Sélectionner une page

EVANDIS 338 : LES 12 APOTRES (4) : MATTHIEU ET THOMAS

Lecture Marc 2 : 13-17; 3 : 13-19.

1) MATTHIEU.

a) Lévi.

Comme beaucoup de juifs, cet homme avait 2 noms : Lévi et Matthieu. Le premier, Lévi, signifie : “attaché, captif“. C’était un publicain, c’est-à-dire un collecteur d’impôts au service de l’état romain. Comme beaucoup de ses collègues de travail, il était certainement mal vu de ses compatriotes pour 2 raisons principales : il travaillait en collaboration avec l’occupant et s’adjugeait des commissions confortables voir exagérées sur le dos des contribuables. Luc 3 : 12-13. Comme Zachée, il n’avait certainement pas de problème financier ou matériel. Cependant, il avait besoin de salut et de libération.

Les Ecritures évoquent plusieurs formes de captivité : celle de l’être humain esclave du péché :

Jean 8 : 34, de sa mauvaise nature : Eph 2 : 3, des influences ténébreuses : Jean 13 : 2; Act 5 : 3. Il est possible d’être lié par le chagrin, le désarroi, la tristesse, la souffrance, la crainte, le découragement, la déprime, la dépression… On peut affirmer que tous les êtres humains rencontrent ces réalités à des degrés différents. Le problème est lorsqu’elles s’installent de façon durable dans la vie des gens qui en deviennent alors prisonniers. Dès l’instant où une pensée, une pratique, une idée, une habitude, un sentiment domine l’existence, la personne devient captive. 2 Pi 2 : 19. Il est alors essentiel de se laisser éclairer par le Seigneur afin de prendre conscience de la réalité et de la reconnaître. Ensuite, il convient de vouloir être changé et délivré par la puissance du Saint-Esprit. 1 Sam 10 : 6; 10 : 9; Ezé 11 : 19-20; Ps 68 : 7; Ps 107 : 13; 19; 28.

On peut être prisonnier de péchés grossiers dont on connaît parfaitement les effets dévastateurs (déviations sexuelles, alcool, jeux, tabac, violence verbale et physique…) Il est possible également d’être asservi par des éléments qui ne sont pas nocifs en eux-mêmes, mais à qui on accorde trop de place ou d’importance. En effet, la musique, le cinéma, la télévision, internet, une habitation confortable, un véhicule agréable ne constituent pas des problèmes du moment que ces activités sont saines (Il convient effectivement de faire le tri au niveau de ce qu’on regarde et de ce qu’on entend afin de séparer ce qui est pur de ce qui est impur) Toutes les choses saines deviennent un danger pour le chrétien dès l’instant où ce-dernier ne peut pas s’en passer. Il est alors esclave d’une idole. Il est sage d’imiter Paul et d’être ferme et déterminé à ne rien laisser dominer dans sa vie. 1 Cor 6 : 12; 1 Cor 10 : 23. Il s’agit d’identifier honnêtement ses faiblesses et de ne pas leur permettre de contrôler l’existence. Un disciple équilibré parvient à maîtriser ses fragilités en fermant la porte à tout ce qui est susceptible de le déstabiliser ou de le faire chuter. Mat 5 : 27-30.

Un croyant peut être empoisonné par des handicaps intérieurs : manque de confiance, d’assurance, complexes d’infériorité, crainte de la réaction des autres, peur de ne pas être à la hauteur, peur de l’échec… Ils sont le résultat de l’éducation, de l’environnement, des fréquentations, des épreuves, des fragilités de l’individu. Ils constituent de véritables boulets qui freinent ou bloquent l’évolution et l’épanouissement de la personne. Timothée était particulièrement timide : 2 Tim 1 : 6-8. Gédéon était complexé : Juges 6 : 15; Moïse se sentait méprisable et se rabaissait : Ex 3 : 7-4 : 17.

L’œuvre de Jésus par le Saint-Esprit consiste à libérer de tous les fardeaux intérieurs, à permettre à chaque disciple de prendre conscience de ses capacités et de sa valeur et d’être transformé progressivement. Jean 8 : 36; Rom 12 : 2.

b) Matthieu.

