Les étapes de la vie (4)

1) L’ETAPE D’UN COEUR PARTAGE ET D’UN COEUR DEVOUE.

 

  • Amatsia a accédé au trône à l’âge de 25 ans. Sa vie a présenté 2 aspects : un positif car les Ecritures affirment sa droiture et sa loyauté envers l’Eternel. L’autre facette est beaucoup moins réjouissante : son coeur n’était pas entièrement dévoué au Seigneur. 2 Chro 25 : 1-2

 

a) La droiture d’Amatsia.

 

  • Après avoir pris ses fonctions royales, il a agi différemment de la pratique courante des monarques. En effet, un roi avait l’habitude d’éliminer ses opposants et ceux qui avaient une conduite malveillante à l’égard de sa famille. Amatsia a exécuté les serviteurs qui ont assassiné son père, mais il a épargné leurs enfants. Il a ainsi mis en pratique les prescriptions divines. Deut 24 : 16. Ce passage souligne la responsabilité personnelle de chaque individu devant Dieu. L’être humain a été créé libre et responsable de ses pensées, de ses paroles et de ses actes. Il n’est pas directement coupable du péché des autres. Il devra rendre compte de sa vie devant le Créateur. Ex 32 : 33; Jér 31 : 30; Ezé 18 : 20; Rom 14 : 12.
  • Le roi est l’image d’un chrétien jeune en âge ou débutant au niveau de la foi qui est déterminé à effectuer des choix en fonction de la bible. Il s’agit d’une étape essentielle. Elle consiste à décider de prendre des orientations selon les conseils divins et non selon les penchants du coeur. Elle consiste à chercher à plaire à Jésus plutôt que de se laisser submerger par les pensées personnelles et charnelles ou par la pratique courante du contexte. Trop de croyants dirigent leur vie chrétienne en fonction de ce que les autres ou eux-mêmes pensent. La bonne attitude devrait être dans toutes les situations d’avoir le souci de rechercher la pensée et l’avis du Seigneur afin de Lui être agréable. Rom 8 : 8; 1 Cor 10 : 31-33; 1 Thes 2 : 4; 4 : 1.
  • Pendant les premières années de la vie chrétienne, il est essentiel pour le disciple d’apprendre les bonnes habitudes, de les entretenir et de les conserver. Parmi celles-ci, il s’agit de faire la distinction entre les pensées et les désirs charnels et ceux du Seigneur. Ensuite, il convient comme Amatsia de suivre les recommandations de Dieu, même si ces-dernières ne correspondent pas à ce que le croyant aurait souhaité. Mat 26 : 39.
  • Amatsia a également fait preuve d’obéissance. Il a suivi les conseils d’un prophète même si ça lui a coûté. Il a du accepter en effet de perdre une somme d’argent conséquente. 2 Chro 25 : 5-10. Ainsi, son exemple met en lumière la nécessité d’éviter ou de se défaire des engagements financiers malsains, tordus ou malhonnêtes. Normalement, il n’y a pas de place chez un chrétien pour le travail régulier non déclaré, pour des “arrangements” frauduleux, pour de l’escroquerie (même impliquant de petites sommes d’argent), pour des oublis volontaires d’honorer des remboursements ou des omissions conscientes de déclarations fiscales. 
  • Amatsia a également remporté des victoires sur ses adversaires. 2 Chro 25 : 11-13. Il représente le jeune croyant qui remporte des succès dans sa vie chrétienne. Jos 1 : 7-9; Ps 1 : 1-3.

 

b) Le coeur partagé d’Amatsia.

