Chers lecteurs, j’aimerais vous lire le Psaume 23 :

« L’Éternel est mon Berger : je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de Son Nom.

Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi; Ta houlette et Ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires; Tu oins d’huile ma tête, et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Éternel jusqu’à la fin de mes jours. »

C’est sans doute l’un des passages bibliques les plus connus de la Bible, écrit par David, le grand Roi d’Israël. Dans ce Psaume, il parle des trois problèmes principaux de l’homme.

Tout d’abord : « Il restaure mon âme. » La Bible dit que nous avons un corps, et à l’intérieur de ce corps, il y a notre esprit, notre âme; mais cette âme est malade, elle est portée à mentir, à convoiter, à haïr et à l’orgueil.
Tout cela engendre des luttes, des conflits, et finalement la mort. David dit : « J’ai trouvé le moyen de restaurer mon âme. » Nous avons tous besoin que notre âme soit restaurée. La science médicale n’a jamais rien trouvé pour guérir l’esprit de l’homme. Les psychologues et les psychiatres ont essayé, nous avons des tas de pilules qui nous aident, mais les problèmes fondamentaux de la nature humaine subsistent au travers des siècles.

David a dit : « Dieu restaure mon âme » et plus loin : « Je n’aurai besoin de rien. » Il aborde ici le problème de la souffrance. Tous nos progrès scientifiques n’ont pas arrêté la souffrance de l’homme, la souffrance physique, la souffrance mentale, toutes les espèces de souffrances qui assaillent l’homme. Des milliers de gens meurent de faim chaque jour, d’autres sont tués à la guerre, il y a des tremblements de terre, des désastres dans différentes parties du monde. David dit : « Je n’aurai besoin de rien. » Au milieu de tous les désordres de la vie, j’ai trouvé une réponse à mon problème, j’ai trouvé un sens à ma vie, j’ai trouvé l’idéal pour lequel je dois vivre. Ainsi, je puis supporter la souffrance.

Un autre problème que la science n’a jamais résolu est celui de la mort. « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Dieu est avec moi. » Les jeunes pensent à la mort. Je reçois un magazine chaque mois qui contient les derniers couplets à la mode de la pop music en Amérique, un quart des chansons parle de la mort. Le nombre des suicides parmi les étudiants de l’Europe Occidentale augmente. Les jeunes se préoccupent de la mort.

Que se passe-t-il après la mort ? Y a-t-il une réponse au problème de la mort ? David dit : « J’ai trouvé la réponse; lorsque je ferai face au dernier ennemi, Dieu sera avec moi. »

Dans ce Psaume, David parle des trois problèmes fondamentaux de la race humaine :

– la méchanceté de l’homme,

– la souffrance de l’homme,

– la mort.

Et il dit : « C’est en Dieu que se trouve la réponse à ces trois problèmes. »

Où David a-t-il trouvé une foi pareille ? N’aimeriez-vous pas avoir une foi semblable ? David l’avait et il l’a trouvée lorsqu’il était jeune. Il était un jeune berger et il gardait les troupeaux de son père sur les collines. Son père avait beaucoup de moutons, et sous les étoiles, le soir, David méditait. Il réfléchissait aux problèmes fondamentaux de la vie. Un jour, Dieu se révéla à lui et David Lui donna sa vie et Dieu la transforma.

L’Ancien Testament raconte une histoire arrivée à David et que vous connaissez. J’aimerais en tirer la conclusion spirituelle pour l’appliquer à notre 20ème siècle. Elle se trouve dans l’Ancien Testament, dans le premier livre de Samuel, c’est la bataille entre David et le géant Goliath. Vous, les jeunes, sachez que vous avez à faire face à de grandes batailles. Vous aussi, vous devez combattre des géants dans votre vie. Nous savons que la chair combat contre l’esprit et l’esprit contre la chair. Ce n’est pas facile d’être chrétien de nos jours, ce n’est jamais facile de suivre Jésus-Christ. Jésus a dit : « Je vais mourir sur une croix, êtes-vous prêts à Me suivre ? » La splendeur du monde nous attire, nous voulons faire partie du monde pour en connaître la splendeur et les plaisirs. Il n’est pas facile de mourir à tout cela, mais quand vous acceptez Jésus-Christ, vous acceptez de tourner le dos au monde, alors une bataille commence. La chair se bat contre l’esprit, c’est une guerre intérieure, et vous n’aurez la victoire que si vous vous soumettez à l’Esprit de Dieu.

Cette bataille entre David et le géant eut lieu dans une grande vallée; d’un côté les Philistins, de l’autre l’armée d’Israël, le peuple de Dieu. Tous les matins et tous les soirs, un géant, Goliath, venait du camp des Philistins narguer Israël. Il était le plus grand homme de l’Histoire, 2 m 80, et était revêtu d’une énorme armure. Voilà 40 jours qu’il défiait Israël et disait : « Y a-t-il un homme parmi vous assez courageux pour venir se battre contre moi ? » Ainsi, Goliath jetait un défi au peuple d’Israël. Les gens d’Israël avaient peur, car dans toute leur armée, il n’y avait pas de champion capable de se mesurer à Goliath.

