Sélectionner une page

EXPERIENCES DANS L’EPREUVE

1) L’EXPERIENCE DU SECOURS DIVIN DANS L’EPREUVE.

Paul a été régulièrement persécuté par des réfractaires et des juifs religieux qui se sont fortement opposés à l’Evangile prêché par l’apôtre. Sa vie a été souvent mise en danger au point de frôler la mort. Act 9 : 29-30; 14 : 4-6; 14 : 19; 16 : 22-24; 21 : 30-33. Il a décidé un jour de se rendre à Rome afin de comparaître devant César pour échapper aux mains de ses persécuteurs qui en voulaient à sa vie. Cette démarche lui a ouvert les portes du témoignage devant les plus hautes autorités de l’époque. C’est la raison pour laquelle il s’est embarqué sur un navire en vue d’atteindre la capitale de l’Empire. Act 27 : 1-2. L’expérience de Paul montre que le message biblique a toujours été rejeté violemment par certaines personnes. Il en est de même aujourd’hui : beaucoup ne le supportent pas. Ainsi, le témoin de Jésus doit apprendre à gérer l’opposition à sa foi qui se manifeste de plusieurs manières : violence verbale et parfois physique, mépris, rejet, moquerie, humiliation, indifférence. Mat 10 : 16-17; 10 : 22; Jean 15 : 18-21; 17 : 14.

Malgré cela, il est indispensable pour les chrétiens d’avoir le courage d’afficher leurs convictions et de partager le message du salut. En effet, le plan de Dieu prévoit que tous les êtres humains soient éclairés au sujet de l’amour du Seigneur, de Son pardon, de Son secours et de la vie éternelle accordée en réponse à la foi.

1 Tim 2 : 4. Chaque disciple est invité à réaliser qu’il est redevable envers une ou généralement plusieurs personnes qui ont contribué à éveiller sa foi et son intérêt pour le royaume de Dieu. Dans pratiquement toutes les situations, le Seigneur se sert d’hommes et de femmes sauvés pour amener les incroyants à la lumière de l’Evangile. Ainsi, même si une majorité refuse de recevoir Jésus, il convient d’avoir la vision de communiquer le salut à ceux qui sont disposés à le recevoir favorablement. Réalisons aussi que Paul n’a pas systématiquement convaincu des foules innombrables à se tourner vers Jésus. Parfois, seule une poignée de personnes s’est convertie. Act 17 : 32-34.

Au cours du voyage maritime, une violente tempête s’est abattue sur l’équipage. Act 27 : 13-19. Devant le déchaînement des forces de la nature, tous ont perdu l’espoir de s’en sortir indemnes. Act 27 : 20. Croyants et incroyants ont été désemparés et impuissants. Personne ne maîtrisait les circonstances. Il en est ainsi de la vie : on pense la diriger et la dompter. Puis survient un événement qui nous apprend ou nous rappelle notre petitesse, nos limites et notre incapacité à dominer tous les domaines de l’existence. Nous sommes en réalité extrêmement fragiles, même les plus robustes et les plus durs. Jacq 4 : 14-15.

Au milieu de cette désolation, la lumière a heureusement jailli : le Seigneur a envoyé un ange pour encourager Paul et lui révéler Son intention de secourir et de sauver. Act 27 : 21-26. Le privilège du chrétien est d’être soutenu dans l’affliction, d’être rassuré par la certitude de la présence de Jésus à ses côtés. Es 41 : 10; Mat 28 : 20: Héb 13 : 6. L’apôtre a une nouvelle fois expérimenté le secours divin dans l’épreuve. Il est évident que nous préfèrerions vivre des expériences avec le Seigneur, mais sans souffrance ni douleur. Néanmoins, lors de la marche chrétienne, la plupart des manifestations divines sont vécues au travers des difficultés, des tensions, des problèmes. Ainsi, ceux qui imaginent suivre Jésus sans rencontrer d’épreuves sont obligatoirement déçus un jour ou l’autre. En effet, le baptême n’est pas un vaccin pour préserver des tempêtes ! Un chrétien n’est pas immunisé contre les problèmes. Jésus a toujours été honnête : la vie avec Lui est caractérisée par des luttes, des combats, des déceptions, des désillusions et des tribulations. Cependant, Il a promis de nous aider à triompher en toutes circonstances afin d’être victorieux dans l’adversité. Jean 16 : 33. Les disciples sont invités à discerner dans leur situation délicate la possibilité de vivre une expérience avec Jésus.

