Lecture : Ezéchiel 3/17 à 21

Ainsi fut appelé ce drame qui endeuilla, ce jour-là, la petite commune de Montrac (Chamonix). Ce qui devait constituer l’élément essentiel de bonnes vacances d’hiver, la neige, devint un véritable fléau conduisant à la tragédie, ce mardi 9 février 1999.

La neige tombait avec une telle abondance que très vite, tout fut recouvert par une couche de poudreuse de plusieurs mètres d’épaisseur et vers midi, ce fut l’avalanche qui entraina la mort de treize personnes et causa d’énormes dégâts.

« La nature de la coulée de neige a surpris tout le monde, déclara un témoin, car ce n’était pas là le passage, mais elle est passée par là où on ne l’attendait pas, au travers du village ».

Des rescapés, gardant encore dans les yeux cette vision d’horreur, virent le chalet face au leur, emporté avec tous ses occupants !

Etaient-ils prêts pour rencontrer Dieu ? Etaient-ils prêts pour l’Eternité ?

Une vision semblable doit être la nôtre quand nous pensons à tous ceux qui, journellement, sont emportés vers l’abîme de la destruction à cause de leurs péchés.

Peut-être même pointeront-ils leur doigt accusateur vers nous comme pour nous dire : «

Vous connaissiez le salut de Dieu et vous ne nous en aviez jamais parlé ! »

Alors ? Faisons comme le proclame un cantique :

« Publiez bien haut la grande nouvelle
Le sang de Jésus a tout effacé
Où que vous soyez
C’est vous qu’il appelle
Vous qui l’avez offensé… »

Soyons les porteurs de ce beau message.

† Jules DEPIERRE