Sélectionner une page

EVANDIS 325 : LA PRIERE (4)

Lecture Actes 12 : 1-17.

1) L’EGLISE FAIT FACE A SON CONTEXTE.

– Le contexte de l’époque était particulièrement éprouvant pour les chrétiens qui étaient persécutés à cause de leur foi. Hérode représente Satan l’ennemi de Dieu qui mène des actions de destruction et de déstabilisation de l’Eglise. Cela traduit la réalité d’un combat spirituel entre Celui qui veut maintenir la race humaine dans le péché et la perdition et le Seigneur qui a tout accompli pour libérer et sauver. 1 Pi 5 : 8-10.
Le texte cite Jacques et Jean, apôtres de Jésus qui ont répondu à l’appel divin pour suivre le Seigneur. On remarque la différence de destinée entre les 2 frères. En effet, le premier a été arrêté et exécuté, le second a vécu presque centenaire et a fini ses jours déporté sur l’île de Patmos. Apo 1 : 9-11. Ainsi, la trajectoire de chacun est spécifique, l’essentiel étant de rencontrer le Seigneur, d’expérimenter par la foi une relation vivante avec Lui, de L’aimer et de Le servir de tout cœur en Lui faisant confiance dans tous les domaines de l’existence.
– A vue humaine, l’exécution de Jacques est injuste et a pu susciter des questions : pourquoi lui, alors que son frère et d’autres disciples ont été épargnés ? Ces-derniers ont certainement culpabilisé de demeurer en vie, sentiment connu des personnes échappant à la mort alors que d’autres décèdent. De plus, la perte de Jacques a frappé la communauté et sa famille d’une intense souffrance. Cependant, l’auteur du livre des Actes passe sous silence ces éléments et décrit la réaction positive de l’assemblée face à l’emprisonnement de Pierre. Luc semble vouloir montrer que l’Eglise n’a pas été terrassée par ces événements tragiques et qu’elle a su les gérer avec foi. Le récit décrit une communauté conquérante, triomphante, victorieuse, capable de surmonter les pires difficultés comme l’emprisonnement et l’exécution de ses membres.
– Une des grandes leçons de ce passage est la suivante : la prière donne la force de surmonter la douleur, la culpabilité, les frustrations, les incompréhensions et les injustices de la vie. La puissance, les capacités et les ressources sont données par le Seigneur. Ps 46 : 2; Es 40 : 31; Zach 4 : 6; 2 Cor 3 : 5; 2 Cor 4 : 7-10; 2 Cor 12 : 7-10.
– La prière permet d’apprendre à dépendre de Jésus et à Lui abandonner toute volonté de maîtriser les rênes de la vie. La foi rappelle au chrétien que Dieu est souverain dans toutes les circonstances et qu’elles concourent à son bien. Rom 8 : 28. Dans Son amour, Il les contrôle, Il en discerne et prépare l’issue. 1 Cor 10 : 13. Dans ces conditions, les disciples sont remplis de paix et de sérénité par le Saint-Esprit dans les moments critiques, notamment face à la mort. Jean 14 : 27; Act 5 : 40-42; Act 7 : 57-60.
– L’Eglise était donc harcelée à cause de l’évangile. Remplis du Saint-Esprit, les disciples deviennent alors capables de supporter les persécuteurs et leurs actions : moqueries, railleries, rejet, mépris, insultes, problèmes de voisinage, provocations…Ils sont aussi conduits à prier pour les opposants et à les bénir. Job 42 : 8; Mat 5 : 43-48. Ayant adopté des positions et des attitudes spirituelles, l’Eglise s’est non seulement fortifiée mais elle s’est développée et a connu une authentique croissance. Act 9 : 31; 12 : 24. Les difficultés et les oppositions sont un véritable défi pour l’assemblée : si elle réagit selon les normes bibliques et avec les sentiments du Seigneur en puisant ses forces dans la prière, elle continuera de grandir.
– En plus de cette opposition, l’Eglise était exposée à une difficulté rencontrée par tous : la famine. Act 11 : 27-28. Les chrétiens ont donc à gérer des soucis en rapport avec leur foi mais aussi ceux communs à tous les hommes : chômage, maladie, deuil, accident… Les disciples à l’époque des apôtres étaient des hommes et des femmes de prière. Act 2 : 42; 3 : 1; 10 : 9; 12 : 12. Leurs cœurs étaient modelés et façonnés afin de manifester l’amour divin. Les aides et les secours matériels ont été déployés en faveur des nécessiteux. Act 11 : 29-30. Cela s’est produit à plusieurs occasions, ce qui prouve que les chrétiens apportaient leur assistance, non pas exceptionnellement, mais régulièrement, aussi souvent que c’était nécessaire. Act 2 : 43-47; 4 : 34-37; 2 Cor 8 : 1-9. Cette aptitude à la générosité, à la libéralité et au partage trouve sa source dans l’amour qui est répandu dans le cœur par le Saint-Esprit lorsque le chrétien prend du temps dans la prière et la méditation de la bible. Rom 5 : 5; 1 Jean 2 : 5.
– Selon cet exemple, l’assemblée est appelée à répondre à ses besoins internes. La prière pousse aux dons matériels et financiers selon les moyens pour secourir les membres en situation précaire et pour pourvoir au bon fonctionnement de la communauté. La prière motive également pour assister et soutenir en proposant de l’écoute, de la présence, de l’attention, de la tendresse, de la délicatesse. En prenant l’habitude de chercher la face de Dieu, le chrétien développe sa sensibilité aux besoins des autres et ressent le désir d’être davantage disponible pour bénir et soulager.
– L’Eglise primitive a su faire face à plusieurs situations difficiles en même temps. Elle n’a pas été terrassée par les épreuves. Ce témoignage est un défi à se réfugier de plus en plus dans la prière pour recevoir de la part du Seigneur les forces et les qualités nécessaires pour triompher de toutes les situations, même lorsqu’elles se cumulent.