 

  • Hélas, le bilan concernant cet homme de Dieu n’a pas été totalement positif. En effet, la bible mentionne une défaillance de taille : son coeur n’était pas entièrement dévoué à L’Eternel. 2 Chro 25 : 2. “Entièrement” dans le texte hébreu sous-entend les notions suivantes : “intact, entier, complet, déterminé“. Sa droiture était certainement une grande qualité appréciable. Cependant, le défaut reproché à Amatsia est de ne pas avoir été totalement consacré à l’Eternel. 
  • Il représente le croyant dont les qualités spirituelles sont réelles et reconnues. L’observation des conseils bibliques et l’obéissance sont manifestées. Un problème demeure néanmoins : le coeur est partagé. Nous ne sommes pas en présence d’un incroyant qui reste en dehors du salut. Il ne s’agit pas non plus d’un croyant qui entretient encore des péchés grossiers dans sa vie. Il s’agit d’un chrétien qui tolère et accepte des défauts qui nécessiteraient pourtant d’être corrigés. Le coeur est partagé entre le désir sincère de plaire à Jésus et une retenue certaine pour s’engager davantage dans la sanctification. Ainsi, des expériences authentiques sont faites, des réponses aux prières sont obtenues, la foi est manifestée. Mais toutes ces belles réalités sont ternies et gâchées par la mauvaise nature qui prend trop de place. Les attraits du monde exercent encore trop d’influence. Le coeur est alors partagé entre des sentiments nobles pour le Seigneur et des sentiments charnels. Elie a reproché au peuple élu ce balancement. 1 Rois 18 : 21. Moïse évoque le culte consacré à l’Eternel à côté de pratiques condamnables. Deut 16 : 21. Un autre passage souligne le service pour le Seigneur associé à un manque de sainteté. 2 Rois 17 : 33
  • Une étape dans la vie du disciple est incontournable : elle consiste à être droit et obéissant aux conseils bibliques d’une part, et à ne pas se contenter de laisser s’entremêler dans le coeur des sentiments partagés. Le chrétien est invité à désirer être entièrement dévoué à Jésus. Tout ce qui ne plait pas au Seigneur et qui ne correspond pas à Sa sainteté doit être oté et éliminé. Lév 11 : 44; ; 19 : 2; 20 : 7; 20 : 26; 1 Pie 1 : 15. Le caractère doit être apporté à la croix pour être transformé. Gal 2 : 20. La motivation est de porter le fruit de l’Esprit avec abondance. Gal 5 : 22-24. La détermination d’être davantage consacré est appelée à grandir. Les désirs et les pensées du Saint-Esprit sont destinés à se développer dans son coeur. Phil 2 : 5; 4 : 8. La mise en application suivie de ces éléments éviteront à l’enfant de Dieu de glisser sur une pente descendante au niveau spirituel comme Amatsia.

2) L’ETAPE DU SUCCES SPIRITUEL ET DE LA VIGILANCE.

a) Les succès de David.

 

  • Quand on considère attentivement le parcours de David, on constate un bilan très positif. Dieu Lui-même rend un excellent témoignage de ce roi. 1 Sam 13 : 14. Il est souvent pris en exemple dans les Ecritures et est élevé au rang de référence. 1 Rois 3 : 14; 14 : 8; 15 : 11; 2 Rois 16 : 2; 18 : 2. Il a commencé à exercer son règne à l’âge de 30 ans. 2 Sam 5 : 4-5. Il symbolise le disciple qui rencontre une phase de succès dans sa vie spirituelle. Mais cette réussite ne doit rien au hasard. Bien évidemment, à la base se trouve la grâce et la bonté du Seigneur. C’est le désir de Jésus de bénir abondamment. Ps 86 : 15; 103 : 8; Eph 2 : 20; 1 Tim 6 : 17. 
  • Mais à cette part divine doit être associée  la part humaine. David a pris ses responsabilités pour se donner les moyens d’avoir du succès dans sa vie. Il n’a pas mérité les faveurs du Seigneur, mais il a effectué des choix et orienté sa vie pour se placer dans des conditions qui permettaient à Dieu de le combler de Ses bienfaits. Ainsi, cette étape de réussite a été caractérisée par une étude et une méditation appliquées de la Parole. David est l’auteur de 73 psaumes. Il a été inspiré pour les rédiger. C’était un homme de prière. 
  • Son règne a été caractérisé par ses nombreuses conquêtes et victoires. Il a développé l’habitude de consulter son Seigneur avant de se décider. 2 Sam 5 : 17-25. Il a accepté de renoncer à édifier le temple alors qu’il a fortement espéré dans son coeur le construire. 2 Sam 7 : 1-16. Il a manifesté de la bienveillance et de la miséricorde car il était rempli du désir de faire du bien. 2 Sam 9 : 1-13. La louange faisait partie intégrante de sa vie. 2 Sam 6 : 12-19. Il est l’auteur de plusieurs psaumes sur ce thème. Ps 138; 139 : 14; 145.
  • David a manifesté toutes ces qualités et a connu du succès dès les premières années de sa marche spirituelle. Son exemple est un puissant encouragement pour les jeunes et les personnes qui débutent dans leur vie chrétienne. Il est important que ces premières années après la conversion soient consacrées à Jésus. C’est une étape durant laquelle l’enthousiasme, la ferveur, l’énergie sont appelées à être utilisées pour Dieu et Son service. Le dynamisme est destiné à être orienté vers l’église. Les expériences avec le Seigneur nécessitent d’être entretenues et développées dans la foi. C’est lors de cette phase que les bonnes habitudes doivent être prises et enracinées : élaboration d’un programme journalier incluant un moment de communion personnelle avec Jésus, organisation pratique d’un emploi du temps favorisant la méditation biblique, développement de la prière joyeuse, participation à la vie de la communauté, implication active dans un ministère.