2) L’EXPERIENCE DE LA DELIVRANCE DANS L’EPREUVE.

Après une navigation tumultueuse, l’équipage s’est échoué sur l’île de Malte. Act 27 : 39-44; 28 : 1. Tout le matériel a été perdu, seules les vies ont été sauvées. Ce passage nous rappelle que les possessions terrestres peuvent s’envoler ou disparaître rapidement. Régulièrement, les faits divers révèlent des événements tragiques (inondations, incendies, colères de la nature) au cours desquels des personnes perdent leurs biens : habitations, véhicules, entreprises… En quelques minutes, une vie peut basculer de manière tragique. Le Seigneur veut apprendre à Ses enfants à apprécier leurs affaires sans toutefois y être excessivement attachés. La bible sensibilise les lecteurs sur les dangers de l’amour des choses terrestres qui risque de supplanter l’amour pour le Seigneur et les choses d’en haut. Pro1 : 19; 23 : 4-5; Mat 19 : 16-24; 1 Tim 6 : 6-10. En effet, le véritable trésor du chrétien se situe dans le ciel et pas sur la terre. Mat 6 : 19-21.

Les habitants de l’île ont chaleureusement accueilli les naufragés. Un feu a été allumé sur la plage.

Act 28 : 2. En ramassant de la broussaille pour alimenter les flammes, Paul a failli être mordu par un serpent venimeux. Act 28 : 3-4. Avant d’aller plus loin, il s’agit de relever un enseignement. L’apôtre a participé à ce qui était mis en place. Il a rassemblé des branchages comme les autres et s’est de la sorte impliqué. Il n’est pas resté assis passivement sur la plage, regardant autour de lui et attendant tranquillement que le nécessaire soit effectué pour se réchauffer. Tout apôtre qu’il était, il a personnellement contribué à ce qui était fait. Il s’est mis au travail comme tout le monde.

Selon ce passage, on en déduit la leçon suivante : le chrétien choisit de s’investir dans des activités utiles et nécessaires au bien être commun. Un croyant inactif et inopérant passe à côté du plan de Dieu. Il est dommage de regarder les autres chrétiens s’engager et s’investir en faveur du royaume de Dieu sans y participer soi-même. En effet, le Seigneur a prévu et préparé pour tous les disciples des œuvres à accomplir dans la foi et l’amour. Eph 2 : 10; Jacq 2 : 20. Il est donc précieux pour une église d’avoir des membres réellement engagés dans des actions concrètes. D’ailleurs, la participation effective des chrétiens dans un ou plusieurs ministères en fonction des compétences et des capacités contribue à la croissance de l’œuvre de Dieu. 1 Pie 4 : 10. Parallèlement à cela, les disciples peuvent être conduits à s’investir dans des associations laïques; Il s’agit d’y rechercher le bien du prochain tout en étant répandant la lumière divine. Mat 5 : 14-16.

Au travers de son implication, Paul a donc failli se faire mordre. Cette mention conduit à admettre la réalité suivante : agir comporte une dose de risques. Au niveau spirituel, c’est identique. Un prédicateur prend le risque de ne pas être suffisamment performant avec son message. Un chanteur et un musicien prennent le risque de présenter des “couacs” ou de ne pas parvenir à conduire l’assemblée sur les hauteurs de la louange. Celui qui délivre un don de prophétie prend le risque de ne pas communiquer la pensée divine de manière adéquate. Ceux qui enseignent les enfants et les jeunes prennent le risque de donner une instruction qui ne percute pas les cœurs avec la force attendue. Ceux qui effectuent des visites prennent le risque d’être limités, impuissants et de ne pas savoir vraiment apporter ce qui est nécessaire. Dans certains pays, les personnes qui s’engagent avec Jésus prennent le risque d’être humiliés, injustement condamnés, jetés en prison ou de voir leur maison brûlée. Quels que soient les niveaux de risque, s’investir avec Jésus nécessite d’en prendre avec courage et sagesse.

Donc, après le péril de la mer, Paul en a rencontré un autre : celui d’une morsure mortelle. On a l’impression que l’apôtre n’a pas eu le temps de souffler. Après avoir côtoyé de près la mort en Méditerranée, il a failli perdre la vie peu de jours plus tard à cause d’un serpent. Des personnes connaissent des périodes de leur existence caractérisées par une accumulation de problèmes plus ou moins graves. Alors qu’elles ont été secouées par une épreuve de laquelle le Seigneur les a sorties, elles ont à affronter une nouvelle situation difficile. Le découragement peut les déstabiliser, le doute les envahir et les craintes les submerger.

