ETRE UN SOLDAT DE JESUS-CHRIST – 3/7

Lecture 2 Tim 2 : 3-4.

1) IL ACCOMPLIT SA MISSION.

Jésus est venu sur la terre investi d’une mission divine : enseigner, instruire, révéler le style de vie conforme aux désirs du Créateur et surtout offrir Sa vie pour permettre à tous les humains de saisir le salut. 1 Tim 2 : 3-4. Avant de remonter au Ciel, le Seigneur a communiqué les grandes lignes de la mission confiée aux disciples. Mat 28 : 18-20; Marc 16 : 15-18. Ils étaient invités à prendre le relais et à poursuivre Son œuvre. Jésus n’étant plus présent physiquement sur terre depuis 2 000 ans, l’Eglise a la responsabilité de réaliser le plan de Dieu pour l’humanité. Ainsi, le Seigneur manifeste Ses actions grâce et au travers de chrétiens qui ont compris leur rôle et leur devoir envers leur Rédempteur. Répandre la bonne nouvelle de l’Evangile et donner l’opportunité aux gens de devenir des disciples est la noble mission des soldats de Jésus-Christ.

Dans Sa sagesse, le Seigneur équipe et qualifie l’Eglise afin qu’Elle soit en mesure de répondre à Ses attentes. Il L’a revêt de puissance par le Saint-Esprit et la guide avec Sa parole. Ps 119 : 105; Act 1 : 8. Dans le cadre de la volonté de Dieu, les chrétiens sont rendus capables d’accomplir des œuvres similaires à celles du Seigneur Lui-même. Marc 16 : 17-18; Jean 14 : 12-13.

Nous avons vu la semaine dernière la réalité selon laquelle le Fils de Dieu revient bientôt pour enlever l’Eglise et pour ensuite venir établir un royaume terrestre de 1 000 ans. Zach 14 : 3-4, Mat 24 : 36-42; 1 Thes 4 : 13-18; Apo 20 : 1-6. Des événements dramatiques vont conformément aux Ecritures se multiplier. Il est essentiel pour les chrétiens d’être des instruments de bénédiction et des poteaux indicateurs lumineux pour éclairer les gens et les alerter sur la nécessité de se convertir. Leur motivation première ne devrait pas être de vivre pour eux-mêmes mais de penser à tous ceux qui ont besoin de rencontrer Jésus. Phil 2 : 4. Bien évidemment, réussir ses études, une carrière professionnelle, sa vie de famille, s’épanouir et connaître une appréciable harmonie intérieure sont des objectifs légitimes du chrétien. Néanmoins, sa priorité doit être dans son implication concrète en faveur de la croissance du royaume de Dieu et pour la bonne santé de l’église à laquelle il appartient.

Beaucoup de personnes n’hésitent pas à afficher et à répandre leurs convictions. En politique, il est question de militants fervents qui cherchent à convaincre du bien-fondé de leurs idées. Dans le domaine religieux, les sectes sont dynamiques dans la propagation de leurs croyances. Les athées sont sans complexe pour partager leurs opinions. Il est donc normal que les chrétiens fassent entendre leur voix avec sagesse et intelligence pour faire retentir le message du salut et de la vie avec Dieu.

Ainsi, il est important de savoir où nous en sommes au niveau du témoignage par rapport aux gens qui nous entourent. Nos voisins, nos collègues de travail, nos connaissances, nos proches connaissent-ils notre engagement spirituel ? Avons-nous saisi des occasions pour leur partager notre foi ? Sommes-nous disponibles et attentifs pour repérer les opportunités d’échanges avec eux au sujet du Seigneur ?

2 grandes situations se présentent devant l’enfant de Dieu. Dans le premier cas, les gens effectuent eux-mêmes une démarche spirituelle. Ils posent des questions, ils souhaitent en savoir davantage sur la foi chrétienne. A l’époque de Jésus, plusieurs personnages ont manifesté le désir de Le rencontrer. Jean 12 : 20-22. Nicodème a pris l’initiative d’aller à la rencontre du Seigneur et a prouvé son désir de découvrir les richesses de la foi chrétienne. Jean 3 : 1-21. Corneille a sollicité Pierre car il cherchait Dieu profondément. Act 10 : 1-48. Durant sa période de captivité à Rome, Paul était limité dans ses mouvements tout en bénéficiant d’une certaine liberté. Plusieurs le visitaient pour entendre l’Evangile. Act 28 : 30-31. Durant la vie du chrétien, Dieu place sur son chemin des personnes qui cherchent le pardon de leurs péchés, l’amour, la vie éternelle. Ils ont soif de vérité. Le Saint-Esprit a travaillé leur cœur. Ils sont engagés dans une véritable démarche spirituelle. Le soldat de Jésus-Christ est alors invité à imiter le Seigneur et les apôtres. Il s’agit en effet d’être disponible et de répondre présent pour orienter ceux qui cherchent le chemin de la vie éternelle.

