Leur échange avec les questions simples, mais frappantes de Nicodème et les réponses sincères de Jésus nous enseigne sur le but de la venue de Jésus. Leur conversation nous amène à Jean 3:16 et aux versets qui suivent, à savoir les versets 17-21. Alors, examinons chaque question, puis voyons ce que Jésus appelle « le verdict » dans sa dernière réponse à Nicodème. Puis, pour terminer, nous imaginerons à nouveau Nicodème dans l’histoire, car c’est une rencontre qui dénoue et remodèle sa vie, ou, comme dirait Jésus, lui donne une seconde naissance.

Question 1

La première question est en fait une déclaration à laquelle j’ai déjà fait référence. Nicodème dit :

« Rabbi, nous savons que tu es un enseignant venu de Dieu, car personne ne peut faire ces signes que tu fais à moins que Dieu ne soit avec lui » (v. 2).

Si nous écoutons attentivement, il y a une question supposée, surtout lorsque nous entendons les réponses de Jésus. Nous pourrions nous adresser à Jésus comme ceci : « Rabbi, nous savons que tu es un enseignant de Dieu, car sinon, comment pourriez-vous faire toutes ces choses miraculeuses et hors de ce monde, n’est-ce pas ? pourquoi faites-vous ces miracles ? Cela doit être que vous venez de Dieu parce que je ne vois pas d’autre moyen pour vous de le faire.

Réponse 1

Il y a trois occasions dans sa conversation où Jésus dit : “Je vous dis la vérité…” ou, dans certaines traductions, “Vraiment, vraiment…”. C’est la première fois. Jésus dit :

“Je vous le dis en vérité, personne ne peut voir le royaume de Dieu s’il n’est pas né de nouveau” (v. 3:3).

Quand Jésus dit “le royaume de Dieu”, que veut-il dire ? C’est une expression qui est utilisée 67 fois dans le Nouveau Testament, sans compter “le royaume des cieux”, que Matthieu utilise encore 31 fois. C’est un point théologique important ! Pour autant que nous puissions le dire, Jésus signifiait à la fois une réalité présente et une espérance future : “que ton royaume vienne sur la terre comme au ciel”, comme il nous enseigne à prier, et la vérité que “je vais préparer une place pour vous.” La conversation avec Nicodème est mieux expliquée comme étant en fait le royaume des cieux, le lieu physique dans notre avenir plein d’espoir en tant que chrétiens.

Dans la deuxième réponse de Jésus, que nous verrons dans un instant, il dit : “… personne ne peut entrer dans le royaume de Dieu”, mais dans cette première réponse, il dit : “… personne ne peut voir le royaume de Dieu.” Cela me fait penser à Moïse sur le mont Nébo. Comme vous vous en souvenez peut-être, Moïse n’entre jamais dans la Terre promise. Au lieu de cela, dans Deutéronome 34, nous lisons qu’il monta au sommet d’une montagne et découvrit la vallée de l’autre côté du Jourdain. Le texte dit : “Et l’Éternel lui montra tout le pays, Galaad jusqu’à Dan, tout Nephtali, le pays d’Éphraïm et de Manassé, tout le pays de Juda jusqu’à la mer occidentale, le Négueb et la plaine, que c’est, la vallée de Jéricho, la ville des palmiers, jusqu’à Zoar. Et le Seigneur lui dit : ‘C’est ici le pays dont j’ai juré à Abraham, à Isaac et à Jacob :’ Je le donnerai à ta descendance.” Je t’ai fait voir de tes yeux, mais tu ne le verras pas. allez-y » (1-4).

Quel beau moment entre Moïse et Dieu ! Maintenant, je ne suggère pas que Jésus fait nécessairement la distinction entre voir et entrer dans le royaume de Dieu. Les Écritures ne soutiennent aucune étape pour entrer dans le royaume de Dieu, mais je pense que Jésus utilise cela pour aider Nicodème dans la discussion, comme nous le verrons dans la réponse plus longue aux questions un et deux.

Question 2

Nicodème lui dit :

« Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une seconde fois dans le ventre de sa mère et naître ?

C’est une question légitime. Si nous prenons ce que dit Jésus pour argent comptant, cela semble absurde. Naître de nouveau ? Nous ne connaissons pas le ton utilisé par Nicodème. Peut-être est-il déconcerté ou pose-t-il simplement une question légère, sachant très bien que Jésus ne signifie pas une seconde naissance comme la première. Quel que soit son ton, la question offre un espace pour que Jésus commence avec une réponse dont nous entendons l’écho dans tout le Nouveau Testament.

Réponse 2

Jésus répond :

« Je vous dis la vérité, à moins que quelqu’un ne soit né d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne vous étonnez pas que je vous aie dit : “Vous devez naître de nouveau.” “Le vent souffle où il veut, et vous entendez son bruit, mais vous ne savez pas d’où il vient ni où il va. Il en est de même de tous ceux qui sont nés de l’Esprit » (5-8).

Jésus veut que nous reconnaissions des définitions : la chair est égale à la chair et l’esprit est égal à l’esprit. Nous ne pouvons pas saisir physiquement les royaumes célestes. Si nous nous trompons sur cette subtile nuance, le fossé est plus large que l’océan. Nous ne pouvons pas traquer la justice et la revendiquer comme une marchandise. Nous ne pouvons pas saisir le Saint-Esprit comme s’il était manipulé par nos méditations respectueuses. Et pour Nicodème le pharisien, cela est difficile à saisir. Pour nous, c’est facile, non ? Nous avons compris. Nous comprenons les tenants et aboutissants du moment et de l’endroit où Dieu pourrait apparaître, n’est-ce pas ?

Tout comme Nicodème, nous avons le même combat. Je sais que je le fais. L’Incarnation a comblé le fossé entre le ciel et la terre causé par notre péché. Notre tendance est de continuer à nous retirer dans les cavernes du péché, loin de la lumière. Ce n’est pas nouveau. Les Psaumes en parlent.

« Où irai-je loin de ton Esprit ? », demande David, « Ou où fuirai-je loin de ta présence ? Si je monte au ciel, vous y êtes ! Si je fais mon lit au Sheol, tu es là ! Si je prends les ailes du matin et que j’habite aux extrémités de la mer, là même ta main me conduira, et ta main droite me tiendra. Si je dis : “Certes, les ténèbres me couvriront, et la lumière autour de moi sera la nuit”, même les ténèbres ne sont pas obscures pour vous ; la nuit est claire comme le jour, car les ténèbres sont comme la lumière avec toi » (139 :7-12).

Lorsque nous venons à Jésus avec nos questions — dans tous nos doutes, incertitudes, péchés, brisures et tout le reste — c’est à ce moment-là que nous commençons à comprendre l’Évangile. Nous ne rangeons plus les péchés dans les coins de notre esprit. Nous n’exhibons plus notre bonté comme si Dieu pouvait être impressionné. Au lieu de cela, nous arrivons à l’endroit où nous disons :

« Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’esprit est esprit. Que Dieu me fasse grâce, par la puissance de son Fils qui est mort et ressuscité pour me sauver, un pécheur perdu qui ne mérite rien. »

Zach Kincaid

0 commentaires

Sur le même thème :

L’ascension

L’ascension

Dans la théologie évangélique, l’Ascension de Jésus-Christ est un événement crucial…

Dieu aux abonnés absents ?

Dieu aux abonnés absents ?

Si nous sommes attentifs à ce qui se passe dans le monde, les mauvaises nouvelles continuent de se bousculer…

Pin It on Pinterest