Sélectionner une page

Les étapes de la vie (1) : L’enfance

INTRODUCTION.

La vie de l’être humain est fractionnée en étapes. Certaines sont très importantes voir déterminantes. L’échec ou la réussite de la suite dépend dans une certaine mesure des orientations prises à des moments clés. La bonne nouvelle de l’Evangile nous apprend que Dieu souhaite être présent dans toutes les phases de notre existence. Il désire imprégner notre vie du début à la fin. Pour illustrer cette idée, Jésus a prié pour une véritable union entre les chrétiens entre eux et avec Lui. Jean 17 : 22-23.

Si des périodes de l’existence n’ont pas été vécues dans la foi, le Seigneur offre des opportunités pour permettre à l’individu de se convertir et de s’engager sur une nouvelle voie, celle de la confiance en Dieu et de la vie éternelle. Les Ecritures montrent néanmoins le désir du Seigneur de Se révéler aux hommes dès les premières années et pendant l’enfance et la jeunesse. Il convient donc de faire le maximum pour réussir cette étape.

L’ENFANCE DE SAMUEL.

La naissance de Samuel a été miraculeuse, sa maman ayant été stérile. 1 Sam 1 : 1-5. Cette-dernière a joué un rôle déterminant dans la vie de son enfant car elle l’a consacré à l’Eternel dès la fin de son sevrage. 1 Sam 1 : 22. Anne représente l’adulte qui a une vision éclairée et saine concernant les enfants. En voici plusieurs points :

Elle avait parfaitement conscience de la grâce et de la bonté divines manifestées au travers de la venue au monde de Samuel.

Normalement, un enfant doit être apprécié comme une bénédiction et un être à aimer. Il ne doit pas être considéré comme l’étranger qui arrive dans le foyer et le perturbe dans ses habitudes bien calées. Il ne doit pas être non plus celui pour lequel des sacrifices sont effectués à contre-coeur.

Une remarque : même les enfants nés dans des conditions peu glorieuses (adultère, viol) ou douloureuses (maladie, handicap) sont destinés de la part de Dieu à vivre le salut divin. Les familles rencontrant ce genre de drame sont appelées à inviter le Seigneur agir avec Sa grâce, Sa puissance et Son amour.

Elle avait à coeur de consacrer son fils à l’Eternel.

Il a grandi dans le temple en compagnie d’Eli à partir de 3-4 ans. Anne représente les parents ou les adultes qui ont compris la nécessité d’instruire les petits selon les enseignements bibliques dès leur plus jeune âge. Cette instruction doit commencer à la maison et se poursuivre à l’église au travers des différentes activités. Ps 78 : 1-8; Prov 22 : 6. Cette réflexion soulève la question du temps dégagé dans les familles pour les partages bibliques et les moments de prières avec les petits.

Elle a confié l’avenir de son enfant à l’Eternel.

Elle a souhaité qu’il devienne plus tard un instrument de bénédiction en étant au service de Dieu. Il est normal pour des parents d’avoir des objectifs et une saine ambition de réussite pour les enfants. Seulement, il est essentiel que les projets soient bâtis en rapport avec les critères de l’Evangile et que toutes les orientations soient décidées dans la prière et la commmunion avec le Seigneur.

Grâce à la bonne vision de sa maman, Samuel développait sa vie spirituelle. 1 Sam 2 : 21. Il grandissait auprès de l’Eternel, il marchait donc avec Dieu et ouvrait son coeur pour recevoir l’instruction divine. Il avait un bon état d’esprit car sa mentalité était dèjà façonnée par le Seigneur. 1 Sam 2 : 26. Ces textes prouvent qu’il est indispensable de placer les enfants dans des conditions où ils ont la possibilité de grandir dans la foi, et ce dès leurs premières années.

Deux remarques : premièrement, Samuel était continuellement dans le contexte du temple, ce qui ne l’a pas traumatisé, bien au contraire. Ceci doit encourager les parents qui considèrent que la présence à l’église des petits ne doit pas être trop soutenue. Les exposer à une saine ambiance spirituelle le plus souvent possible est bénéfique pour leur croissance spirituelle. Deuxièmement, on note l’absence de mention du père, sauf à 1 reprise pour encourager sa femme dans son projet. 1 Sam 1 : 23. Elkana représente les pères qui ont du mal à assurer leur rôle de chef du foyer au sens biblique. Il est indispensable pour l’équilibre et l’harmonie des familles et de l’église qu’ils apprennent à prendre leur place et à assumer leur fonction en comptant sur le secours des Ecritures et du Saint-Esprit.

Samuel dans son plus jeune âge apprenait à être au service de l’Eternel. 1 Sam 3 : 1. Il était formé et accompagné par Eli. L’église doit être un lieu où les enfants sont encouragés à commencer à s’exprimer et à s’épanouir dans leur foi. Ils est important qu’on leur permette d’acquérir très tôt la notion du service divin.

Samuel était aussi attaché à la Parole de Dieu. 1 Sam 3 : 19. Les enfants sont connus pour être de véritables éponges. Ils absorbent facilement ce qui se trouve dans leur environnement. C’est pourquoi cette étape de l’enfance est importante car elle permet de graver dans les coeurs des plus jeunes le style de vie du chrétien et les valeurs bibliques fondamentales. Les familles et l’église sont responsables de communiquer ces-dernières et de prier pour les petits.