Il convient de remarquer que le Dieu puissant qui a secouru magistralement Paul pendant la traversée en mer est le même que Celui qui a délivré l’apôtre du poison mortel. Une action divine glorieuse a succédé à une autre. Ainsi, le disciple qui traverse une nouvelle épreuve a raison d’avoir la foi pour croire qu’après le secours divin au milieu de la tempête, il expérimentera la délivrance divine. Là encore, la gloire de Dieu s’est manifestée en faveur de Paul dans une situation sensible et délicate. Un peu moins de 2000 ans après cet épisode, il est essentiel pour les chrétiens de demeurer dans la foi et de s’attendre à l’intervention puissante du Seigneur. Il guérit les maladies, libère les possédés, secourt les désespérés. 1 Sam 7 : 12; Ps 28 : 7; Es 53 : 5; 1 Pie 2 : 24. Même si une personne rencontre une nouvelle épreuve, elle est invitée à se réfugier dans la fidélité divine.

3) LA PAIX ET LA REUSSITE DANS L’EPREUVE.

Au cours de son ministère, Paul a été jeté en prison dans la ville de Philippes. Auparavant, avec Silas, ils ont été frappés de coups de bâtons. Act 16 : 22-24. Leur situation était particulièrement douloureuse. Ils n’ont pas subi ce châtiment pour avoir commis des fautes mais parce qu’ils ont témoigné courageusement de leur foi et agit au nom du Seigneur. Act 16 : 16-21. Ils ignoraient ce qui allait leur être réservé le lendemain. Pourtant, au milieu de la nuit, ils chantaient et louaient Dieu. Act 16 : 25.

Cette expérience dans l’épreuve semble irréaliste et hors de portée pour beaucoup de personnes. Cependant, il s’agit d’avoir à l’esprit la réalité suivante : Paul et Silas étaient des hommes ordinaires comme nous avec leur nature humaine. Seulement, comme ils se sont consacrés à Jésus et qu’ils Lui ont offert leur vie, Il a fait d’eux des disciples extraordinaires. Leur foi et leur confiance absolue en Dieu les a rendus inébranlables au moment de la persécution. Le Seigneur les a remplis d’une paix divine profonde. Ainsi, au beau milieu de la nuit, au lieu de se morfondre, de gémir et de se plaindre de leur situation peu enviable, ils ont chanté des louanges.

Il est possible aujourd’hui pour les disciples de vivre cette dimension surnaturelle car le Seigneur est le Dieu de la paix véritable. Il désire la communiquer à ceux qui sont attachés à Lui. Job 22 : 21; Ps 119 : 165; Es 26 : 3; Phil 4 : 6-7. Cette quiétude permet de traverser les épreuves et provient du fait d’avoir réellement remis la vie entre les mains du Créateur. Quoiqu’il arrive, la décision est de Lui faire confiance et de se reposer en Lui.

Joseph a lui aussi connu la prison en son temps. Il y est resté plusieurs années suite au mensonge de la femme de Potiphar. Gen 39 : 7-20. Plus tard, un compagnon de cellule lui avait promis de parler en sa faveur à Pharaon. Mail il l’oublia Joseph. Il dut alors encore patienter avant de sortir libre de sa geôle. Gen 40 : 9-23. Malgré ce contexte douloureux, Dieu lui a assuré Sa présence et Sa bonté et lui a donné de la réussite dans ses entreprises. Gen 39 : 21-23. Le fils de Jacob a bénéficié de 3 précieuses richesses dans son épreuve : la présence, la bonté divines et le succès. Le Seigneur a accordé à Son serviteur des compensations au milieu de la difficulté.

Comme pour Joseph, le Seigneur souhaite déployer Ses faveurs et Ses bienfaits dans la vie de ceux qui sont éprouvés et qui demeurent fidèles. Il est légitime d’aspirer à voir une issue favorable à une crise. L’âme humaine soupire après la délivrance. Néanmoins, pendant cette période d’attente, il est essentiel d’apprécier l’œuvre que Dieu réalise dans le cœur et les bénédictions répandues.

Pasteur Philippe Landrevie

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
neque. ut mattis id dictum mi, Praesent Praesent fringilla