L’état de l’âme

Lecture : 3 Jean 1, 2

Voici aussi ce que je souhaite pour chacun, une prospérité à tous égards et une bonne santé.

Le souhait de prospérité et de bonne santé que formule Jean envers Gaïus est comparé à la prospérité de son âme : « (…) comme prospère l’état de ton âme ». Si nous lisons cette troisième épître de Jean, nous constatons, en effet, que l’état de l’âme de Gaïus est bon : vérité, fidélité, accueil et charité sont en Gaïus ; voilà des vertus qui démontrent une bonne santé de l’âme. A l’inverse, le mensonge, la fausseté, l’infidélité, l’égoïsme, l’orgueil, la haine, sont des signes du mauvais état d’une âme et d’un mauvais état d’esprit. Il se peut que quelqu’un prospère à tous égards, soit en bonne santé, et que son âme ne le soit pas. Cette personne est vraiment malheureuse, même si elle a tout pour être heureuse, car elle ne connaît pas le Dieu vivant et vrai et n’a donc pas de relation avec lui. C’est la communion avec le Seigneur qui donne à une âme d’être en bonne santé.

Tout ce que nous pouvons lui souhaiter, c’est de rencontrer Dieu, afin que spirituellement et moralement, elle prospère. C’est bien plus qu’un souhait, c’est une prière.

Le bien-être spirituel doit être notre priorité. La santé se préserve et il vaut mieux prévenir que guérir. Aussi, comme avait pu  le dire Jésus :

« Veillez et priez ».

Rappelons-nous aussi ce proverbe :

« Garde ton cœur plus que tout autre chose, car de lui viennent les sources de la vie » (Proverbes 4/23).

L’idéal est d’être en bonne santé physique, de prospérer, et d’être dans l’abondance spirituellement, mais nous n’avons pas toujours les deux. Malgré tout, le Seigneur Jésus est fidèle ; Il sait aussi bien guérir l’âme que le corps.

Lionel FOUCHE

0 commentaires

Sur le même thème :

La querelle des outils

La querelle des outils

Prenons bien soin de ne pas nous plaindre les uns des autres en trouvant des défauts à un quelconque outil de Dieu.

Ce n’est pas par des oeuvres…

Ce n’est pas par des oeuvres…

La Parole de Dieu plus sûre que l’eau, ne te demande pas de te fier à tes sentiments mais de te laisser porter par elle et c’est ce qui te conduira vers la paix de Dieu

A chacun son dû !

A chacun son dû !

A chacun son dû ! Que devons-nous rendre à Dieu ? Lui qui, sans arrière–pensée, sans égoïsme, sans intérêt, sans calcul, uniquement par amour et grâce, a débloqué notre situation perdue et sauvé notre âme de l’enfer, faisant don de Jésus, son Fils unique à la croix !

Pin It on Pinterest