2) PIERRE EN PRISON.

– Pierre en prison a été séparé de sa femme, de sa famille et de ses amis. Il s’est retrouvé isolé. De plus, il avait encore en mémoire l’arrestation et l’exécution de Jacques, frère de Jean. Il a donc perdu un proche collaborateur dans des conditions tragiques. Il convient aussi de souligner que les conditions de réclusion étaient certainement très éloignées d’une prison de luxe.
– Dans ce contexte, sa courte détention aurait pu l’accabler et le briser, mais cela ne fut pas le cas. Ceci ne signifie pas que l’apôtre n’a jamais rencontré le découragement, la lassitude, la crainte. Les hommes de Dieu les plus éminents ont connu des baisses de moral. Nomb 11 : 14-15; 1 Rois 19 : 4; Act 27 : 20;
2 Tim 4 : 14-16. Le Seigneur les a toujours renouvelés et fortifiés.
– Dans cette situation de crise, Pierre est resté paisible et serein au point de pouvoir dormir profondément car il avait dans son esprit une promesse de Jésus. Jean 21 : 18-19. Le Seigneur lui a révélé sa vocation (paître les brebis, c’est-à-dire s’occuper des croyants en prenant soin d’eux) et lui a signifié qu’il mourrait en martyre dans son âge avancé. Au moment de son emprisonnement, l’apôtre en était au début de son ministère et il était relativement jeune. Il a donc eu l’assurance dans son fort intérieur que le temps de partir pour la patrie céleste n’était pas arrivé, malgré la possibilité et le risque d’une exécution.
– Si Pierre a fait cette extraordinaire expérience, c’est parce qu’il était un homme de prière. En effet, les plus belles promesses divines et les paroles les plus magnifiques peuvent s’évaporer d’un cœur avec le temps, au point d’être assailli par le doute : “Le Seigneur a-t-Il vraiment parlé ?“; “Le don spirituel était-il réellement pour moi ?“. Un puissant encouragement grâce à la lecture de la bible ou à un conseil fraternel peut perdre de sa force dans l’épreuve. La prière permet d’entretenir et de conserver les paroles reçues de Dieu. Dans l’épreuve, le Saint-Esprit rappelle, remémore et communique les versets appropriés et les encouragements nécessaires. Deut 4 : 9; Luc 2 : 19; Jean 14 : 26.
– Il est donc essentiel pour une bonne santé spirituelle d’être imprégné de la Parole de Dieu et de la méditer dans un esprit de prière afin de triompher dans toutes les circonstances, même les plus pénibles. La prière stimule et renouvelle la foi et permet à un disciple d’être vainqueur dans le contexte rencontré.

3) LA PRIERE DE L’EGLISE.

– Face aux arrestations et à l’exécution de Jacques, l’Eglise a été exposée à la tentation de baisser les bras, de sombrer dans le découragement et de se laisser submerger par la détresse. Elle aurait pu être dominée par la crainte et finir par se renfermer sur elle-même, abandonnant sa vocation consistant à apporter l’espoir et le salut aux hommes. Elle aurait pu être piégée par la résignation qui aurait consisté à accepter l’emprisonnement de Pierre sans réagir.
– Au contraire, les disciples se sont mobilisés dans la prière afin d’intercéder pour l’apôtre.
Act 12 : 5. Ils ont certainement été animés du désir de ne pas se laisser impressionner par les événements et les menaces. Cette implication est un bel encouragement pour l’assemblée car elle démontre la possibilité pour les chrétiens d’être remplis de zèle et de courage dans des circonstances défavorables et critiques. La foi consiste à refuser la défaite, l’immobilisme, la fatalité, la pensée selon laquelle les choses n’évolueront pas, que la solution est inaccessible.
– La prière ne doit pas se résumer à exposer au Seigneur une longue liste de problèmes personnels. Les chrétiens s’sont appelés à s’oublier eux-mêmes pour considérer les besoins des autres.
– L’intercession pour Pierre souligne également la nécessité de prier pour les ministères les plus exposés aux difficultés de part leur position (prédicateurs, pasteurs, chanteurs, musiciens, équipe d’évangélisation, responsables d’activités)
– La mobilisation était telle que les disciples se réunissaient pour prier la nuit. Act 12 : 6; 12. Pourtant, ces gens avaient certainement des activités professionnelles et des charges familiales. De plus, le texte mentionne que “beaucoup de personnes étaient réunies et priaient”. Il ne s’agissait pas d’une minorité ou d’un petit noyau, mais l’ensemble de la communauté était présente à ce rendez-vous de prières. Ceci s’adresse à chaque membre de l’assemblée pour faire bloc dans la prière, rechercher l’unité dans la communion fraternelle et s’associer ensemble pour voir les œuvres de Dieu se réaliser.
– Le résultat de la prière fervente est la libération de Pierre. Cette expérience est une belle victoire pour l’apôtre mais aussi pour l’Eglise.

Philippe LANDREVIE

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
ut Donec dolor. accumsan amet, diam Phasellus Curabitur nec porta. elit. ipsum