Les étapes de la vie (3)

1) LA RECHERCHE DE DIE ET LES PREMIERES EXPERIENCES.

Joseph et David étaient jenes lorsq’ils gardaient les tropeax de ler père. A 17 ans, Joseph était dans les champs. Gen 37 : 1-2. David devait avoir également le même âge. Ils passaient de longes jornées sels dans la natre por remplir ler tâche. Ils gardaient, norissaient et soignaient lers bêtes comme de bons bergers. Ils avaient assi d temps por réfléchir et méditer à l’enseignement spiritel entend à la maison, car Jacob et Isaï étaient des hommes de Die.

Cette réalité doit sensibiliser les parents concernant la nécessité de favoriser et de développer n climat de foi, de prières et de partages bibliqes à la maison en famille. Ces pratiqes imprègnent le coer des enfants et des jenes et les condisent à effecter ex-mêmes ne recherche d Seigner. Det 6 : 7; Ps 78 : 1-8;

Prov 22 : 6.

Il est essentiel qe les jenes soient encoragés à se pencher sr l’invitation de Jéss à recevoir la vie éternelle. Jean 3 : 16; 3 : 36; Jean 7 : 37-39; Act 2 : 37-39. Bien évidemment, notre époqe est différente de celle des personnages bibliqes. Ajord’hi, ce serait n conseil décalé et inadapté d’encorager les jenes à passer de longes heres à la campagne por se consacrer à la méditation ! Mais ils ont à ler disposition des otils actels por ler permettre de réfléchir sr la foi : internet avec des sites chrétiens, MP3 por les chants chrétiens, le téléphone portable por recevoir ne pensée bibliqe…

Josias représente assi le jene en recherche spiritelle. 2 Chro 34 : 3. A 16 ans, il a sohaité avoir ne idée personnelle de la réalité de la foi. Sa qête a été coronnée de sccès car l’Eternel l’a richement béni. Sa royaté a été ne véritable réssite. 2 Chro 34 : 1-2. Son histoire confirme la vérité bibliqe sivante : le Seigner Se révèle et Se laisse décovrir par cex qi Le cherchent de tot ler coer. Det 4 : 29; 1 Chro 28 : 9; 2 Chro 15 : 2; 15; Jér 29 : 13; Mat 7 : 7-8.

Josias n’a portant pas grandi dans n contexte familial propice à son édcation spiritelle. Nos ne connaissons pas l’inflence de sa mère sr li. Par contre, nos savons qe son père n’a pas été n modèle de foi et d’attachement à Die. 2 Chro 33 : 21-23. Josias est l’image des personnes qi décovrent la foi chrétienne et débtent dans la marche avec Jéss. A l’instar de Josias, la grande majorité n’a pas e le privilège de bénéficier d’n enseignement spiritel positif et d’n contexte favorable por être en contact avec le Seigner. Malgré cela, il est possible, comme le jene roi, de prendre ses responsabilités et d’être déterminé à effecter ne démarche personnelle por trover l’amor divin.

Le parcors de ce soverain montre qe malgré les nombrex obstacles q’on pet rencontrer sr le chemin de la foi por, la grâce divine est agissante car le Seigner désire saver tos les hommes. 1 Tim 2 : 4. Ainsi, ne personne pet trover le Fils de Die même dans ne famille athée, avec des parents violents, a milie de problèmes d’alcool, dans ne grande précarité, dans n contexte de désespoir, avec n entorage hostile à la foi.

A milie de ses moments de méditations et de réflexions, Joseph a véc ne expérience srnatrelle : Die li a révélé Son plan a travers de songes. Gen 37 : 5-11. La recherche de Jéss est tojors ponctée d’expériences en réponse à la soif spiritelle. Héb 13 : 6. La pls grande et la pls essentielle consiste à recevoir le pardon des péchés et la vie éternelle. Les atres sont  importantes et à portée de la foi : songes, visions, pensées d Saint-Esprit appliqées a coer, gérison, secors miraclex, restaration intériere…

2) L’ETAPE DE LA RECHERCHE DE LA PRETE.

