Lecture Ps 127 : 1.

 

  • Nous avons étudié la semaine dernière le rôle et le but des principales pièces d’une demeure et nous en avons fait l’application spirituelle. Nous avons considéré la cuisine, la salle à manger, le salon, la salle de bains et les toilettes. Nous allons nous pencher aujourd’hui sur la chambre, le coin rangement et le jardin.

1) LA CHAMBRE.

a) Etre seul avec Dieu.

 

  • Jésus est le modèle par excellence d’une organisation rigoureuse et équilibrée d’un programme bien rempli. Le Seigneur consacrait du temps aux foules afin de les enseigner, les exhorter, les secourir et les guérir. Mat 4 : 23; Luc 6 : 17-19; 7 : 9-10. Il réservait des moments pour Ses disciples. Mat 13 : 10-18; 26 : 17-19; 26:30. Mais Il se tenait également seul dans la présence de Son Père avec qui Il entretenait une profonde communion. Mat 14 : 22-23, Marc 1 : 35; Luc 6 : 12.
  • La chambre symbolise le lieu de l’intimité entre les époux. Sur un plan spirituel, Christ est l’Epoux, l’Eglise est l’Epouse. 2 Cor 11 : 2; Apo 19 : 7; 21 : 2; 22 : 17. Les mariés sont responsables de veiller sur la santé de leur intimité. Parallèlement, les disciples sont tenus de soigner leur relation avec le Seigneur. Pour cela, ils ont besoin de se tenir dans la chambre afin de privilégier des moments de face à face avec Dieu. 
  • Nous vivons une époque où le fait de se retrouver seul est synonyme d’échec, de souffrances, de frustrations. L’homme préfère la foule et être entouré car il se sent alors sécurisé. Cependant, il existe des moments de solitude qui ne doivent pas effrayer mais qui demandent au contraire à être appréciés : il s’agit de temps de recherche du cœur de Dieu.
  • Dans Mat 6 : 6, Jésus donne des instructions à ce sujet. Il encourage à se mettre à l’écart dans la chambre pour se retrouver seul dans la présence divine. Il est nécessaire de quitter pour un temps les activités  quotidiennes. Le programme et l’organisation du disciple doivent comporter des phases de consécration spirituelle. Entrer dans la chambre ne suffit pas. Il convient de fermer la porte afin de ne pas être dérangé par le bruit. Cela signifie la nécessité de fermer la porte du cœur aux différentes pensées qui risquent de venir polluer et perturber le moment de recueillement. Une discipline sévère est indispensable pour éviter l’intrusion dans l’esprit de pensées concernant la suite de la journée, les projets pour le lendemain, les soucis d’une situation ou en rapport avec des domaines qui n’ont rien à voir avec la foi. 
  • Le chrétien se réfugie dans cette chambre pour la pratique de la prière sous diverses formes : louange, adoration, supplications, remerciements, intercession. La lecture et la méditation bibliques sont appelées à être recherchées et accompagnées de réflexions. Le silence devant le Seigneur a pour but de  permettre au Saint-Esprit de déposer dans le cœur du disciple une idée, un verset des Ecritures, un événement dans lequel se trouve un enseignement, un éclairage concernant une situation ou un choix à effectuer. Elie a perçu la douce et rassurante présence de l’Eternel au travers d’un murmure doux et léger. 1 Rois 19 : 11-13. D’autres versions précisent : « le bruissement d’un souffle tenu, une voix douce et subtile« . Il lui fallait donc avoir une oreille attentive pour discerner ces manifestations du Seigneur. Comme le prophète, nous avons besoin d’être exercés à reconnaître la voix du Maître et Ses instructions loin des agitations et du brouhaha mais dans des moments d’intimité et de recueillement paisible dans la chambre. Avec cette disponibilité, Jésus peut augmenter la sensibilité spirituelle et affiner la perception à la voix de l’Esprit.

 

b) Etre en communion avec plusieurs personnes.

 

  • Pendant 10 jours précédent la Pentecôte, les disciples se réunissaient dans une chambre haute. 
  • Act 1 : 13-14. Il s’agissait de la pièce située sur le toit plat d’une habitation. Elle était entourée de balustrades pour protéger des chutes. Deut 22 : 8. On y accédait par un escalier extérieur. Mat 24 : 17. C’est par ce passage que des hommes sont montés sur le toit d’une maison et en ont découvert une partie pour faire descendre leur ami paralysé aux pieds de Jésus. Marc2 : 1-12
  • Les chrétiens s’y rassemblaient pour prier. La notion de communion est évidente. Dans Act 2 : 1, l’auteur précise qu’ils étaient dans le même endroit géographique et ensemble. Ce mot signifie : « d’un seul esprit, d’un seul cœur, d’un commun accord, avec la même passion, unanimement« . Une remarque importante : il se trouve 12 fois dans le Nouveau Testament, et 10 fois dans le livre des Actes. Ceci nous aide à comprendre l’unité de la communauté chrétienne. « Ensemble » est composé en grec de 2 mots dont les sens sont « avec passion » et « à l’unisson« . L’image est surtout musicale : des notes sont jouées avec harmonie, bien que différentes en tonalité. Comme les instruments d’un grand concert sont placés sous l’autorité d’un chef d’orchestre, le Saint-Esprit réunit ensemble les membres de l’Eglise de Christ. 
  • Avec cette explication, on saisit l’importance pour les membres d’une famille de se retrouver dans la chambre de l’habitation pour consolider et accroître leur communion en étant ensemble devant la face de Dieu. Ces temps de recherche spirituelle concernent les adultes vivant sous le même toit mais également les enfants et les jeunes. Ex 10 : 9; Joël : 2 : 16. Ainsi, pour l’équilibre spirituel du disciple, son temps passé seul avec Dieu est à compléter avec des moments en commun avec l’époux(se) -lorsque cela est possible-, puis avec les enfants, et enfin avec la communauté des croyants.

