L’EVANGELISATION (4)

Lecture Eccl 9 : 10.

1) L’EVANGELISATION PLANIFIEE.

  • L’idée selon laquelle l’Eglise doit s’abstenir de programmes et d’organisation pour laisser toute la place au Saint-Esprit n’est pas biblique. Un cadre minimum est nécessaire car le Seigneur affectionne l’ordre. 1 Cor 14 : 33. Cependant, le planning humain ne doit pas être trop rigide, trop étroit ni verrouillé et cloisonné car dans ces conditions, le Seigneur a bien du mal à agir selon Sa bienveillance. Toute organisation doit être suffisamment souple et flexible pour permettre à Jésus de diriger et de conduire les activités qui Lui sont consacrées.

Concernant l’évangélisation, c’est le même principe : l’assemblée a besoin d’avoir des actions planifiées tout en étant malléable afin de ne pas lier le Seigneur.

  • Paul avait une stratégie d’évangélisation précise. Dans un premier temps, il parcourait les provinces de l’Asie Mineure. Arrivé dans une ville, il se dirigeait vers la synagogue pour y enseigner le message de la croix, ce qui était la manière la plus logique et la plus adaptée pour un juif. Act 14 : 1; 17 : 1; 18 : 4; 19 : 8. L’apôtre a planifié de témoigner à Rome et d’aller jusqu’en Espagne. Act 19 : 21-22; Rom 15 : 24-28. Cependant, il n’était pas prisonnier de méthodes puisqu’on l’a vu voit annoncer l’évangile dans d’autres endroits. Par exemple, à Athènes, l’aréopage était pour les Grecs un lieu de partages et d’échanges de nouvelles. Act 17 : 18-22. A Ephèse, il du se replier dans une école où il enseigna les Ecritures pendant 2 ans. Act 19 : 8-10. A Philippes, il témoigna près d’une rivière pour atteindre des personnes qui cherchaient Dieu de tout leur cœur. Act 16 : 13-16. A Troas, l’apôtre discourait dans une maison. Act 20 : 7-8.
  • Cette façon de procéder montre que Paul savait où aller pour prêcher. Il utilisait son bon sens et sa réflexion pour témoigner. Il était également soumis au Seigneur et suffisamment souple pour accepter un changement de programme. Ainsi, à cause d’une certaine opposition à Ephèse, il préféra ne plus proclamer la Parole dans la synagogue. Il trouva un autre lieu, l’école de Tyrannus, pour poursuivre l’exercice de son ministère.

Act 19 : 8-10. Paul ne s’est pas imposé et n’a pas cherché la confrontation. Il s’est rabattu vers un autre endroit. Ce passage montre que lorsqu’un chrétien ou une assemblée sont confrontés à une vive opposition, la sagesse consiste à changer de méthode et à opter pour une autre orientation. La suite est la bénédiction de Dieu. Act 19 : 10.

  • Ainsi, on peut affirmer qu’une évangélisation planifiée accompagnée d’actions concrètes est nécessaire. Il convient néanmoins de faire preuve de docilité pour permettre au Saint-Esprit de conduire les opérations. La communauté doit apprendre à rechercher les moyens efficaces pour communiquer l’évangile tout en n’hésitant pas à changer d’orientation lorsque les événements l’imposent.
  • Ces textes confirment la nécessité pour l’assemblée d’éviter le repliement sur elle-même et donc de sortir de ses 4 murs pour apporter la lumière de l’évangile dans les endroits où les gens se trouvent. Il ne s’agit pas de rester assis dans l’église et d’attendre que des personnes viennent spontanément. Bien que cela puisse arriver, elle doit être motivée par le souci de sortir et d’aller à la rencontre des âmes. De plus, l’assemblée est invitée à prier et à réfléchir pour organiser et planifier des activités qui seront des outils et des moyens pour présenter l’évangile de façon harmonieuse et adaptée. Il convient de considérer attentivement les moyens technologiques actuels et de communication moderne afin de ne pas paraître dépassés ou démodés.

2) L’EVANGELISATION PERSONNELLE SPONTANEE.

