Lecture : Éphésiens 2/4

Sans nul doute, nous avons un grand Dieu, Créateur des cieux et de la terre. Il nous a aimés d’un grand amour, la Bible parle de la hauteur, de la profondeur, de la largeur de cet amour que nous devons connaître.

Un grand salut : Puisqu’il s’est donné lui-même pour nous en Jésus. Dieu s’est fait homme. « Il a été manifesté en chair ». Il y a parfois de grands combats comme celui que Paul soutenait pour les Colos-siens (Colossiens 2/1).
Ne doutons pas de l’âpreté de ce combat ! Mais Dieu qui est grand va nous secourir. Les disciples ont manifesté le syndrome « de la grandeur ». Ils voulaient savoir qui était le plus grand. Pour leur faire comprendre ce qu’est la grandeur selon Dieu, Jésus va prendre le plus petit, c’est-à-dire un enfant… Lui, le plus grand, s’est fait le plus petit.

Le jeune homme riche avait de grands biens qui ne lui ont pas permis de se donner au Seigneur. Ce sont ses biens qui l’ont retenu loin de Dieu.

La vie d’un homme ne dépend pas de ses biens fût-il dans l’abondance (Luc 12/15). Soyons dans l’abondance de biens spirituels.

La foi des Thessaloniciens faisait de grands progrès. Elle n’était pas stagnante, mais il y avait une progression importante et normale.

C’est à Nathanël, homme convaincu, que Jésus dit : « Tu verras de plus grandes choses que celles-ci » ! D’un Dieu qui est grand, qui a fait de grandes choses pour nous, nous pouvons attendre de plus grandes choses encore pour les Églises et pour notre pays.

Dominique ROSAY