Sélectionner une page

Les étapes de la vie (7)

 

1) PREPARER LA DERNIERE ETAPE DE LA VIE.

Il est essentiel dans la vie chrétienne de prendre un bon départ. Une rencontre avec le Fils de Dieu, une repentance véridique, un désir profond de recevoir Jésus comme Sauveur et de se donner à Lui pour qu’Il devienne le Seigneur, la volonté de devenir un serviteur et une servante sont des démarches qui répondent aux invitations bibliques. Des personnages comme Samuel, David, Pierre, Paul ont bien débuté sur le chemin de la foi. Leur parcours terrestre a été extrêmement positif. 1 Sam 1 : 24; 1 Sam 2 : 26; 1 Sam 3 : 19-21; 1 Sam 16 : 1-13; Mat 26 : 75; Act 9 : 1-19.
Cependant, il est primordial de durer et de traverser les aléas de la vie en étant victorieux. Saül est l’exemple du croyant ayant bien démarré dans sa vie avec Dieu. 1 Sam 10 : 9; 10 : 24. Malheureusement, il n’a pas veillé sur son cœur et il n’a pas su persévérer dans ses bonnes dispositions initiales. Il n’a pas réussi à durer et il a achevé son pèlerinage terrestre de façon lamentable. 1 Sam 31 : 1-7.

La vie chrétienne n’est pas un sprint mais ressemble plutôt à une course de fonds. S’il est important de bien partir, il est essentiel de durer et de terminer dans les meilleurs conditions possibles. Gen 25 : 8; 1 Chro 29 : 28; 2 Tim 4 : 7-8. La société actuelle n’encourage pas l’épanouissement de la foi. Les pressions contemporaines s’exercent pour détacher le disciple des valeurs de l’Evangile. Le Seigneur cherche des hommes et des femmes capables de s’affranchir du mode de vie actuel pour s’attacher aux Ecritures. Héb 2 : 1. Ainsi, la dernière étape du parcours terrestre se prépare tout au long de l’existence.

Aujourd’hui, notre pays est exposé à de nombreuses réformes gouvernementales. Le problème des retraites est crucial. Des divergences profondes séparent les différents acteurs au sujet des méthodes et des moyens pour améliorer le système. Mais pratiquement tout le monde est d’accord sur un point : le fonctionnement actuel a atteint ses limites. Il est donc impératif de le réformer. Et cela doit s’envisager maintenant pour préparer l’avenir. Le même principe s’observe au niveau de la dégradation de la planète. Pour éviter des catastrophes futures quasi certaines, il faudrait envisager de profonds changements de comportement et d’habitudes maintenant.

Dans le domaine spirituel, c’est la même chose. La dernière étape de la vie se prépare lors des phases précédentes. Pour finir la course dans les meilleurs conditions de paix intérieure, de joie, de sérénité, de quiétude, de ferveur spirituelle, il est nécessaire d’acquérir et de développer de bonnes habitudes auparavant. Ainsi, la recherche de la présence de Jésus au travers de la prière, de la louange, de la lecture et de la méditation bibliques, des temps de recueillement et de mise à part pour le Seigneur, l’amour de la communion fraternelle, un esprit de service sont des pratiques qui favorisent l’épanouissement de la foi et préparent de manière convenable la dernière partie de l’existence.

L’individu n’apprécie guère les réformes quand il s’agit de se remettre profondément en cause. On préfère naturellement conserver les habitudes, même lorsqu’elles sont néfastes. Pour citer de nouveau le problème des retraites, l’amélioration du système passe par de véritables changements qui demanderont certainement des sacrifices, des efforts, le renoncement de certains avantages. Pour réussir la dernière phase de la vie, il convient auparavant de se placer devant Dieu pour accepter d’être transformé et changé intérieurement. Il s’agit d’entrer dans les réformes que le Seigneur souhaite opérer : sanctification, purification du caractère, séparation de tout ce qui est nocif à la ferveur spirituelle, croissance de la nature de Jésus dans le cœur du disciple. Dans ces conditions, l’action du Saint-Esprit porte du fruit qui se retrouvera plus tard lors de la dernière étape.

