Glanures

Lecture : Esaïe/Jérémie

Chaque matin, le peuple juif bénéficiait du cadeau divin de la manne, pain du ciel que Dieu leur donnait pour les fortifier.

Chaque matin, l’Israélite, en se réveillant, était assuré de trouver les bonnes choses que Dieu avait prévues pour lui ! Ainsi, il pouvait affronter une journée de marche dans le désert. Il n’avait qu’à les ramasser. Que « ramassons-nous » chaque matin ? L’amertume d’une nouvelle journée qui s’annonce difficile, la routine, l’ennui, le stress ? On ramasse aussi les problèmes à la pelle, laissés aux pieds du lit pendant quelques heures de court sommeil. On glane à nouveau le chagrin et la peine après la mort d’un être cher. Tant de gens « ramassent » dès le réveil, de nouvelles tensions dans le couple ou la famille. Et puis, il y a l’angoisse, la peur, la crainte !

Néanmoins, nous pouvons glaner tout autre chose à notre réveil :

« Rassasie-nous chaque matin de ta bonté (Psaume 90/14) » !

C’est bon ; c’est mieux ; c’est le meilleur. C’est normal, c’est Dieu qui l’a préparé. Pour vivre cela, soyons réconciliés avec Dieu, par Jésus.

« Dieu éveille, chaque matin, […] mon oreille, pour que j’écoute comme écoutent les disciples (Ésaïe 50/4) ».

Entendre Dieu vaut mieux que d’entendre les mauvaises nouvelles d’un monde en décrépitude. Il nous parle par la Bible qui est sa Parole. Il parle à notre cœur, notre conscience.

Glanons encore ceci :

« Ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin. Oh ! que ta fidélité est grande ! »

Jérémie a expérimenté cela alors qu’il était dans un contexte de dépression profonde. Rien ne nous empêche de placer notre foi en Jésus-Christ qui est l’accomplissement de cette promesse.

Alors, à partir de ce matin, que « ramasserons-nous » ? Notre journée sera marquée par ce que nous déciderons de glaner !

Bernhard FREUDE

 

0 commentaires

Sur le même thème :

La querelle des outils

La querelle des outils

Prenons bien soin de ne pas nous plaindre les uns des autres en trouvant des défauts à un quelconque outil de Dieu.

Ce n’est pas par des oeuvres…

Ce n’est pas par des oeuvres…

La Parole de Dieu plus sûre que l’eau, ne te demande pas de te fier à tes sentiments mais de te laisser porter par elle et c’est ce qui te conduira vers la paix de Dieu

A chacun son dû !

A chacun son dû !

A chacun son dû ! Que devons-nous rendre à Dieu ? Lui qui, sans arrière–pensée, sans égoïsme, sans intérêt, sans calcul, uniquement par amour et grâce, a débloqué notre situation perdue et sauvé notre âme de l’enfer, faisant don de Jésus, son Fils unique à la croix !

Pin It on Pinterest