Sélectionner une page

Exercé aux disciplines spirituelles

Exercé aux disciplines spirituelles

Notre société voue un véritable culte aux sportifs et aux athlètes qui font très souvent la une des médias qui célèbre leurs performances.

Tous les quatre ans, les regards du monde entier sont rivés sur les performances des athlètes olympiques venus de tous les horizons : les uns pour gagner une médaille, les autres simplement pour l’honneur de participer aux jeux. Nous trouvons tout à fait normal et indispensable que des sportifs de haut niveau aient dû s’imposer une discipline exigeante et de longue haleine pour en arriver-là. En effet, pour atteindre de telles performances, il fallait bien s’entraîner, se priver de certaines activités, veiller au sommeil et à la nourriture, à l’emploi du temps. Les années olympiques sont toujours particulières.

La Bible nous dit que l’athlète doit combattre selon les règles, en se conformant strictement à ce qui est exigé pour la compétition qui est la sienne, discipline particulière dans l’entraînement, pendant l’épreuve. Il y a une discipline et des règles à observer si l’on veut remporter la médaille.

Le mot « athlète » vient d’un verbe grec qui veut dire « lutter, combattre ». Le mot est souvent employé dans la Parole de Dieu, dans le Nouveau Testament en particulier, pour décrire et qualifier la marche, l’attitude des chrétiens. Paul emploie souvent ce mot avec son équivalent « lutteur ». Ainsi donc, l’athlète n’est autre qu’un lutteur, un combattant engagé dans une course. Il n’a qu’une seule pensée : obtenir la première place. Il doit faire cet effort soutenu malgré la souffrance, quoiqu’il en coûte.

Le but de la course, de la vie chrétienne, est-il d’aller au ciel ? Est-ce d’éviter l’enfer ? Ou est-ce tout simplement d’avoir une bonne béquille durant ce temps de pèlerinage terrestre ?

Non, rien de tout cela. L’apôtre Paul lui-même nous dit que le but de la vie chrétienne c’est de connaître le Christ, le Fils du Dieu vivant. C’est cela, pour lui, obtenir le prix, et ce n’est pas de gagner quoi que ce soit.

Beaucoup de personnes s’imaginent qu’il faut gagner son ciel, son salut, que la grâce de Dieu se mérite, que l’amour même de Dieu est la récompense d’un effort moral, spirituel, d’une discipline exigeante pour arriver enfin à mériter cet amour divin.

Chers amis, laissez-moi vous dire que tout cela n’est qu’erreur, qu’illusion et vanité humaine.

Nous ne pouvons pas gagner notre salut : Le Christ est mort pour nous.

Bien plus, la Bible dit qu’il est ressuscité. Il a donc acquis le salut, lui le Christ. Nous n’avons que la foi à ajouter à ce salut. Nous ne pouvons pas non plus gagner la grâce. D’ailleurs, ce serait un non-sens, car la grâce est imméritée. Elle est du domaine du don, un cadeau tout comme les cadeaux que vous avez reçus à la fin de l’année.

En effet, la récompense du chrétien, la discipline qu’il doit observer pour vivre en chrétien responsable dans ce monde, c’est de connaître son Seigneur, de partager sa foi, d’être fidèle dans sa foi, malgré les épreuves et les difficultés, et pour y parvenir il faut combattre selon les règles — il y a une lutte, une tension et souvent une opposition. La Bible nous parle de discipline, d’abnégation, et met en référence, place devant nos yeux cette image de l’athlète.

Les télévisions du monde entier relaient les exploits accomplis par les sportifs aux quatre coins du monde.

L’apôtre Paul nous dit qu’il n’y a pas d’athlète sans sacrifice.

Lui-même dira qu’il accepte toutes sortes d’abstinences, qu’il tient son corps en bride, assujettie par rapport aux désirs charnels, à la passion qui anime chacun d’entre nous. Lui qui a choisi le Christ, lui qui veut vivre en chrétien dans cette société, nous dit ces choses. Le chrétien doit s’entraîner : Entraînement à la prière, à la piété, à la foi, entraînement difficile à la communion fraternelle avec les autres. Quand on est tout seul, tout va bien. Lorsqu’on est confronté aux autres, là les choses peuvent se compliquer quelque peu.

L’athlète fait également très attention à son hygiène de vie, sa nourriture (nourriture appropriée, aliments à consommer avec modération et ceux à ne pas manger). Idem pour les boissons et autres substances chimiques. Le dépistage contre le dopage veille au grain. Le chrétien, de la même manière, ne doit pas consommer tout et n’importe quoi. Cette société nous offre toutes sortes d’images, de musiques, de produits de consommation, et nous pouvons, en absorbant tout et n’importe quoi, nous avilir, nous faire du mal, nous blesser intérieurement et mettre toutes sortes d’angoisses dans notre âme. Il faut donc une hygiène de vie en rapport avec le but : connaître le Seigneur Jésus.

Je pourrais comparer le chrétien à un décathlonien, ce sportif qui doit, tout au long de dix épreuves, concourir avec la même excellence dans chaque domaine.

Chez les Grecs, tous les quatre ans, il y avait les Jeux olympiques qui ont été ressuscités il y a plus d’une centaine d’années et à présent nous les connaissons bien. Chez les Corinthiens, tous les deux ans, il y avait les jeux isthmiques, et dans la Bible, Paul fait référence, assez souvent, tant aux Jeux olympiques qu’aux Jeux isthmiques. Il y avait diverses épreuves : Paul parle du combat de boxe, de pugilat, de lutte, de saut, de disque, de javelot, de course. Il connaissait tous ces éléments parce qu’ils étaient les événements sportifs de son temps.

Je termine en disant simplement, pour vous aussi, ami chrétien, qui partagez cette même foi, vous qui avez le désir que votre foi soit structurée, disciplinée selon les principes bibliques, spirituels, il y a ce que la Bible appelle les épreuves de la foi. Nous ne devons pas vivre notre croyance, notre foi comme des herbes folles, mais bien au contraire, respecter certains codes, certaines règles. La Bible le dit, l’athlète doit combattre selon les règles, de même les chrétiens et tous ceux qui aspirent à cette vie chrétienne épanouie, doivent observer ses règles.

Laurent GUILLET

Evandis Gospel TV

Vidéo à la demande

Vidéos à la demande

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don avec Helloasso, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don

DERNIERS ARTICLES

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

    ABONNEZ-VOUS

    fringilla at lectus in suscipit ut libero ante. accumsan leo Nullam