Lecture : 1 Corinthiens 15/28

« Dieu sera tout en tous ».

Par ces mots, Paul dirige nos regards vers l’état du croyant dans le Royaume éternel de Dieu qui n’aura plus rien de commun avec le monde dans lequel nous vivons.

La plaie ouverte par la révolte de la créature, en Adam, sera guérie. Dieu seul régnera sur un univers que Jésus-Christ lui aura soumis.

Hélas ! tous ceux qui n’auront pas cherché et accepté la vie nouvelle qui coule de la Croix seront privés de ce merveilleux Royaume éternel. Mais là, chaque croyant sera dépositaire de la sainteté de Dieu, le témoin de son amour, l’interprète de sa sagesse. Aucune trace de l’homme charnel ne subsistera dans sa vie, dans son cœur, dans ses pensées, dans ses œuvres.

Quel est donc le prix à payer pour entrer dans ces lieux célestes ? Dieu attend que

« toutes choses (mon cœur aussi) soient soumises à Jésus ».

Par sa mort, Christ a donné à tout homme la possibilité de se repentir, de vivre selon ses enseignements.

Paul prêchait la Croix pour

« amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ ».

Ensuite, il insistait dans ses diverses lettres sur une préparation du cœur en vue de l’entrée dans le Royaume de Dieu :

« que l’impudicité, la cupidité, le mensonge, les jalousies, les disputes… ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints. »

Amis, l’occasion vous est offerte, encore aujourd’hui, de « devenir participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde (2 Pierre 1/4) ».

Nous vous en supplions, ne négligez pas l’offre d’un si grand salut et d’une éternité aussi glorieuse !

Jean DUPOUY