Matthieu signifie “don de Dieu“. Le don de Dieu par excellence est celui de Son Fils unique qui a revêtu notre humanité et a accepté de souffrir la croix pour le salut de tous. Jean 3 : 16.  En appelant Lévi à Le suivre, Jésus lui a proposé de ne plus être captif mais de trouver la véritable liberté. C’est l’invitation adressée à chaque individu. L’évangile est une proposition pour changer de position et de condition : d’esclave, l’homme est destiné à devenir libre en recevant la vie éternelle et en se donnant à Dieu. Act 26 : 17-18; Rom 6 : 13.

Ainsi, Lévi vivait pour lui-même et jouissait du confort procuré par sa position sociale et son activité professionnelle. Comme Zachée, il ne se souciait probablement pas des conditions de vie et des situations de ses compatriotes. Cependant, son cœur a été touché par Jésus et il est devenu Matthieu, un nom magnifique dont il a vécu la signification profonde puisqu’il a répondu à l’appel du Seigneur pour Le servir et servir les autres.

Eph 4 : 8 Þ Ce passage fait allusion à l’ascension de Jésus qui est remonté au ciel après Sa résurrection. Le Seigneur a emmené des captifs, c’est-à-dire des hommes et des femmes esclaves de leurs péchés et de leur nature. Il les a attirés à Lui et les a délivrés et sauvés par la croix. Ensuite, ces hommes et ces femmes devenus des disciples libres et dont la vie appartient à Dieu ont accepté d’être donnés aux autres afin de les sauver, de les affranchir, de les guérir. Ainsi, le croyant qui se contente de recevoir les bienfaits et les bénédictions du Seigneur ne connaît que la moitié du plan divin pour sa vie. La seconde moitié consiste à désirer être à la disposition du Créateur pour se consacrer à Son œuvre. En effet, le véritable christianisme bien compris et expérimenté consiste à recevoir le don de Dieu et à devenir une offrande pour le Créateur et un don pour le prochain. Rom 6 : 13; 2 Cor 8 : 5; 1 Pi 4 : 10.

Chaque croyant est invité à se poser les questions suivantes : “Me suis-je vraiment donné à Jésus ? Qu’est-ce que j’apporte concrètement aux autres ? Ma foi est-elle suivie d’œuvres qui glorifient Dieu ? Quelle est ma participation active dans l’église en tenant compte de mes contraintes et de mes impossibilités ? Ai-je le souci de participer à la croissance de l’œuvre de Dieu en communion avec les chrétiens ?”

Il est important de donner avec une disposition de cœur adéquate, avec amour et joie. 2 Cor 9 : 7. Citation de Corneille : “Tel donne à pleines mains qu n’oblige personne : la façon de donner vaut mieux que ce qu’on donne”.

2) THOMAS.

On aperçoit Thomas plein d’enthousiasme et de zèle lorsqu’il accompagne Jésus. En effet, quand le Seigneur manifeste le désir de retourner en Judée au péril de sa vie, Thomas affirme être prêt à Le suivre jusqu’à la mort. Jean 11 : 5-8; 11 : 16. Pourtant, quand le Fils de Dieu s’est fait arrêter, il a fui avec les autres disciples. Marc 14 : 50. Cependant, il était sincère et désireux de suivre et servir son Maître. Avant d’être régénéré, il s’appuyait sur ses propres forces pour plaire à Dieu. Plus tard, transformé par la puissance du Saint-Esprit, il a été capable d’être un apôtre fidèle jusqu’au bout. Ceci nous rappelle que la bonne volonté est nécessaire mais insuffisante pour accomplir pleinement l’œuvre divine. C’est pourquoi le Seigneur agit en répandant Son Esprit dans la vie de ceux qui Le recherchent assidûment. Act 1 : 8; 1 : 14; 2 : 1-4.

