Lecture : Éphésiens 1/22 à 23

Un chef, c’est quelqu’un qui est à la tête, qui commande, le fondateur, l’animateur, le responsable, le leader, le maître.

Ce mot vient du latin « caput », qui signifie « la tête » :

« Jésus est la tête du corps de l’Église. (Colossiens 1/18) ».

Jésus est aussi présenté comme chef du salut (Hébreux 2/10) et comme chef de la foi (Hébreux 12/2).

Le rôle du chef, de la tête, est vital pour la croissance du corps et donc de chacun des membres de ce corps en particulier (cf. Éphésiens 4/15-16). « C’est la tête qui coordonne tous les mouvements du corps par les nerfs et les muscles. Ainsi, chaque partie reçoit la force nécessaire à sa croissance jusqu’à ce que l’ensemble soit parvenu à la stature fixée par la volonté de Dieu. (Colossiens 2/19, Parole Vivante) ».

En tant que chef, Christ préserve et protège son Église. Il est

« le chef de toute domination (Colossiens 2/10) »

et a autorité sur toutes les puissances.

Il a aussi pour objectif de conduire notre foi à sa maturité et à son plein épanouissement, dans la mesure où nos regards resteront fixés sur lui (Hébreux 12/2).

Avec un chef comme Christ, vivant éternellement, qui transmet ses directives par le moyen de sa Parole et par l’assistance du Saint-Esprit, l’Église n’a pas besoin d’un chef visible humain, sinon, l’apôtre Paul n’aurait pas écrit :

« Il y a un seul Dieu et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme ! (1 Timothée 2/5) »

Gardons les yeux fixés sur Jésus, notre chef et maître, celui que nous avons proclamé Roi de notre vie !

Bernard KOWALCZYK