Les musulmans sont tenus d’obéir et de suivre aveuglément  leurs préceptes religieux sans s’interroger et sans exercer leur raisonnement. La lecture critique des textes religieux est absolument interdite.

La plupart des écoles musulmanes comptent beaucoup sur la mémorisation du Coran ainsi que d’autres documents.

L’Islam décourage les questions sur la religion, estimant que « penser, c’est être un infidèle. » (1)


Sur cette base, le musulman ne devrait pas chercher à se renseigner sur sa foi, mais simplement accepter ce qu’on lui enseigne. La pensée rationnelle est comparable à être comme « Un âne qui monte jusqu’à ce qu’il arrive au palais du roi. Pour entrer, il doit laisser sa pensée rationnelle à la porte.

‘islam étant le palais du roi. Tu as donc besoin de laisser tes raisonnements à la porte pour entrer en Islam, la religion de Dieu ! » (2)

Prière

Seigneur, Dieu notre Créateur, la majesté, la puissance, la gloire et l’honneur t’appartiennent. Tu as fait de nous des êtres rationnels avec des cerveaux étonnants capables de raisonner et de réfléchir. Pour cela, nous te remercions.

Accorde aux musulmans la sagesse pour décider de vivre pour Celui qui est mort pour les sauver. Que Christ, la lumière du monde brille dans leurs cœurs avec son amour indéfectible et sa miséricorde qui dure à toujours. Puissent-ils le recevoir comme leur Seigneur et connaître la joie de son pardon et de son amour.

Je prie pour les musulmans qui pensent trahir Dieu et leur société s’ils remettent en question leur religion.

Dans ta grande compassion, n’abandonne pas les musulmans dans leur désert (Néhémie 9:19).

Guide-les par ta lumière jusqu’à la croix. Aide-les à aimer le Seigneur leur Dieu avec tout leur cœur, de toute leur âme, et avec tout leur esprit (Marc 12:30).

Dans le nom puissant et glorieux de Jésus. Amen.

Promesse

« Laissez-vous transformer par le renouvellement de votre intelligence. Ensuite, vous connaîtrez la volonté de Dieu, qui est bonne, agréable et parfaite (Romains 12 : 2, Sharif Bible). »

(1) En arabe : alfikru kufron !
(2) Cité dans “La clôture de l’esprit musulman”, Robert R. Reilly, p. 116.