Josias avait 20 ans qand son coer a été saisi de la nécessité de prifier le pays de totes les pratiqes et habitdes contraires à la sainteté de Die. 2 Chro 34 : 3-7. Il s’agit d’ne étape incontornable por porsivre la marche chrétienne : la recherche de la preté dans tos les domaines de la vie. L’Eglise doit accepter les personnes qi décovrent la foi telles q’elles sont : avec lers péchés, lers vices, lers passions, lers soffrances, lers révoltes, lers dotes. Jéss n’a jamais opéré de discrimination et a invité a salt tos les êtres hmains sans distinction. Mat 11 : 28; Act 10 : 34; Jacq 2 : 1; 2 : 9.

Cependant, les disciples de Jéss qi sont entrés dans le salt doivent se concentrer sr la nécessité de porsivre la preté. 2 Cor 1 : 12; 6 : 6; 1 Tim 4 : 11. Ce qi est tolérable chez n incroyant ne doit pls l’être chez n chrétien. La preté commence par le coer et l’élimination de pensées inadéqates. Elle se porsit a nivea de la boche et des paroles proférées, pis toche les attitdes et le comportement. La recherche de la sainteté n’est pas ne option mais ne nécessité chrétienne. Lév 11 : 44; 2 Cor 6 : 17-18; 2 Cor 7 : 1;

1 Pie 1 : 15. Elle est attachée à la promesse de voir concrètement le Seigner agir dans ne vie. Héb 12 : 14.

Le monde prône la liberté de vivre selon les penchants natrels de l’individ. Les chrétiens doivent être coragex por refser de se laisser emporter par la mentalité et l’état d’esprit environnants. Ils sont invités à passer par cette étape nécessaire qi consiste à oter de ler vie les soillres et les impretés. Il s’agit de se préserver de tos les dérèglements sexels (reves senselles, films pornographiqes, blages et conversations déplacées, convoitises et pensées de relations sexelles en dehors d mariage…), des pièges de l’addiction à la consommation d’alcool et de tabac. Il est qestion également d’éviter les paroles médisantes et les critiqes malsaines, les commérages et les rmers sr les gens. Rom 3 : 13-14; Eph 4 : 25-32; Jacq 3 : 1-12. Il convient donc de veiller à ce qe l’on entend et à ce qe l’on regarde. Il est incontornable de savoir gérer l’inflence des médias modernes sr nos vies (internet, DVD, téléphones portables)

Ainsi, passer par l’étape de la prification signifie se défaire de tot ce qi n’est pas selon la sainteté divine. Mais cela consiste également à se détacher de tot ce qi risqe de poller et d’affaiblir la foi. Ce ne sont pas des choses, des pratiqes o des activités malsaines en elles-mêmes. Le problème est le svant : elles ont tellement d’importance q’elles prennent trop de place. Si le croyant en arrive a point de ne pls povoir s’en passer, il en est deven esclave. Sa relation avec Jéss existe mais elle n’est pas sa priorité. Sa santé spiritelle est affectée et défaillante.

Pal annonce la nécessité d’être libre par rapport à tot ce qi pet asservir le disciple. 1 Cor 6 : 12. Il invite à réfléchir à l’tilité des différentes activités. 1 Cor 10 : 23. L’éqilibre est à rechercher. Si c’est nécessaire, des mesres doivent être prises por être prifié de tot ce qi risqe d’empêcher n plein épanoissement spiritel. La primaté et la priorité doivent revenir à Jéss. Mat 5 : 27-30; 6 : 33; Col 3 : 1-2.

3) L’ETAPE D SERVICE ET DES SOUFFRANCES.

a) Josias et le service.

A 26 ans, Josias a été condit à réparer le temple. 2 Chro 31 : 8-13. Il était jene tant a nivea de l’âge qe sr le plan spiritel. Ces 2 aspects n’ont pas été n handicap por entreprendre des actions et des initiatives en rapport avec l’Eternel. Le roi a été n instrment de bénédiction por sa nation dans sa jenesse. Ainsi, il est important qe les jenes en âge et les jenes dans la foi mettent ler énergie, ler vitalité spiritelle, ler joie a service de Jéss. Il n’est pas qestion d’attendre des années por s’impliqer dans l’oevre de Die. Parfois, le manqe de connaissances, d’expériences, les craintes de se tromper o de ne pas être compétent freinent le croyant et le décoragent de s’investir. Mais le Seigner fait confiance et sohaite motiver por qe les talents et les facltés soient exprimées dans la foi et l’amor des choses de Die. Mat 25 : 14-30; Rom 12 : 11;