Dans le second cas, le disciple prend des initiatives pour provoquer des échanges et des partages concernant la foi. Il n’attend pas que les autres le sollicitent. Il entre en contact avec eux et témoigne. Ainsi, Jésus a interpellé Zachée et lui a tendu la main pour aller plus loin au niveau de la foi. Luc 19 : 1-10. Philippe a de son propre chef pris la décision d’aller en Samarie pour y partager son expérience chrétienne. Act 8 : 5. Apollos allait vers les autres et parlait du Seigneur autour de lui. Act 18 : 24-25. Ces initiatives ne sont pas réservées aux prédicateurs ayant reçu un appel pour devenir évangélistes. Elles peuvent être entreprises par tous les soldats de Jésus-Christ qui ont compris la nécessité de saisir des occasions de sensibiliser les gens au sujet de l’amour de Dieu.

Parfois, les personnes sont attentives et prêtent l’oreille au témoignage du disciple. Souvent, elles semblent désintéressées et manifestent de l’indifférence ou du rejet. L’essentiel réside cependant dans le fait de semer la Parole dans les cœurs et de faire ensuite confiance au Saint-Esprit pour les travailler et les convaincre. Eccl 11 : 1; Jean 16 : 7-8. Il convient d’ouvrir les yeux pour voir les situations dans lesquelles une opportunité de contact peut être saisie. Il est précieux et utile d’avoir également avec soi des prospectus avec les coordonnées de l’assemblée, des évangiles pour pouvoir les offrir à tout moment. Cette vision est appelée à animer tous les membres de l’église dans la perspective du futur lieu de culte. En effet, le but de la restauration du local n’est pas premièrement le confort des chrétiens mais d’avoir un outil adapté pour permettre au plus grand nombre de venir découvrir l’amour et le salut divins.

2) IL A LA VOLONTE DE GAGNER ET DE VAINCRE.

Le croyant sait parfaitement qu’il est tout à fait capable de déployer énormément d’énergie, de volonté, d’abnégation, de courage pour réaliser ses projets personnels, pour améliorer son cadre de vie, pour accroître son confort. Il trouve suffisamment de ressources pour des actions qui lui plaisent. Par contre, il est parfois démotivé, fatigué, découragé pour accomplir certaines tâches qui lui coûtent.

Le véritable soldat de Jésus-Christ est animé d’une farouche volonté pour participer activement à la croissance de l’Eglise. Il répond présent quand c’est facile mais aussi et surtout quand l’engagement dans l’œuvre de Dieu exige des sacrifices. Dans ce sens, il manifeste de la volonté pour vaincre ses réticenses intérieures, son égoïsme, sa paresse, ses excuses qui justifient un manque de consécration.

L’être humain a généralement tendance à voir des ennemis “extérieurs” à lui-même. Or, la bible éclaire sur un ennemi “intérieur” qu’il est indispensable de repérer et de traiter : le propre “moi”, la mauvaise nature charnelle qui sévit dans l’existence de chaque individu. Rom 7 : 14-25; Gal 5 : 16-17. Paul a décrit le résultat produit par la chair. Gal 5 : 19-21. Il convient de souligner que ces péchés et ces défauts mentionnés ne sont pas exclusivement manifestés par les incroyants avant leur rencontre avec le Seigneur. Il convient de réaliser que l’épître aux galates a été rédigée à des croyants. L’apôtre n’a pas écrit dans le but de condamner les dysfonctionnements dans la vie des incroyants mais pour dénoncer le comportement que les croyants risquent d’exprimer s’ils laissent leur mauvaise nature les dominer. Quand on s’arrête attentivement sur la liste non exhaustive de Paul, on réalise qu’un enfant de Dieu est malheureusement capable de tels excès.

