Cette semaine nous prions pour

Les chrétiens d’orient III

Il existe des pays musulmans où la condition des chrétiens est absolument intolérable.

En Arabie saoudite, pays qui est régi par la loi de la Sharia, toute pratique religieuse, y compris dans le secret des maisons, autre que celle de l’islam sunnite, est strictement interdite. Les sanctions peuvent être lourdes, du fouet à la lapidation, pour ceux qui sont reconnus coupables. Les chrétiens n’ont pas le droit de disposer d’un lieu de culte.

Le paradoxe est que les gouvernements occidentaux acceptent que ce pays finance la construction de mosquées partout en Europe…

Aucun signe extérieure d’appartenance à la chrétienté n’est toléré, pas plus que posséder un évangile ou une Bible. Les saoudiens, eux, ne se privent jamais d’arborer et d’imposer leur signes religieux à l’extérieur de leur pays. Partout en Europe, le nombre de mosquées a été multiplié sans aucun problème et très souvent avec le soutien des autorités qui acceptent la revendication de pratiques religieuses. En France, on a dénombré en 2015, 2502 lieux de culte musulman contre 1500 en 2000, cela fait une croissance de deux-tiers en quinze ans.

La discrimination politique est quasi systématique pour les chrétiens en Orient. Aucun chrétien, à l’exception remarquable du Liban, n’a le droit d’occuper un poste ou une fonction de premier ordre.

Au Liban, seul pays d’Orient dont le président de la république doit être chrétien maronite, nous assistons à une discrimination encore plus larvée mais non moins insidieuse. En effet, depuis 1990 le pays est régi par la constitution issue des accords de Taef, qui distribue les trois pôles du pouvoir, le président, le premier ministre et le chef du parlement, aux trois grandes communautés du pays : chrétien maronite, sunnite et chiite.

En Occident, le nombre de musulmans ne cesse de progresser. Des politiques d’accueil ouvertes et des conditions politiques, économiques et sociales plus favorables comparativement aux pays d’origine le permettent. En Orient au contraire, une épuration religieuse massive et silencieuse est en cours. Les discriminations et la stratégie de la terreur sont les deux faces d’une même réalité. Elles visent à éliminer toute présence chrétienne, toute identité multiple, tout souvenir du christianisme et de son rôle historique dans la construction de ces peuples et de ces États. Les Chrétiens qui représentaient 20 à 25% des populations de cette région du monde, terres de naissance du christianisme, ne sont plus que 5 à 6% et auront complètement disparu de certains pays, comme l’Irak où ils sont passés de plus de 2 millions en 1977 à moins de 300 000 aujourd’hui.

Les chrétiens d’orient assuraient, en quelque sorte, la ligne de défense de l’Occident. Plus l’Orient s’enfonce dans la terreur, plus l’Occident en subira les conséquences.

Prière :

« Père céleste, nous savons que tu es au dessus de toutes choses, ton règne et ton pouvoir n’ont pas de limite.
Devant ces situations de vie intolérables que connaissent les chrétiens d’Orient dans certains pays musulmans, nous te prions afin que tu veilles sur tes enfants et que tu les protèges.
Manifeste ta puissance par des signes et des prodiges en leur faveur. Que ton nom soit glorifié à jamais. Amen.

Promesse :

« Mais moi, je me confie en toi, Éternel ! Je dis : « Tu es mon Dieu ! » Mes destinées sont dans ta main : délivre-moi de mes ennemis et de mes persécuteurs ! » Paumes 31:15-16