Samuel a entendu la voix divine. 1 Sam 3 : 1-14. Les visions, les songes, les paroles et les pensées divines déversées dans les coeurs ne doivent pas être restreintes aux monde des adultes. L’église a besoin d’être dans la foi pour favoriser l’expression des dons spirituels et la sensibilité à l’Esprit par les enfants. Joël 2 : 28-29. Le résultat des premières années de Samuel est très positif puisqu’il est devenu plus tard un homme de Dieu remarquable : juge, prophète et sacrificateur. Il a joué un rôle important dans le plan divin parce que son enfance a été baignée de la présence de Dieu grâce à la vision de sa mère.

L’ENFANCE DE JESUS.

Nous avons peu de renseignements au sujet de l’enfance de Jésus. A 2 reprises, les Ecritures soulignent Sa croissance. Luc 2 : 39-40; 52. Même en prenant conscience de Sa nature et de Son origine divines, Il était parfaitement soumis à Ses parents. Luc 2 : 51. Bien sûr, le Saint-Esprit était sur Lui ce qui a du faciliter quelque peu la tâche de Joseph et Marie ! Mais ces-derniers ont du prendre leurs responsabilités dans le domaine de l’éducation et appliquer les conseils des Ecritures dans ce domaine. Prov 13 : 24; 19 : 18; 22 : 15; 22 : 6; 23 : 13; 29 : 15.

Après leur séjour de quelques jours à Jérusalem, Joseph et Marie ont entrepris leur voyage de retour. Pendant ce temps, Jésus était resté en ville. Ils Le trouvèrent dans le temple. Comme Samuel, nous sommes en présence d’un enfant qui aime rester dans le temple, symbôle de la présence du Créateur. Ne négligeons pas l’aptitude des jeunes et leur désir plus ou moins profond de chercher le Seigneur. Plusieurs ressentent au fond de leur coeur la nécessité de croire, de se convertir et de s’engager dans la foi. Les adultes ont la responsabilité de leur communiquer une bonne image de la vie chrétienne afin de leur donner envie de marcher avec Jésus. Ainsi, un climat spirituel froid à la maison et à l’église, des parents qui ont simplement une facette religieuse, des adultes qui ne mettent pas vraiment en pratique les Ecritures risquent de décourager les jeunes de se convertir. Par contre, des parents qui expriment une foi vivante, qui partagent à la maison la joie, la paix et des conversations positives, des chrétiens heureux de connaître le Seigneur et motivés pour la vie de l’assemblée ont un impact positif sur les jeunes pour les amener au salut. 1 Tim 4 : 12.

Jésus a eu de bonne heure une notion claire de Son identité. Quand Il parle de Dieu à l’âge de 12 ans, Il évoque Son Père. Luc 2 : 49. Pendant cette phase, les jeunes se cherchent. La construction de leur personnalité et la découverte de leur identité se font parfois dans la douleur, pour eux et pour leur entourage ! Les parents et les adultes de l’église doivent être des repères et des référants. Quand un jeune ne souhaite pas s’ouvrir et se confier à ses parents, il est important que des chrétiens soient disponibles pour jouer le rôle de confidents. La responsabilité de l’assemblée pour l’épanouissement des jeunes est d’être attentive et prête à les écouter, les aider, les accompagner. Il s’agit de les secourir pour leur permettre de découvrir qui ils sont et ce qu’ils sont destinés à devenir en Dieu.

Jésus savait donc qui Il était et Il savait également ce qu’Il était appelé à faire sur la terre : s’occuper des affaires de Son Père. Luc 2 : 49. Il avait conscience de la nécessité de servir et d’être utile à Dieu et aux hommes. Les adultes doivent aider les jeunes à découvrir leurs talents, leurs capacités et leurs dons afin qu’ils les exploitent dans leur vie et dans le cadre d’un service divin. Mat 25 : 14-30; 1 Pie 4 : 10. Il est important qu’ils prennent conscience de leur valeur et de leur utilité pour le Seigneur. 2 Tim 4 : 11; Phil 10-11. Ils sont appelés à réaliser aussi que Dieu souhaite s’investir en eux pour les préparer à l’exercice de leur futur ministère. Pour que les jeunes aient une bonne vision du plan du Seigneur en leur faveur, il est impératif que les adultes soient d’abord animés de cette vision afin de bien leur communiquer.

L’assemblée a un rôle prépondérant à jouer pour stimuler les jeunes et les motiver à s’occuper des affaires du Père. Ce n’est pas après 20 ans de conversion qu’il convient de commencer à vouloir servir le Seigneur ! Dès l’enfance, dès la jeunesse, ces aspirations peuvent être imprimées dans les coeurs par le Saint-Esprit quand l’environnement spirituel est favorable et propice. Les adultes sont invités à encourager la foi des jeunes et à éviter des paroles maladroites qui refroidissent la ferveur spirituelle.

Luc 2 : 49 : la version courante souligne l’aspect du service pour Dieu : “Il faut que je m’occupe des affaires de mon Père”. Une autre traduction est la suivante : “Ne saviez-vous pas qu’il faut que je sois dans la maison de mon Père ?” . Celle-ci met en lumière le désir de Jésus dans Sa jeunesse de rechercher la présence de Son Père représentée par le temple. Les adultes ont 2 principales responsabilités : aimer et privilégier la présence de Dieu au travers de la prière, la louange, la lecture et la méditation de la bible, le reccueillement silencieux afin de communiquer aux jeunes une bonne image de ces activités. Mais aussi prier pour que la motivation et l’engouement pour la présence de Dieu s’inscrivent au plus profond de leur coeur.

Ainsi, l’enfance est une phase essentielle qu’il convient de traverser avec succès. 

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
diam ut fringilla nunc Lorem massa Sed