2) PASSER AVEC SUCCES LA DERNIERE ETAPE.

a) Moïse.

Moïse est devenu un homme de Dieu remarquable à partir de … 80 ans ! Durant le dernier tiers de sa vie (de 80 à 120 ans), il a manifesté les qualités qui ont glorifié le Seigneur : foi, patience dans l’affliction, capacité à supporter les oppositions, intercession pour les autres, consécration dans le service, recherche de la face de Dieu… Ex 15 : 24; 16 : 2; 18 : 13; 18 : 24; 32 : 31-32; Nomb 12 : 3; Héb 11 : 24-28. Son rôle principal a été d’être une locomotive, un leader pour motiver, encourager et conduire le peuple.

L’église a besoin de compter en son sein des jeunes remplis de ferveur et d’enthousiasme spirituel. Mais il est important qu’elle soit aussi composée d’aînés qui sont des moteurs et des exemples pour entraîner le peuple à marcher dans les voies divines. Les anciens en âge et dans la foi ont la responsabilité d’être des modèles qui donnent une bonne image de la vie chrétienne après des années voir des dizaines d’années de conversion. En les regardant vivre, les plus jeunes doivent pouvoir affirmer : “Ca ne me fait pas peur de vieillir avec le Seigneur !”; “Quand je serai plus âgé, je souhaite être aussi dévoué et zélé au niveau spirituel !.”

Pour être équilibrée, l’église a besoin de pouvoir compter sur des pères et des mères spirituels. 1 Jean 1 : 12-14. Il s’agit de personnes solidement enracinées dans la foi qui ont traversé les différentes étapes de la vie avec succès – ce qui ne signifie nullement que tout a été facile et sans obstacle – . Elles sont alors des exemples de fidélité et de longévité. Elles tirent les autres vers le haut comme Moïse. Elles ont à cœur d’encourager, de motiver, de communiquer de bons conseils et de soutenir efficacement. Tite 2 : 1-5.

Moïse était en communion avec l’Eternel qui se révélait de façon unique et extraordinaire. Nomb 12 : 5-8. Même si peu de chrétiens ont le privilège d’avoir une communion aussi profonde avec Jésus, ce texte montre qu’il est possible d’entendre et de voir le Seigneur de manière particulière même quand on est avancé en âge. Les limites physiques dues à la maladie, à un handicap ou à des problèmes de santé n’empêchent pas une bonne santé intérieure et n’éliminent pas la capacité à recevoir des pensées par le Saint-Esprit.

Encore une fois, il convient de préciser que toutes ces qualités ne s’acquièrent pas après avoir prié 5 minutes ! Réussir la dernière étape de sa vie se prépare tout au long des étapes précédentes. Moïse a été à la hauteur pendant cette phase parce qu’il a été préparé, façonné et métamorphosé pendant la précédente (40 ans passés dans le désert)

b) Caleb.

Caleb a lui aussi connu 3 grandes périodes dans son existence : la première correspond à sa vie en Egypte avec le passage de la mer Rouge jusqu’à l’exploration du pays de Canaan. Nomb 13. La deuxième est la longue et pénible pérégrination dans le désert pendant 40 ans avec le peuple rebelle. Nom 14 : 1-35. La dernière est la traversée du Jourdain, la conquête du pays de la promesse et de la contrée pour sa tribu. Jos 14 : 6-15.

A 85 ans, Caleb n’était pas un vieillard ronchonneur rongé par l’amertume et passant son temps à partager des propos négatifs et à critiquer. Au contraire, il a manifesté de la ferveur spirituelle et la foi. Le texte de Josué décrit un homme avec un état d’esprit conquérant et de vainqueur. Il était motivé pour avancer et remporter d’autres succès dans sa vie.
Son exemple montre qu’un chrétien peut survivre par la grâce divine à de nombreuses années de désert et d’épreuves. Caleb n’a pas été dynamique dans sa foi à la fin de sa vie parce que son existence a été sans histoire et sans difficulté. Au contraire, il a du patienter 40 ans dans le désert avant de pouvoir expérimenter les promesses de Dieu. Il a côtoyé pendant toute cette période une génération incrédule, rebelle, habituée aux plaintes et aux critiques, insatisfaite. Il a subi malgré lui la mauvaise attitude du peuple hébreu. Son environnement n’était pas spécialement favorable à l’épanouissement de la foi. Pourtant, il a traversé toutes ces années avec succès et a abordé la dernière phase de sa vie en conquérant.