  • Sur un plan personnel, il est important d’être attentif afin de saisir les opportunités d’un contact avec une personne. Pierre et Jean ont été des instruments de bénédiction pour un malade alors que leur rencontre avec ce-dernier n’était pas programmée. Act 3 : 1-10. Dans leur planning, ils se rendaient au temple pour la prière. Or, sur leur chemin, ils sont passés devant un handicapé et se sont arrêtés. Le partage avec cet homme n’était pas prévu. Pourtant, les 2 apôtres ont accepté un changement dans le déroulement de leur journée et lui ont consacré quelques minutes. Ils ne sont pas restés bloqués et verrouillés sur les nécessités de leur agenda. Ils se sont laissés interpellés par un besoin et ont ainsi été les canaux pour un miracle. Cette parenthèse dans leur planning a permis la transformation d’une vie.
  • Cet exemple nous stimule à saisir toutes les opportunités pour parler ouvertement de Jésus lorsque cela est possible, pour écouter et accompagner une personne en souffrance et lui proposer de prier en sa faveur, pour rendre un service à quelqu’un, pour apporter une aide ou un secours, pour offrir une invitation à participer au programme de l’assemblée.
  • Dans ce cadre, il est important d’être disponible et avisé afin de discerner les occasions de témoignage. Ainsi, les chrétiens peuvent avoir à cœur de prendre dans leur véhicule des auto-stoppeurs, profiter de la visite d’un démarcheur à domicile pour lui offrir un Nouveau Testament, proposer aux postiers, pompiers, éboueurs des prospectus valorisant la foi chrétienne lors de leur passage en fin d’année pour les calendriers, prendre du temps avec les voisins pour partager quelques mots à une époque ou on se précipite chez soi sans avoir de contact avec l’entourage. Il est intéressant de réfléchir à la manière d’être prévoyant. Ainsi, il est sage d’avoir sur soi, dans la voiture et à la maison, des évangiles, des prospectus et des CD cartes sous la main afin de les offrir dès qu’une occasion se présente.
  • Le Seigneur souhaite encourager Ses enfants dans des démarches personnelles ayant pour objectif le témoignage de l’évangile. Philippe, bien que diacre et donc investi dans des tâches matérielles et administratives, a eu à cœur de propager le message de Jésus en Samarie. Act 8 : 5-13. Le résultat de cette implication a été le salut de nombreuses personnes. Il faut souligner de plus l’attitude de soumission de Philippe vis à vis des apôtres.

Act 8 : 14-25. Il ne s’est pas accaparé l’œuvre de Dieu et a accepté que ces-derniers soient présents. Ceci signifie que les initiatives personnelles doivent être réalisées en harmonie avec l’Eglise et ses dirigeants. Ces-derniers doivent de leur côté avoir un esprit ouvert et une vision large.

  • Des idées novatrices de chrétiens ingénieux contribuent à la diffusion de l’évangile. Ainsi, une disciple s’est lancée dans l’envoi de messages de consolation en faveur des familles ayant perdu un être cher. Elle les contactait par le moyen de la rubrique nécrologie dans les journaux. Dans le Lot-et-Garonne, une association de motards chrétiens a été créée pour atteindre les amoureux des motos. En Australie, une petite assemblée est née grâce à des surfeurs chrétiens qui ont témoigné à leurs collègues. Dans ce même pays, des skate-bordeurs ont été gagnés à Jésus grâce au témoignage d’autres skate-bordeurs. C’est ainsi que le passage d’Ecclésiaste 9 : 10 est mis en pratique. Les croyants sont tout simplement invités à exploiter leur potentiel, leur savoir-faire, leurs qualités, leurs dons avec la force que Dieu leur a donnée dans des actions de témoignages.
  • Les disciples sont donc invités à faire preuve d’originalité, d’ingéniosité et d’audace pour trouver les moyens de partager l’évangile. Il demeure essentiel néanmoins de privilégier des termes et un vocabulaire accessibles et adaptés aux interlocuteurs. Ceux-ci ont besoin de comprendre et de saisir la simplicité du message de l’évangile. Le patois de Canaan et les expressions que seuls les croyants connaissent sont donc à proscrire !
  • Il est important de chercher à s’impliquer dans la vie de la cité où nous sommes établis. Pour cela, il convient de réfléchir aux pistes suivantes : engagement dans la vie associative locale, dans des activités sportives, dans le tissu social, professionnel. Cela revient à tenir compte de l’ordre de Dieu à Son peuple : Jér 29 : 7.

