Sélectionner une page

EVANDIS 273 : LE JEUNE (2)

– Pour prolonger la réflexion entamée dimanche dernier, nous allons poursuivre en déterminant d’autres caractéristiques du jeûne.

1) IL CORRESPOND A UNE ATTITUDE DE REPENTANCE.

Lecture Joël 1 : 13-14; 2 : 12-17.

– A l’époque de Joël, le peuple de Dieu a subi une terrible invasion de sauterelles et une sècheresse ayant provoqué des feux de brousse. Joël 1 : 4; 10-12; 2 : 1-10. Ces fléaux de la nature sont, en plus de leur réalité dévastatrice, des symbôles de calamités futures : l’invasion d’une armée étrangère puissante. Historiquement, les perses ont mené une campagne militaire meurtrière contre les juifs en 345 avant J.C. Plus tard, les grecs envahirent l’empire perse et assujettirent les hébreux. Dans le monde, on observe une multiplication d’événements douloureux dont le but est de conduire les foules incrédules et rebelles à se tourner vers le Créateur. Exemples : tempête violente de décembre 1999 en France; attaque du World Trade Center en septembre 2001; attentats terroristes dans les pays occidentaux…
– Le prophète, inspiré par l’Esprit pour écrire son livre, fait le rapprochement entre ces catastrophes permises par l’Eternel et l’attitude des gens. En effet, ils en sont responsables pour 2 raisons mentionnées : ils ne sont plus consacrés et fidèles au niveau des offrandes nécessaires à la vie du temple, et ils manifestent une fausse piété, une vie religieuse superficielle basée sur l’apparence extérieure.
Joël 1 : 9; 13; 2 : 13.
– Ces versets indiquent l’avarice et l’avidité du peuple au niveau des dons. De plus, les vêtements sont en rapport avec l’extérieur, alors que le cœur fait référence à des réalités intérieures. La seule solution satisfaisante dans ce contexte réside dans un élan de repentance et d’humiliation devant le Seigneur au travers du jeûne et de la prière.
– Des personnes peuvent rencontrer les mêmes circonstances : les épreuves s’abattent sur leur vie et provoquent une grande sècheresse spirituelle, morale, physique car le corps connaît lui aussi des dysfonctionnements. Le réflexe de la nature humaine est alors d’attribuer les responsabilités de ces maux aux autres : la société, le patron, le collègue de travail, la famille, l’église…
– L’invitation du Seigneur consiste à une attitude de repentance sincère et entière dans le jeûne et la prière. Il s’agit de renoncer à conserver son état d’esprit, sa mentalité pour se laisser animer de la pensée divine. Bien souvent, la clé permettant de sortir de sa prison d’amertume, de rebellion, de ressentiment et qui conduit à un changement favorable des circonstances réside dans le fait de s’humilier devant Dieu et devant des hommes lorsque cela est nécessaire. Ps 51 : 3; Jér 3 : 12-13; 14 : 20; 31 : 19; Luc 15 : 17-19.
Joël 1 : 9 : Le Seigneur demande une réelle consécration matérielle et financière en fonction bien sûr des possibilités de chacun. Deut 15 : 9-10; 1 Chro 29 : 9; Luc 19 : 8; 2 Cor 9 : 7-8. Cependant, l’offrande à laquelle Jésus aspire par dessus tout est celle de nos vies. Le don par excellence qui réjouit le cœur du Père est celui du cœur de Ses enfants. Deut 18 : 13; Prov 23 : 26; Rom 6 : 13; 12 : 1.
Joël 2 : 13 : Le Seigneur n’est ni impressionné ni trompé par le croyant dont la vie spirituelle est superficielle et faite d’apparences. Les vêtements traduisent les éléments extérieurs, visibles. On peut faire beaucoup de choses pour Dieu, avec Dieu, au nom de Dieu (prier, chanter, prêcher, lire sa bible, être engagé dans l’assemblée) mais sans véritable réalité intérieure. C’est le feuillage qui masque le manque de fruits. Marc 11 : 12-26; Phil 1 : 15-18. On peut même se repentir en apparence. Ex 9 : 27; 1 Sam 15 : 24-30; Osée 6 : 1-6. “Déchirez vos cœurs” souligne l’attitude adéquate d’une repentance profonde, sincère, vraie, dépouillée de tout calcul, de mise en avant de circonstances atténuantes. C’est le fait de reconnaître la nécessité d’un changement intérieur pour permettre au Saint-Esprit d’y accomplir Son œuvre.
– Cette démarche spirituelle accomplie, le Seigneur bénit richement selon Sa volonté, Il guérit, restaure, secourt, change le contexte défavorable pour le rendre propice. Ps 32 : 1-5; Joël 2 : 18-27.
– Des circonstances désolentes peuvent conduire des serviteurs de Dieu à un extrême abattement. Dan 9; 10. Lorsque qu’Esdras quitta Babylone et arriva à Jérusalem pour s’y établir et participer à la restauration de la nation, il fut profondément affligé de constater que les juifs s’étaient liés à des femmes étrangères, contrairement aux indications de la loi de Moïse. Deut 7 : 3-4; Esd 9 : 1-2. Ce péché contraria fortement l’homme de Dieu à tel point qu’il s’abstint de boire et de manger et qu’il fut plongé dans la désolation et la détresse. Son attitude et sa prière ont eu un impact sur le peuple qui s’est repenti et est revenu vers l’Eternel.