Son nom signifie “jumeau“. La particularité des jumeaux est de se ressembler. Chaque disciple de Jésus, comme Thomas, est appelé à ressembler au frère aîné sur le plan spirituel, à savoir le Fils de Dieu. C’est l’identification qui consiste à imiter le Seigneur au niveau de Sa mentalité, de Ses pensées, de Son comportement, de Ses choix, de Son mode de vie. Luc 6 : 40; Rom 8 : 29; Eph 4 : 13; Phil 1 : 6. Le baptême biblique n’est pas l’attribution d’une récompense pour une personne qui serait devenue parfaite et infaillible, mais c’est l’engagement d’un disciple qui est mort à sa vie charnelle et qui est ressuscité pour vivre une vie nouvelle. Rom 6; Eph 2 : 1-7; Col 2 : 8-15.

Thomas ne s’est pas contenté de suivre Jésus pour voir des miracles et des bénédictions, il a souhaité comprendre le fonctionnement du royaume de Dieu. Ainsi, il n’a pas hésité à questionner Jésus : Jean 14 : 5. Ce dernier- lui a répondu et l’a enseigné au sujet d’une vérité fondamentale. Jean 14 : 6. Le Seigneur apprécie les croyants qui cherchent les choses d’en haut, qui fouillent dans la bible, qui ont soif d’être instruits et conseillés, qui désirent mieux connaître le Fils de Dieu. Avec cette excellente motivation, le disciple est certain de recevoir des réponses, des éclaircissements et des conseils pour sa vie lorsque le Seigneur le juge bon. Il est précieux de faire les expériences de Marie, de Nicodème et du jeune homme riche. Mat 19 : 16-24; Luc 10 : 38-42; Jean 3 : 1-8.

Un jour, Jésus s’est montré ressuscité à ses disciples. Or, Thomas était absent. Jean 20 : 19-24. Le Seigneur lui a néanmoins offert une autre chance pour lui permettre de réaliser la véracité de la résurrection. Jean 20 : 26. Cependant, le futur apôtre a raté une opportunité. Il a manqué un moment fort. Ceci nous montre que le Seigneur nous fixe des rendez-vous et qu’il est essentiel de les honorer. Même s’Il nous propose dans Sa grâce de nouvelles occasions de vivre une victoire, de faire une expérience, de saisir un élément du royaume de Dieu, il faut bien admettre que ce qui n’a pas été vécu est perdu. Plusieurs regrettent les mois ou les années perdues à tergiverser, à repousser la main de Dieu, à hésiter de s’engager à fond dans les voies divines. De plus, c’est dramatique pour quelqu’un de passer régulièrement à côté du plan divin. Pharaon a eu plusieurs occasions de se repentir mais il les a toutes négligées et a perdu la vie. Ex 7-14. Hérode a eu de nombreuses opportunités de changer de chemin mais a résisté à l’appel divin. Marc 6 : 14-20. Diotrèphe, malgré certainement des rappels à l’ordre, s’est endurci. 3 Jean 9-11. D’autres ont su saisir la circonstance qui s’est présentée et ont ainsi vu le Seigneur agir. Marc 1 : 16-20; 5 : 25-34; 10 : 46-53. Que cet épisode encourage les croyants à saisir les opportunités divines afin de remporter des victoires, de prendre les bonnes décisions et d’aller de l’avant.

Par rapport au programme de l’église, ce passage montre l’importance d’être présent lorsque les chrétiens se réunissent. Bien évidemment, il n’est pas envisageable d’être partout et engagé sur plusieurs fronts. Néanmoins, être présent permet de se donner plus de chances de vivre des temps forts dans la communion fraternelle.

De plus, Thomas a manifesté de l’incrédulité. Jean 20 : 25. Il a cru lorsqu’il a vu. Jean 20 : 26-28. Jésus en a profité pour rappeler le principe divin incontournable de la foi qui donne la possibilité à celui qui l’exprime de voir ensuite l’action et la gloire de Dieu dans sa vie. Jean 11 : 40.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
ante. fringilla felis suscipit mi, tristique commodo Aenean velit, venenatis amet, elit.