Un matin, alors que David gardait ses troupeaux, étant trop jeune pour être soldat, son père lui dit : « Écoute, j’ai ici des provisions, il faut les apporter à tes frères. » David partit pour le champ de bataille et là, il entend le Philistin Goliath se moquer du peuple de Dieu. David demande : « Mais qui est donc cet homme qui ose défier l’armée de Dieu? » On lui raconta l’histoire de Goliath.

Vous aussi, vous avez des géants à combattre. Quels sont ces géants ? Pour vous, les jeunes, c’est votre soif de plaisirs et de joies. Bien sûr, Dieu veut que vous soyez heureux. Dieu ne se promène pas avec un grand bâton pour vous taper sur la tête chaque fois que vous vous amusez. Il veut que vous soyez heureux, mais de la bonne manière, parce que la Bible dit : « Si vous recherchez le bonheur de la mauvaise manière, vous vous détruisez vous-mêmes, c’est un suicide auquel vous courez. » La Bible dit : « Car en Ta présence est une abondance de joies, à ta droite, il y a des délices éternels. »

Voilà longtemps que je suis chrétien, et je vous assure que j’ai été heureux dans ma vie. J’ai été avec des chrétiens en Afrique, en Amérique latine, en Asie et ailleurs. Bien qu’ils soient tous différents par la couleur de leur peau, par la langue et de bien d’autres manières, ils ont ceci en commun : ils ont une joie et une paix que seul Jésus-Christ peut donner. Leur bonheur ne dépend pas des circonstances. Nous savons pourquoi nous sommes sur la terre et nous savons où nous allons. Tous ces problèmes philosophiques pour nous sont résolus. Croire en Jésus-Christ et Lui appartenir, c’est aussi être délivré du complexe de culpabilité. Notre culpabilité, Il l’a prise avec Lui sur la Croix, c’est une œuvre accomplie et Dieu nous donne gratuitement le pardon pour nos péchés, car Jésus-Christ a payé le prix de notre rachat. Nous avons la paix avec Dieu et la paix avec nous-même, et nous pouvons être heureux, jouir de la vie, car nous savons que Dieu nous aime.

Il y a une différence entre le plaisir et la joie. Le plaisir, bien souvent, dépend des circonstances. La joie, elle, se trouve à l’intérieur de notre cœur, en profondeur, elle ne dépend pas de ce qui nous entoure. La paix et la joie sont dans notre cœur lorsque nous vivons en communion avec Jésus-Christ.

Un autre géant devant vous est le besoin de sécurité.

Bien des jeunes se révoltent aux États-Unis, et ils ont admis devant des psychiatres et des journalistes que c’était parce qu’ils n’avaient pas de sens de l’autorité. Ils ont un besoin d’autorité. Un jour ou l’autre, une philosophie, une idéologie vous maîtrisera. Un jour, il faudra bien que vous croyiez en quelque chose ou en quelqu’un. Qu’allez-vous croire ? A quoi allez-vous donner votre vie ? Pour quelle cause êtes-vous prêt à mourir, à donner votre vie ? En quoi croyez-vous, quelle est votre philosophie de la vie ? Il faudra bien que vous choisissiez quelque chose, et pourquoi ne serait-ce pas la personne de Jésus-Christ ? Il peut vous donner la paix, la joie et l’amour. Jésus a dit que vous ne pouvez servir deux maîtres. Vous ne pouvez pas satisfaire vos appétits de la chair d’un côté et Jésus de l’autre, il faut faire un choix. La vie chrétienne commence par un choix, au lieu de choisir le moi, je choisis le Christ. Personne ne peut servir deux maîtres. Lorsque vous avez un Maître, vous êtes certain d’avoir la sécurité.

Un autre besoin de notre âme est celui d’être aimé. 

Voilà ce que tout le monde veut : être aimé. Peut-être ne l’admettez-vous pas, mais c’est un désir profond de votre cœur.

Il y a quelques semaines, une jeune adolescente, aux États-Unis, âgée de 16 ans, a eu un enfant illégitime. Elle a dit à un journaliste : « Beaucoup de filles adolescentes ont des aventures sexuelles avant le mariage parce qu’elles n’ont pas assez d’amour à la maison, et elles pensent que c’est comme cela qu’elles vont le trouver. »

La Bible nous dit que Dieu nous aime. Jésus nous a tant aimés qu’Il a accepté de mourir sur une croix pour nous sauver. Dieu veut vous aimer. Il veut pardonner votre passé. Tout l’amour dont vous avez besoin, Il peut vous le donner. Il a prouvé Son amour en donnant Sa vie sur la Croix. Voulez-vous L’accepter maintenant ?

Billy Graham