La solution est donnée dans le même chapitre : Gal 5 : 24-25. Le soldat de Jésus-Christ choisit de vaincre les pulsions et les penchants de sa mauvaise nature en la crucifiant. Il la fait mourir et la combat afin que son influence diminue progressivement. Rom 6 : 5-6. Il refuse de répondre favorablement à ses sollicitations. Rom 13 : 12-14. Il développe parallèlement sa communion avec le Seigneur. La vie divine imprègne alors petit à petit son existence. Il est en mesure de porter du fruit agréable à Dieu. Rom 14 : 17; Gal 5 : 25; Eph 5 : 9. Le Saint-Esprit le fait grandir sur le chemin de la sanctification. Sa puissance se déploie pour aider le disciple à gagner son combat contre sa chair. Rom 8 : 13.

Cette réflexion conduit à comprendre que devenir un disciple de Jésus consiste à recevoir Son enseignement et à le vivre concrètement au quotidien. Le Seigneur est intéressé par ce que nous faisons pour Lui mais Il considère d’abord ce que nous sommes devant Lui. Le service, l’implication dans l’église, les œuvres à réaliser sont des conceptions importantes. La transformation du caractère et de l’être intérieur sont cependant primordiales. Faire comme Jésus est un est buts du chrétien, devenir comme Lui est un objectif majeur. Luc 6 : 40; Eph 2 : 10; Phil 1 : 6; Eph 4 : 13; Tite 3 : 14. Paul a décrit un aspect du plan divin : le soldat de Jésus-Christ est destiné à devenir semblable au modèle parfait, à savoir le Fils de Dieu. Rom 8 : 29.

Le piège serait de se satisfaire de l’engagement dans l’œuvre de Dieu sans être animé de la volonté de vaincre la mauvaise nature. L’implication dans un service de l’église est appréciable, mais ce que l’enfant de Dieu manifeste à la maison et en dehors des réunions est essentiel. Il suffit pour en être convaincu de s’attarder sur le contenu de la première lettre adressée aux Corinthiens. Les croyants de cette assemblée étaient riches dans l’exercice des dons spirituels. Ils manifestaient dans une certaine mesure les œuvres de Dieu. Mais Paul ne leur a pas écrit pour les féliciter mais pour les reprendre. En effet, ils négligeaient la nécessité de remporter la victoire sur leur mauvaise nature. Ils étaient coupables de la laisser les dominer. Leur attitude pouvait être pire que celle des incroyants. 1 Cor 3 : 1-4; 5 : 1-13; 6 : 1-8; 11 : 17-22.

3) IL ACCEPTE LES PERILS LIES A SON ENGAGEMENT.

Il est demandé aux combattants de l’armée de terre de remplir leur mission même au péril de leur vie. Cela consiste à placer la cause qu’il défendent au-dessus de leur intérêt personnel. Cette notion rejoint l’Evangile: le soldat de Jésus-Christ choisit de placer le royaume de Dieu avec ses contraintes et ses exigences avant ses aspirations personnelles. Paul a manifesté un sens aigu des priorités divines. Il a affirmé que sa préoccupation majeure était de vivre sa vie de chrétien avec joie et de remplir sa mission reçue du Seigneur, à savoir proclamer le message divin de la croix. Act 20 : 24. Il était disposé et prêt à endurer les souffrances et à accepter les efforts et les sacrifices liés à son engagement.

Un incroyant fréquente l’église tant que Dieu lui accorde réponses aux prières et bénédictions. Jean 6:26. Il ressent pendant les cultes la présence rafraichissante et rassurante du Seigneur. Un croyant superficiel lui ressemble. Tant que les choses se déroulent de manière satisfaisante et positive, il suit Jésus. Mais si la pente devient plus raide avec des difficultés et des épreuves, s’il lui ait demandé davantage de consécration, d’implication, de sacrifices pour l’œuvre de Dieu, alors il freine et ralentit sa marche spirituelle. Jean 6 : 60-66.

Le disciple est déterminé à honorer son engagement et supporte les périls liés à la foi. Il accepte la réalité selon laquelle suivre le bon Berger est parfois difficile et douloureux. Mais il considère que le Seigneur a enduré le rejet et les souffrances de la croix par amour pour le sauver. Il se rappelle le prix payé volontairement pour son salut. En retour, il choisit d’être fidèle à son baptême afin de glorifier son Dieu.

Philippe LANDREVIE

 

Evandis Gospel TV

Vidéo à la demande

Vidéos à la demande

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don avec Helloasso, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

    ABONNEZ-VOUS