Lorsque les textes furent déchiffrés et traduits, la surprise des spécialistes n’eut plus de bornes ! On y trouva une série de poèmes semblables à ceux de la Bible, comme le chant de Débora, le cantique de la mer et autres. Et parmi les récentes découvertes faites ces dernières années, les fouilles d’un certain professeur ont permis la mise à jour d’une ville israélite du 7ème siècle avant Jésus-Christ, construite sur les ruines d’une ville dont l’origine remonte à l’époque du roi David. Au centre de cette ville, on a trouvé un sanctuaire païen contenant divers objets relatifs au culte d’Astarté, divinité païenne, déesse de la fécondité. Tout cela confirme le texte biblique d’Amos le prophète.

Par les découvertes archéologiques, le contexte culturel dans lequel s’insère la Bible se met à revivre. Au fur et à mesure que les fouilles progressent, un certain nombre d’idées préconçues vont se révéler comme fausses et être abandonnées, telles celles qui considéraient le peuple hittite dont la Bible parle comme un peuple légendaire. Il n’existait en effet, aucune trace historique de ce peuple en dehors de la Bible. 

Quelle ne fut pas la surprise le jour où l’on découvrit les restes d’une civilisation fort brillante et qui se révéla être la mystérieuse civilisation des Hittites dont seule la Bible avait gardé le témoignage. C’est ainsi que l’on a appris qu’il faut bien se garder d’idées préconçues, même à l’égard de la Bible. L’archéologie a donc apporté, au 20ème siècle, des preuves directes de l’authenticité de la Bible, des preuves indirectes de cette même authenticité, des parallèles intéressants confirmant les coutumes des civilisations au milieu desquelles se sont déroulées les histoires bibliques. Et enfin, l’archéologie ne cesse d’apporter des éléments utiles à la compréhension du texte biblique.

En restant dans le domaine des découvertes, celles qu’on fit, au début de l’année 1947, dans une grotte aux abords de la Mer Morte, a révolutionné l’Occident. Il s’agit des manuscrits de la Mer Morte. L’intérêt essentiel de cette découverte réside dans le fait qu’il s’agit de textes de l’époque biblique. Ecrits plusieurs siècles avant les manuscrits officiels de l’Ancien Testament que nous possédons aujourd’hui et qui datent du Moyen Age. De nos jours, nul ne nie que ces rouleaux sont des textes copiés, et d’autre part qu’ils sont authentiques. Ce fut là un véritable trésor archéologique, une découverte au service de la Bible, en ce sens qu’elle permit de vérifier l’authenticité des textes de l’Ancien Testament qui nous sont parvenus.

Christian BLANC