Sélectionner une page

CVA 307 : CONFIER SA VIE A DIEU

Lecture : Actes 27.

1) AVANT LE NAUFRAGE.

– Paul, Luc et les membres de l’équipage s’apprêtent à effectuer une traversée afin de se rendre à Rome. Cette réalité historique est l’image de l’homme qui navigue sur les eaux mouvementées de ce monde. Dieu lui propose de le rencontrer et de faire route avec lui afin de le guider vers la bonne destination, vers le bon port d’attache.
– La tempête qui s’est abattue sur l’embarcation représente toutes les intempéries rencontrées pendant notre passage terrestre. Celles-ci sont le lot des inconvertis comme des enfants de Dieu.
Verset 11 : Le centenier est confronté à un choix important : soit il écoute les professionnels de la mer, soit il suit le conseil de Paul. Il va se déterminer pour prendre une décision raisonnable, logique, acceptable sur un plan humain et va ainsi laisser de côté le conseil de Dieu donné par Son serviteur.
– De la même façon, nous sommes confrontés à ce genre d’alternative. C’est l’opposition entre la chair et l’Esprit, notre vieille nature déchue nous poussant dans une direction, l’Esprit nous invitant à une orientation opposée. Gal 5 : 16-26.
Bien souvent, le Seigneur presse le disciple vers une voie qui n’est pas raisonnable ou sage sur un plan humain. En effet, les notions de pardon, de grâce, de miséricorde, de renoncement à soi-même, de choix consistant à s’humilier et à s’abaisser devant la majesté du Créateur sont proposées par le Saint-Esprit, en contradiction avec les désirs de la nature charnelle.
– Abraham, malgré la promesse de Dieu concernant une postérité nombreuse, a écouté son propre raisonnement et a considéré que son héritier serait Eliézer, son fidèle serviteur, en remplacement du fils qu’il n’aurait pas. Même après avoir saisi le plan de l’Eternel prévoyant une naissance miraculeuse, Abraham, prisonnier de son impatience, a suivi la voix de sa femme qui l’a orienté vers Agar sa servante afin qu’elle enfante. Gen 15 : 16.
– Comme cet homme de Dieu, nous sommes enclins à suivre des conseils humains ou à faire confiance à nos pensées personnelles, ce qui peut nous conduire dans des situations délicates loin du dessein bienveillant du Seigneur. Ainsi, le centenier effectue un mauvais choix et entraîne tout l’équipage dans une situation périlleuse.
– Verset 13 : Le léger vent du sud leur est favorable, les confortant dans l’impression d’avoir pris la bonne décision. Cette première partie de traversée étant propice, ils sont faussement rassurés par l’illusion de contrôler leur vie et leur destinée.
– Quand on n’écoute pas les indications de la parole de Dieu et qu’on s’oriente en fonction des penchants de son cœur, on peut bénéficier pour un temps de circonstances fastes, et on en déduit que le Seigneur bénit et approuve. Or, si pendant une certaine période, la situation semble avantageuse, c’est la traduction de la grâce et de la patience de Dieu, non pas pour appuyer et soutenir une mauvaise direction, mais pour convaincre de péché et amener à la repentance et à un changement de voie. Rom 2 : 4.

2) TRAVERSEE PERILLEUSE ET MESURES SALUTAIRES.

Verset 14 : L’Euraquilon commence à souffler fortement, déclenchant une tempête dans laquelle les membres de l’équipage auraient du y laisser la vie sans une intervention divine.
Versets 16-17 : A partir de ce moment-là, des mesures sont prises afin de lutter efficacement contre les éléments déchaînés. Nous allons les relever et effectuer l’application pratique pour la vie du croyant.

a) Le premier jour de la tempête, la chaloupe, c’est-à-dire le canot de sauvetage, n’est plus laissée à la traîne derrière le navire mais est hissée à son bord.

– Cette petite embarcation représente ce qui sauve le chrétien dans une situation périlleuse, lorsqu’il est ballotté par la houle et les vents (les épreuves) pendant sa traversée. Elle représente l’intimité avec Dieu par le moyen de la lecture et la méditation des Ecritures, la prière, la communion fraternelle. Il ne s’agit pas de laisser ces trésors derrière soi (comme la chaloupe attachée à la poupe du bateau), mais de les avoir à bord de notre vie, de les posséder afin de les expérimenter (c’est le canot de sauvetage récupéré dans le navire)

b) Le navire est ceint.

C’est-à-dire qu’il est consolidé au niveau de la coque pour éviter sa dislocation. Ceci parle de la ceinture de la vérité que tout disciple de Jésus est appelé à porter. Ps 51 : 8; Prov 23 : 23; Eph 5 : 9.

c) Le deuxième jour : la cargaison est jetée à la mer

Verset 18. L’enfant de Dieu, pendant sa traversée, embarque avec lui, volontairement ou involontairement, des éléments qui le freinent, le bloquent dans sa progression, l’alourdissent et sont un véritable handicape pour voguer en toute sérénité. Ces cargaisons dont il est nécessaire de se débarrasser sont de styles différents. Il s’agit :
  – Du péché dont on ne veut pas se détacher et qui est entretenu avec complaisance bien que le croyant en subisse les conséquences. Ps 32 : 3-4.
  – D’un fardeau qui accable, afflige excessivement. Lam 3 : 19-20.
  – De mauvaises habitudes religieuses qui empêchent, étouffent l’expression de la vie de Dieu. Mat13 : 3.
  – Du superflu, du confort, de l’aisance procurés par des avantages matériels. 1 Tim 6 : 10. Remarque : le superflu, la richesse ne sont pas des problèmes en eux-mêmes. En effet, dans Sa grâce et Sa bienveillance, le Seigneur peut permettre à Ses enfants d’en jouir. 1 Tim 6 : 17. Notre Dieu est un Père qui veut nous faire profiter de Ses largesses et de Ses nombreux bienfaits. Il est cependant important de gérer avec sagesse et intelligence cette abondance afin de ne pas en devenir esclave. 2 Pi 2 : 19;