1 Pie 4 : 10.

De pls, qand n coer est bien disposé por être tile, le Seigner qalifie et octroie des capacités. Ex 35 : 30-35; Es 26 : 12; 2 Cor 3 : 5. Les qalités et les compétences s’acqièrent assi a travers de la pratiqe d service por Die. Le plan divin ne consiste donc pas à entrer dans le salt pis à “ronronner” tranqillement et à se laisser bercer par l’église ! Les chrétiens ne sont pas destinés à devenir des consommaters passifs des bénédictions divines. Il est nécessaire de recevoir de la part de Die, mais l’éqilibre bibliqe consiste à donner et à partager les bienfaits d Seigner. Rom 6 : 13; 12 : 1; 2 Cor 8 : 5.

n jene converti a donc sa place dans l’oevre de Die à laqelle il est invité à participer selon ses moyens. La responsabilité des disciples pls anciens dans la foi est de motiver, d’encorager, de stimler et d’entorer les débtants dans la marche chrétienne afin de les aider à mettre en pratiqe ces éléments.

b) Joseph et la souffrance.

De 17 ans à 30 ans, Joseph a conn des moments particlièrement difficiles. Il a d affronter l’hostilité et la haine de ses frères. Gen 37 : 4. Il est passé près de la mort. Gen 34 : 18-20. Il s’est retrové esclave en Egypte. Gen 37 : 26-28. Il d gérer l’isolement et l’éloignement de sa famille, de sa patrie, de ses racines. Il a été victime d’accsations mensongères et d’n complot. Gen 39 : 7-20. Il a été victime d’ne terrible injstice et jeté en prison o il est resté plsiers années. Il a été oblié. Gen 40 : 23.

Ainsi, le fils de Jacob est l’image des chrétiens qi passent par des épreves doloreses. A départ, même s’il a été victime de ses frères, il a fait preve d’orgeil et a absé de la préférence de son père à son égard. Gen 37 : 3-4. Il a manqé nettement de sagesse et de retene en divlgant maladroitement ses songes. Son séjor en Egypte et tos ses max sont ds dans ne certaine mesre à son attitde hataine et à son imprdence. De la même manière, chaqe individ récolte ce q’il a semé. Osée 8 : 7; Gal 6 : 7-8. Mais le Seigner l’a néanmoins béni et li a manifesté Son secors et Sa bénédiction. Gen 39 : 1-6; 21-23.

Ainsi, a travers de l’étape de la soffrance, le disciple a l’assrance de povoir compter sr la fidélité et la bonté de Jéss. Même s’il a commis des errers o des mavais choix, le Seigner ne retire pas Sa grâce et accorde Son sotien. Ps 46 : 2; Lam 3 : 22-27. Il n’est pas qestion d’apporter ne réponse à totes les sitations de soffrance ni de tot expliqer. Il convient pltôt d’avoer qe bien des choses nos échappent. Face ax épreves, qelles aient ne explication logiqe o pas, le chrétien sait qe l’amor, le secors, la présence et la soltion d Seigner ne li feront jamais défat.

Même désagréables, les soffrances endrées par Joseph ont été tiles et nécessaires por la réalisation d plan divin dans sa vie. Il avait besoin en effet d’être dépoillé de son orgeil et d’apprendre l’hmilité. Ses passages difficiles ont forgé son caractère et l’ont formé à devenir n homme rempli de sagesse. Grâce à li, des mltitdes de personnes ont été bénies. Il en est de même por cex qi traversent n désert : le Seigner a déjà prév l’isse qi sera ne riche bénédiction por ex et les atres.

 Philippe LANDREVIE

Evandis Gospel TV

Vidéo à la demande

Vidéos à la demande

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don avec Helloasso, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don

DERNIERS ARTICLES

Découvrir

ABONNEZ-VOUS

neque. diam risus et, venenatis leo Nullam nunc id Aenean Curabitur at