 

b) La nécessité de vigilance.

 

  • Au milieu de sa réussite spirituelle, David a manqué de vigilance et s’est laissé piéger par la tentation à laquelle il a succombé. 2 Sam 11 : 1-27. Pourtant, il n’était pas du genre à entretenir le péché dans sa vie. Il n’a pas accumulé les défaillances et les fautes. Mais une seule chute extrêmement grave a eu des conséquences terribles pour le roi. 2 Sam 12 : 10-12. Il a du les gérer pendant tout le reste de son existence. Ainsi, un véritable disciple ne souhaite pas se permettre une défaillance exceptionnelle ou de temps en temps sous prétexte que l’ensemble de sa vie est correct devant Dieu. 1 Cor 9 : 26-27. La motivation doit être de ne pas tolérer le moindre péché. Pendant cette étape, c’est la prise de conscience de la nécessité impérieuse d’être vigilent face à toutes les sollicitations. Marc 14 : 38; 1 Pie 5 : 8
  • Selon ce principe, une personne délivrée de l’alcool est invitée à l’abstinence totale. Un ancien drogué est appelé à prendre la décision de ne pas aller dans des endroits ni à côtoyer des personnes qui risquent de l’entraîner de nouveau à la chute. Un individu fragile sur le plan sexuel doit se préserver afin de ne pas se mettre dans une situation délicate. Un croyant débarrassé de la violence physique ou verbale est invité à la vigilance pour ne pas tolérer une seule situation à risque. Car dans bien des domaines de la vie, il suffit d’un péché grave une seule fois pour que tout s’écroule. Il est donc judicieux et sage de repérer les points faibles et les domaines sensibles de notre vie pour exercer une vigilance sereine. L’étape qui consiste à assimiler la tolérance zéro à l’égard du péché est donc incontournable pour ne pas s’écarter des voies divines.
  • Si jamais la chute était malheureusement vécue, la porte de la grâce est ouverte pour le pardon et la restauration. Il convient alors d’imiter la démarche spirituelle de David pour expérimenter une réelle et profonde repentance. La confession du péché est associée à son abandon. Ps 51 : 1-14; Jér 3 : 12-13; 14 : 20; 31 : 19. Le seigneur accorde Son pardon et ôte la condamnation. Il pourvoit ensuite au rétablissement de l’âme brisée par son péché. Ps 32 : 1-5; 103 : 10-14; Prov 28 : 13; Jér 31 : 34; 1 Jean 1 : 9.

 

Evandis Gospel TV

Vidéo à la demande

Vidéos à la demande

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don avec Helloasso, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don

DERNIERS ARTICLES

Découvrir

ABONNEZ-VOUS

elit. ut ut ut quis Praesent Praesent elit.