Il convient donc d’alléger le cœur des éléments nocifs et polluants en les reconnaissant, en les confessant, c’est-à-dire en les apportant à la lumière devant Jésus, et en les abandonnant. Il s’agit ensuite de s’établir dans une position de foi qui consiste à croire que le Seigneur s’occupe de la situation qui vient de Lui être confiée et qu’Il opère la libération et le soulagement attendus. Jean 8 : 36.

d) Le troisième jour : les agrès du navire sont jetés à la mer

Verset 19. ainsi, l’équipage s’est séparé des mâts, des voiles et des haubans, donc du matériel du bateau permettant à ce-dernier de naviguer de façon autonome: Cette décision correspond sur un plan spirituel à une étape supplémentaire. En effet, après s’être débarrassé de tout ce qui peut encombrer sa vie (les cargaisons), le chrétien peut encore désirer conserver une volonté personnelle pour diriger sa trajectoire et naviguer en comptant sur ses propres capacités.
– En renonçant à son gréement dans la tempête, le disciple abandonne toute prétention de maîtriser, de contrôler quoi que ce soit pour finalement faire confiance aux courants divins qui le mèneront à bon port. C’est l’expérience d’Ezéchiel qui s’enfonce dans le fleuve (représentant le Saint-Esprit) à un endroit où la profondeur de l’eau l’oblige à perdre pied et à se laisser entraîner par le courant. Ez 47 : 1-5.
– Le Seigneur nous accueille les bras ouverts pour nous blottir dans Ses bras d’amour, nous porter et nous accorder le repos dont nous avons besoin. Héb 4 : 10-11; Es 30 : 15. Il nous encourage à ne pas nous débattre, nous agiter, mais à nous livrer volontairement et joyeusement entre Ses mains.

3) LA MORT PUIS LE SALUT.

– Le troisième jour de la bourrasque, les membres de l’équipage sont plongés dans l’obscurité. Ils connaissent une sorte de mort à cause des ténèbres environnantes, d’une issue humainement dramatique et de l’impossibilité de faire quelque chose.
– Ces 3 jours rappellent ceux de Jésus passés dans le tombeau, sa mort physique étant une conséquence du don de Sa vie à Son Père puis aux hommes. Seulement, le Sauveur du monde n’est pas resté dans un sépulcre, Il en est sorti car Il a été ressuscité par l’action vivifiante du Saint-Esprit.
– Paul et ses compagnons ont expérimenté une sorte de résurrection en sortant indemnes, sains et saufs de cette épreuve.
– Le disciple est lui aussi appelé à passer par la mort en renonçant à sa nature charnelle et en donnant sa vie au Seigneur afin qu’il reçoive en retour la vie de résurrection de Jésus en plénitude.
Gal 2 : 20; Rom 6 : 13; 2 Cor 5 : 14-15. Jean 10 : 10.
– Mais avant de connaître une issue favorable, ils sont demeurés un long moment dans l’angoisse, la crainte, jusqu’à perdre tout espoir d’être sauvés : verset 20.
– Il est à noter l’emploi par l’auteur du livre du pronom personnel “nous“, signifiant l’extrême désespoir des membres de l’équipage, mais aussi de Paul et de Luc lui-même. Ce passage soulève une réalité : un chrétien aimant son Seigneur de tout son cœur, ayant une relation vivante avec Lui et le servant efficacement peut, à un moment crucial de sa vie, perdre courage et n’avoir plus aucun espoir. Luc a le courage d’avouer faire partie de ceux qui ont perdu toute espérance d’être sauvés.
– Il est préférable d’éviter de se mentir, de mentir aux autres et à Dieu en voulant donner l’impression qu’on domine la situation, qu’on la contrôle alors que ce n’est pas le cas. Le Seigneur apprécie quand Son enfant est transparent, vrai, honnête et qu’il vit en étant réellement lui-même. Cela s’appelle l’humilité à laquelle Jésus répond par la bénédiction. 1 Pi 5 : 5; Prov 15 : 23; Col 3 : 12.
– Même lorsque Son enfant se trouve dans la détresse la plus terrible, le Père céleste ne l’abandonne pas et prévoit, dans Son plan bienveillant, un puissant renouvellement : versets 23-26. Ainsi, nous sommes invités à attendre le secours divin qui se manifestera au moment opportun. Lam 3 : 25-26.
– Conclusion de cette traversée : tout l’équipage arrive à destination sain et sauf, conformément à la promesse du Seigneur : verset 44.
– Il est possible, comme dans le cas de Paul, de devoir subir injustement les mauvais choix et les orientations erronées de quelqu’un. Dans ce cas, il est sage de prendre conscience qu’il est impossible de changer le cœur des gens et les circonstances rencontrées par ses efforts personnels. Il est plus judicieux de s’en remettre à la grâce de Dieu qui est puissante pour manifester la présence et la gloire divines en vue d’une issue favorable.

Philippe Landrevie

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
Lorem dolor. diam venenatis, vel, elit.