Lecture : Juges 6

Le personnage de ce chapitre est Gédéon. Il souffre d’un complexe d’infériorité en raison de sa situation sociale et familiale : « Ma famille est la plus pauvre […] et je suis le plus petit ».

Complexe fréquent, pour des raisons semblables ou différentes.

Voyons tout de suite comment Dieu opère pour le guérir.

Il l’apostrophe d’abord avec un vibrant « vaillant héros ». Il use ensuite d’un stratagème qu’il pouvait seul imaginer. Au lieu de vingt-trois mille soldats levés par Gédéon, il ne lui en laisse que trois cents. Ainsi notre général ne devra-t-il compter que sur Dieu pour vaincre.

Et il accompagne cette décision de deux encouragements : « Je suis avec toi […]. Va avec la force que tu as ».

Lequel d’entre nous, à l’image de Gédéon, serait sans aucune capacité ? Il y a en chacun d’entre nous une vitalité peut-être non révélée, non exploitée, mais existante. Il s’agit de la faire éclore et de la développer.

Ami qui vous croyez inférieur à ceux qui vous entourent, découvrez-vous tel que Dieu qui vous a créé vous voit. Dites comme David : « Je te loue, Seigneur, de ce que je suis une créature merveilleuse. » Ajoutez comme lui : « Je suis pauvre et indigent, mais l’Éternel pense à moi ». Croyez en Dieu, et avec sa grâce, croyez en vous.

Ce double cheminement sera la base de votre guérison.

Paul MOREAU