Lecture : 1 Samuel 30/1 à 6

Qui n’a pas eu et n’a pas encore ses luttes, ses combats, ses conflits intérieurs et extérieurs ?

Le roi David en était arrivé à être comme un vase brisé mais il pouvait malgré tout écrire : « Mais en toi je me confie, ô Eternel ! Je dis : Tu es mon Dieu ! Mes destinées sont dans tes mains (Psaume 31/15 à 16) ».

Si David pouvait tenir de tels propos, c’est parce qu’il savait s’appuyer sur son Dieu et reprendre courage (verset 6). Notre communion avec Dieu et sa Parole nous gardera et donnera à notre cœur de bons réflexes dans la foi (Romains 10/17).

Le texte nous rapporte que tous avaient de l’amertume dans l’âme (verset 6). Un cœur amer n’entend plus, n’écoute plus, ne sait plus se réjouir ni rester confiant (Esaïe 30/15).

Il faut que le bois de la croix, l’œuvre salvatrice de Jésus pour nous, guérisse les cœurs amers, qu’il soit permis à Dieu, le divin médecin d’opérer en nous. Sinon, nous serons comme l’eau de Mara, « imbuvable », nous serons désagréables !

Alors veillons sur nous-mêmes et sur le témoignage à rendre à notre Seigneur Jésus-Christ. Que Dieu nous vienne en aide ! Il est fidèle pour le faire encore aujourd’hui !

Bon courage à tous !

SG