Les guerres de David !

Lecture : Psaume 144/1

Ce chef militaire laissait à Dieu l’occasion d’influencer sa vie et de choisir les combats qui seraient les siens. Il avait raison, faisons-en autant.

– La guerre où David aurait mieux fait d’aller (2 Samuel 11/1) : Quel dommage que ce jour-là, dans cette période-là, David n’ait pas laissé au Seigneur l’occasion de lui indiquer sa volonté parfaite ! Il y a des périodes où nous avons, à tort, l’impression de pouvoir diriger seul notre vie. Funeste erreur !

– (1 Samuel 29/4-5) : La guerre où il ne devait pas aller. Qu’aurait-il fait là, à combattre son peuple, à s’allier avec les ennemis ancestraux ? Il y a des combats dans ce monde où les chrétiens authentiques n’ont rien à faire.

– Dieu savait pourquoi il ne devait pas aller à ce qui précède, parce que 1 Samuel 30/1-2 nous parle d’une guerre imprévue, dure comme tous les combats. C’est là que Dieu va le mener à la victoire sur l’adversité imprévisible. Heureusement que son Seigneur conduisait sa vie, sinon David se serait trompé de guerre !

– La guerre trop personnelle où l’on ne voulut pas de David (2 Samuel 18/2-3) : Ne nous trompons jamais de combat : il y a des conflits où nous n’avons rien à faire, parce que trop concernés. Et puis tout roi qu’il était, il savait reconnaître la voix de Dieu au travers des conseils des autres.

– Enfin la guerre où David aurait mieux fait de ne pas aller (2 Samuel 21/15-17) : Fatigué, un géant va tâcher de le tuer et manquera son coup de si peu. La fatigue spirituelle, l’épuisement moral et même la lassitude physique nous invitent à la sagesse et au vrai repos qui est en Jésus. Laissons-le combattre pour nous, il le fait si bien !

S.F

0 commentaires

Sur le même thème :

Des ténèbres à la lumière

Des ténèbres à la lumière

En effet, la lumière, c’est l’opposé des ténèbres. Si les ténèbres sont synonymes de mort, de froid, d’angoisse, la lumière est synonyme de vie, de chaleur, de réconfort…

Le nom de Dieu est magnifique

Le nom de Dieu est magnifique

« Dans la Bible, le nom est tenu pour constitutif de la personnalité. Cela revient à dire que notre Dieu est magnifique. Quand Manoach dit à l’Ange de l’Éternel : »Quel est ton nom ? », l’Ange lui répondit : « II est merveilleux ». Les contemporains de Jésus, témoins de ses œuvres, disaient : « II fait tout à merveille ».

Pin It on Pinterest