3) LES OBSTACLES ET LES ENCOURAGEMENTS.

  • Bien des chrétiens sont frileux au niveau de l’évangélisation car ils butent sur plusieurs obstacles. En voici quelques-uns uns :
  • La timidité : Timothée avait ce problème. 2 Tim 1 : 6-8. Paul l’a encouragé à la surmonter. Encore une fois, il convient de signaler le rôle et l’importance de la prière car elle permet à un croyant de triompher de cette retenue pour parvenir à être de plus en plus à l’aise dans le partage de l’évangile. De plus, pour expérimenter une pleine victoire, une personne timide doit croire par la foi que le Seigneur lui a donnée les capacités pour surmonter sa timidité. Elle est alors placée dans des situations où elle sait très bien au fond d’elle-même qu’il s’agit d’opportunités pour communiquer sa foi. Petit à petit, elle est invitée à oser parler ou à offrir un évangile et des prospectus concernant la vie avec Dieu. La retenue peut rester un certain temps, mais à force de se lancer, elle réussira à dépasser ses complexes, à prendre conscience de ses capacités et à partager sa foi avec de plus en plus de facilité et d’assurance.
  • La crainte de ne pas savoir répondre aux questions. Il n’y a pas de honte à ne pas connaître toutes les réponses. Il convient d’avoir l’humilité d’admettre ses limites au sujet de la connaissance biblique et des choses de Dieu. Dans certains cas, il peut être envisagé de proposer à la personne de la recontacter pour lui fournir une réponse satisfaisante après s’être renseigné. Dans tous les cas, il est possible d’amener la conversation sur le terrain de ce que l’on sait, de sa propre expérience.
  • Philippe n’a pas partagé une longue étude biblique à Nathanaël pour le convaincre de rencontrer Jésus. Jean 1 : 45-46. Il lui a simplement relaté qu’il avait trouvé Jésus. Des croyants nourrissent un complexe car ils ont l’impression de n’avoir rien à raconter parce qu’ils ne sont pas d’anciens drogués ou alcooliques. Leur parcourt n’est apparemment ni impressionnant ni spectaculaire. L’erreur est de considérer que pour qu’un témoignage soit efficace, il faut qu’il soit remarquable. Or, toutes les personnes invitées au salut n’ont pas obligatoirement des vies déréglées et ne sont pas toutes des marginaux. Il s’agit de croire que toutes les expériences sont précieuses et utiles car quelqu’un peut très bien y trouver des aspects correspondant à sa vie personnelle. A l’instar de Philippe, les chrétiens sont invités à partager dans la foi ce qu’ils ont trouvé, plus précisément qui ils ont trouvé.
  • Puis, dans un deuxième temps, il a incité son compagnon à effectuer lui-même une démarche : “Viens et vois“. Même si le chrétien n’est ni éloquent ni habile pour témoigner, il peut lancer cette invitation pour encourager son interlocuteur à se rendre compte personnellement de la vérité de l’évangile.
  • Le désir d’attendre d’être parfait et suffisamment prêt. C’est un piège qui risque de conduire le disciple à ne jamais oser témoigner car il ne se sentira de toute façon jamais à la hauteur ! L’obéissance et le fait de choisir de “se mouiller” constituent la meilleure réponse et garantissent une pleine victoire. En effet, Moïse ne se sentait pas prêt lorsqu’il est devenu le conducteur du peuple de Dieu. Mais il a obéi. Ex 3-4. Gédéon était rempli de craintes quand Dieu l’a appelé. Juges 6 : 14-16. Il a eu du succès dans ses entreprises, non parce qu’il s’est appuyé sur ses sentiments, mais parce qu’il a obéi à L’Eternel.
  • Avoir connu des échecs dans l’évangélisation. Il ne faut pas oublier que tout le monde les rencontre inévitablement. Il convient d’en tirer les leçons, de rebondir dessus et de relever le défi qui consiste à effectuer de nouvelles tentatives. Les échecs contribuent à forger les réussites futures. Act 13 : 13; 15 : 36-38; 2 Tim 4 : 11.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
Praesent venenatis, suscipit ut dapibus leo. at in diam Curabitur eget vulputate,