2) LA RECHERCHE D’UN ETAT D’ESPRIT SELON DIEU.

Lecture Es 58.

– Le problème majeur soulevé dans ce passage est celui d’un jeûne pratiqué par routine religieuse et supersticieuse, associé à des pratiques éloignées de la sainteté et de l’éthique selon Dieu. Es 58 : 3-4. Ici encore, la bible mentionne le décalage entre l’état d’esprit qui devrait animer les personnes qui recherchent le Seigneur et les paroles et attitudes contraires à la gloire de Dieu. Es 58 : 4; 1 Cor 11 : 17-22.
– Le jeûne peut seulement se résumer à une privation de repas qui soulage la conscience car celle-ci a alors l’impression d’être agréable au Seigneur. Il peut n’être aussi que le respect du programme de l’église auquel il convient d’assister par habitude.
Le véritable jeûne selon Dieu consiste de la part du participant à désirer ardemment être transformé par le Saint-Esprit. La motivation a besoin d’être l’abandon des pensées personnelles pour permettre aux sentiments de Jésus de se développer. Rom 12 : 2; Eph 4 : 23; Phil 2 : 4. Le renoncement extérieur (l’abstinence de l’alimentation pour le corps) doit correspondre à un renoncement intérieur (mort à soi pour favoriser la croissance de la nature du Seigneur) En effet, tout dépend de l’être intérieur, c’est-à-dire de l’âme et de l’esprit. Pour que les éléments extérieurs (paroles et conduite) soient convenables et conformes aux désirs du Père, il est indispensable que le cœur, qui est la source, soit touché.
Mat 15 : 18-20; 23 : 25-28.
– Quand cela se produit, l’état d’esprit est bouleversé, la mentalité charnelle remplacée par les raisonnements du Seigneur, les expressions, les comportements, les agissements sont alors différents et deviennent en harmonie avec la sainteté divine. Les actions entreprises et les œuvres accomplies répondent à l’attente du Seigneur concernant Ses enfants. Es 58 : 6-7. Ces entreprises ne sont ni pénibles ni contraignantes car elles émanent d’un cœur qui les suscitent naturellement par le Saint-Esprit.
Mat 11 : 28-30. Les chrétiens passant du temps dans le jeûne et la prière selon la mentalité de Jésus sont conduits dans des œuvres qui glorifient Dieu. Eph 2 : 10. Leur efficacité et leurs capacités ne viennent pas d’eux mais sont produites par le Seigneur Lui-même. 2 Cor 3 : 5; Héb 13 : 20-21.
Es 58 : 8-14  Le résultat pour le disciple est remarquable, avec des promesses de bénédictions dans tous les domaines de la vie :
  – Verset 8-10 : éclairage et lumière divine pour ceux qui marchent à tatôn dans l’obscurité, l’incertitude, le doute. Ps 32 : 8; Es 48 : 17; guérison physique, approbation et gloire de Dieu communiquées.
  – Verset 9 : réponse à la prière et secours du Seigneur. Ps 34 : 7.
  – Verset 10 : assurance d’être guidé, conduit et orienté par le bon Berger. Jean 10 : 11.
  – Verset 11 : certitude d’être rassasié et comblé au milieu de circonstances arides, pénibles. Prov 15 : 6; Jean 10 : 10; renouvellement des forces et de la santé du corps. Es 40 : 29-31; 2 Cor 12 : 10; promesse d’etre arrosé des bienfaits divins; garantie d’être constamment renouvelé par l’action vivante et efficace de la Parole et de l’Esprit (symbôlisés par l’eau) pour soi-même et afin d’être une bénédiction pour les autres. Ps 1 : 1-3; Jér 17 : 8; Jean 4 : 14; 7 : 38-39.
– Verset 12 : le disciple privilégiant le jeûne devient par la grâce de Dieu un instrument de restauration, de relèvement; il est rendu capable de guérir les coeurs brisés; par sa présence et son action, “le pays”, c’est-à-dire tous les lieux où il évolue (sa famille, son lieu de travail, son assemblée) sont des endroits agréables pour les autres; ceux de sa famille sont également impliqués dans les œuvres de Dieu : “les tiens”.
– Verset 14 : promesses d’être élevé par le Seigneur sur les hauteurs signifiant ainsi une vie de communion, d’intimité avec le Père (la montagne est le symbôle de la rencontre cœur à cœur avec le Créateur. Mat 14 : 22-23; Luc 6 : 12; possibilité de contempler, d’apprécier et d’admirer les actions, les interventions de Dieu lorsqu’Il agit de façon miraculeuse; assurance d’être bénéficiaire de la présence de Jésus de façon particulière et marquante. Luc 9 : 28-36; jouissance de l’héritage divin qui consiste en victoires, en progrès, en délivrances, en confiance de la part du Seigneur qui confie des œuvres à accomplir dans le cadre du service.
– Ainsi, lorsque le cœur est bien disposé, le chrétien est transformé à l’image du Fils Eternel, il est puissamment béni et devient un instrument de bénédiction pour les autres.

Philippe Landrevie

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
amet, Aliquam ut lectus ut venenatis, Phasellus et, felis sit quis vel,