LA TEMPÊTE

Il y a dans nos vies parfois des périodes de crise que l’on peut assimiler à des tempêtes. C’est comme si tous les éléments se déchaînaient brutalement dans notre vie : les mauvaises nouvelles se succédant les unes aux autres. Puis, on se retrouve comme enfoui, submergé par des vagues, des difficultés inattendues… C’est la tempête, comme le marin sur son navire qui ne voit plus l’horizon, qui ne pense qu’à sauver les meubles et à maintenir son navire à flot. Dans le livre de Job, il est écrit : « Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s’évanouissent : plus d’espérance ! »

Au milieu de ces tempêtes de la vie, quelquefois l’espoir disparaît. Il n’y a plus d’espérance, on baisse les bras et on abaisse les voiles. Job dira, au chapitre 14, versets 7-9 : « Un arbre a de l’espérance : Quand on le coupe, il repousse, il produit encore des rejetons… il reverdit à l’approche de l’eau, il pousse des branches comme une jeune plante. » Cependant, il avait quasiment perdu tout espoir. Les difficultés s’étaient amoncelées : difficultés familiales, de santé, une maladie terrible, incurable l’avait saisi brutalement. Puis, des difficultés économiques, et la ruine est là, et c’est une autre vie. Il avait été prospère et voilà que maintenant il se retrouve seul, sans comprendre ce qui lui arrive. Même Dieu semble devenir un ennemi et ne le bénit plus comme il le bénissait au départ ! Il semblait qu’au début de sa vie il avait la faveur de Dieu, la prospérité lui était accordée et maintenant il se trouve abandonné, sans comprendre ce qui lui arrive…

Parfois, nous traversons de telles tempêtes et vous qui passez par ces moments-là, je voudrais vous dire que même dans la tempête, même dans la noirceur de l’existence, il y a toujours une lumière véritable, un moyen de s’en sortir, de passer au-dessus des vagues. Une main pleine d’amour vient vous secourir et vous sortir de la tempête, c’est la main de Jésus, celle de Dieu. Jésus ayant été envoyé pour cela, il est venu comme une lumière au milieu des ténèbres, un phare au milieu de la tempête. Il est venu pour vous secourir.

Job continue et un jour, toujours dans cette période si difficile pour lui, il dit : « Tu me soulèves, tu me fais voler au-dessus du vent, tu m’écrases au bruit de la tempête. » Voilà qu’au milieu de la tempête, Dieu va parler à Job : il va s’adresser à lui, lui poser des questions, le remettre en question et au travers de cette tempête, Job va voir les vagues se calmer. Il va voir le vent commencer à s’arrêter, s’estomper, puis la Parole de Dieu va continuer dans sa vie, continuer encore, apaiser et contrôler toutes choses. Dans l’Ecriture, Dieu dit à la mer : « Ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots ! »

 

 Serge SANTANDER