Il est l’image du disciple qui souffre injustement à cause d’un contexte défavorable et douloureux. Il est victime du péché des autres ou de leur manque de foi, de leur caractère charnel ou de leurs mauvais choix. Mais il refuse de se laisser accabler et anéantir pour puiser ses forces et ses ressources dans sa relation avec son Seigneur. Ps 18 : 33; 84 : 8; 92 : 11; 2 Cor 4 : 7-9. Son cœur peut traverser des moments de découragements et de doutes, il est renouvelé par le Saint-Esprit et la Parole parce qu’il a développé la bonne habitude de chercher le Seigneur. Ps 9 : 10-11; 34 : 5-7; 34 : 9; Lam 3 : 25. A l’instar de Caleb, il manifeste de la persévérance et de la patience dans l’attente de la délivrance divine. Pendant le désert de l’épreuve, il est renouvelé pendant sa marche. Es 40 : 29-31.

c) Jean.

L’apôtre est l’auteur de 5 livres bibliques. Celui de l’Apocalypse a été rédigé pendant sa période d’exil sur l’île de Patmos. Apo 1 : 9-11. Jean était dans sa dernière phase de vie. Pendant cette étape, il a été inspiré par le Saint-Esprit et a eu des révélations qu’il a mises ensuite par écrit. Son expérience démontre que l’âge n’est pas un handicap pour recevoir les pensées divines. Les jeunes comme les aînés sont appelés à être dans la foi pour expérimenter les dons spirituels et manifester une véritable sensibilité à l’Esprit. Joël 2 : 28. Les personnes arrivées au crépuscule de leur existence n’ont pas à se considérer comme inutiles. Elles ont leur place dans le peuple de Dieu. Le temps mis à leur disposition peut être exploité pour chercher la face de Dieu et se laisser conduire pour découvrir la pensée divine.

Jean a été béni pendant cette dernière étape et il a été également un instrument de bénédictions de par son inspiration. Cette réalité est le résultat de son parcours spirituel. En effet, il a été toute sa vie durant consacré à Jésus. Il a répondu à Son appel puis a suivi le Seigneur pour devenir un disciple fidèle et engagé. Marc 1 : 18-20. Pourtant, il avait un caractère qui manquait de retenue et de modération. Luc 10 : 51-56. Il était intransigeant et rigide. Luc 10 : 49-50. Il a donc du passer par l’étape de la mort à soi afin d’être transformé en l’apôtre de l’amour. Métamorphosé, il a été purifié par le Saint-Esprit pour devenir un canal au travers duquel la pensée divine a coulé pendant la dernière étape de sa vie.

d) Anne.

Anne était une femme inspirée qui communiquait les conseils divins puisqu’elle était prophétesse.
Luc 2 : 36. A 84 ans, elle était saine d’esprit et elle recevait la pensée du Saint-Esprit. Durant cette phase de son existence, elle était impliquée activement dans l’œuvre de Dieu. En effet, elle servait le Seigneur au travers de la prière et du jeûne. Luc 2 : 37. De plus, elle témoignait hardiment autour d’elle. Luc 2 : 38.

Elle représente la personne avancée en âge ayant la vision de la consécration et du service jusqu’au dernier souffle de vie. Elle symbolise le disciple qui n’attend pas la fin passivement mais qui exploite ses forces et ses facultés pour exercer son ministère. Le passage précise qu’elle a été frappée jeune par la disparition de son mari. Elle a connu l’étape du secours et de la consolation divine dans l’épreuve. Elle a été restaurée et renouvelée pour devenir par la suite une bénédiction pour sa génération dans la dernière phase de sa vie.

Evandis Gospel TV

Vidéo à la demande

Vidéos à la demande

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don avec Helloasso, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don

DERNIERS ARTICLES

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

    ABONNEZ-VOUS

    id, Donec ipsum libero Praesent lectus tempus risus. at justo Praesent libero.