Affermis tes frères

Lecture : Luc 22/31 à 32

Après la conversion, l’affermissement est indispensable. Pour l’avoir négligé, certains croyants sont tombés dans les pièges du diable. Un manque d’affermissement se manifeste de diverses manières : par exemple, lorsque notre confiance en Dieu est facilement ébranlée, lorsque nous sommes, à chaque instant sur le point d’abandonner la course, ou encore lorsque la régularité et l’intensité de notre piété varient en fonction des circonstances, enfin, lorsque nous manquons de convictions profondes, que celles-ci sont « flottantes » et que n’importe qui peut nous troubler. Nous risquons alors de quitter facilement le chemin de la vérité. Nous sommes, à ce moment-là, trop fragiles.

Nous avons besoin d’être affermis !

Le Seigneur Jésus met à notre disposition des moyens pour être affermis et ce, dès notre conversion, lesquels ?

Avant tout, la promesse du Maître d’affermir ceux qui lui appartiennent (1 corinthiens 1/8-9). Jésus intercède pour nous, comme il l’a fait pour Pierre. Jésus est bien celui qui peut nous préserver de toute chute (Jude 24).

Néanmoins, ne nous « déresponsabilisons » pas. Il faut aussi nous donner les moyens d’être affermis. Dieu fait cette œuvre au travers des circonstances favorables et défavorables. Ne nous décourageons pas, mais comprenons son plan !

L’œuvre d’affermissement de Dieu passe encore par les Écritures (la Bible). Notre contact quotidien avec elles, ne remplacera jamais le reste, mais demeure essentiel, primordial !

Enfin, le Seigneur Jésus nous affermit par les dons qu’il a donnés à son Église. Profitons sans négligence et sans lassitude de l’enseignement dispensé par « des hommes comme nous ».

Devenons donc le plus rapidement possible des disciples affermis, capables à leur tour, d’affermir les autres !

Loïc COLINET

0 commentaires

Sur le même thème :

Venir à la croix pour prendre un nouveau départ

Venir à la croix pour prendre un nouveau départ

Jésus nous invite à prendre notre place dans son royaume et ce, au travers du service. Impossible de le faire sans d’abord prendre notre croix, le renoncement à soi-même. Exigence effrayante. Qui peut le servir ?

Maison de prière ouverte en nocturne !

Maison de prière ouverte en nocturne !

L’Église est ce que nous voulons en faire. Dieu, lui, souhaite qu’elle soit d’abord une maison de prière. Nous avons là un exemple de « nuit de prières » parce qu’il était urgent de mener un combat spirituel.

Pourquoi n’avons-nous pas de réveil ?

Pourquoi n’avons-nous pas de réveil ?

Monsieur le pasteur, je crois qu’il n’y aura pas de réveil aussi longtemps que je médirai de vous derrière votre dos et que par devant je me montrerai aimable à votre égard. Je vous prie de me pardonner !

Pin It on Pinterest