2) LE LIEU DE RANGEMENT.

 

  • Un lieu de rangement des outils et du matériel est appréciable dans une habitation. Le problème est lorsqu’il devient un endroit où s’accumulent des affaires qui sont stockées pendant des années sans jamais servir ! Cependant, des outils sont nécessaires pour effectuer des réparations. Parfois, les relations humaines sont brisées ou défectueuses. Elles demandent à être réparées, restaurées. Pour cela, le chrétien doit avoir à sa disposition des outils spirituels bien rangés afin de s’en servir au temps opportun : reconnaissance et confession des erreurs, repentance, demande de pardon, octroi du pardon, abandon des attitudes et des paroles désobligeantes, abandon de l’agressivité, de la critique et de la médisance. Eph 4 : 25-32; Col 3 : 12-14. Certains de ces matériels sont à utiliser aussi quand il s’agit de restaurer la relation avec Dieu.
  • Le drame est lorsque des croyants ne savent pas où ils ont installé ces outils. Ils ne sont donc pas en mesure de les utiliser. D’autres savent très bien où ils les ont rangés, mais ils ne souhaitent pas les sortir. Quand la situation l’exige, il est pourtant impératif de se rendre dans le lieu de rangement pour les prendre.
  • D’autres outils sont précieux pour embellir l’habitation et améliorer le confort au quotidien. Il en est de même au niveau spirituel : le disciple doit avoir à cœur de perfectionner ses relations familiales. Pour atteindre ce but, il accepte de faire des concessions, il recherche l’intérêt des autres, il renonce volontairement à des traits de caractère pour favoriser un climat de paix et de joie, il pense à prononcer des mots encourageants et valorisants. Es 50 : 4; Mat 8 : 10; Eph 4 : 29. C’est le souci de plaire aux autres et à Dieu. C’est le fait d’avoir à l’esprit les questions suivantes : « Que puis-je faire pour réjouir mes proches, pour augmenter leur bonheur ? Que puis-je manifester pour que Jésus soit fier de moi ? » Dans le cadre de sa communion avec le Seigneur, le chrétien est invité à inclure la louange pour bénir et élever le nom de Jésus. La louange embellit la relation avec le Créateur.

 

3) LE JARDIN.

 

  • Le livre du Cantique des cantiques est un hymne à l’amour entre le Seigneur et l’Eglise. Ils sont tous les 2 représentés par les 2 jeunes amoureux épris de sentiments purs, vrais et profonds. Dans ce livre, le jardin est symbolique comme la maison de la vie et du cœur de la personne. On trouve en plus la notion d’intimité. 
  • Cant 4 : 12  La fiancée est décrite comme étant un jardin fermé, clos, inaccessible aux personnes étrangères. Seul l’amoureux a le droit d’y pénétrer. Ce passage souligne que l’intimité de la femme doit être exclusivement réservée à son époux, et réciproquement. Les couples chrétiens sont responsables de veiller à ce que rien ne vienne souiller ou altérer leur vie privée. Dans le cas où un(e) croyant(e) viendrait à parler à quelqu’un, il (elle) doit avoir suffisamment de sagesse pour éviter de révéler des informations trop personnelles concernant son couple ou sa vie de famille. Il (elle) a besoin de différencier ce qui peut être partagé et ce qui nécessite de la discrétion. Dans le cas où il s’agit de se confier à un(e) ami (e), il convient de manier la prudence et la plus grande discrétion de part et d’autre, le but des confidences étant de soulager et de soutenir et non pas de critiquer et de mépriser une personne mise en cause.
  • Selon ce principe, il y a des choses qui ne concernent que la famille et qui ne doivent donc pas quitter le cercle familial, sauf si un ou des membres étaient en danger ou en grande souffrance. Dans ce cas, il pourrait s’avérer nécessaire de briser la loi du silence.
  • Il convient de préciser que l’intimité du couple, qu’une relation vraie et de qualité au sein une famille ou d’une église n’obligent personne à devoir s’ouvrir et se livrer entièrement sous prétexte que la confiance est présente. Il existe une part de soi-même, la vie intérieure profonde, qui concerne le disciple et son Seigneur. En effet, le chrétien appartient entièrement à Dieu et non à un autre individu. 1 Cor 6 : 20; 2 Cor 10 : 7. Certains sentiments sont difficiles et délicats à partager à une personne, aussi proche soit-elle. Il convient alors d’avoir la liberté de les confier à Jésus seul.
  • Le jardin du Cantique des Cantiques renferme des plantes aromatiques et des arbres fruitiers. Il est donc riche en saveurs et en odeurs agréables. Ainsi, le disciple qui entretient sa communion avec le Seigneur est appelé à développer une vie chrétienne savoureuse. Le Seigneur est invité à Se délecter des fruits portés, du caractère transformé, du service exprimé. Mat 25 : 19-23; Jean 15 : 5-8; 2 Cor 5 : 17. L’entourage doit pouvoir trouver du goût et une bonne odeur à son contact. 2 Cor 2 : 15; Phil 4 : 18. Ses qualités d’homme ou de femme de Dieu sont reconnaissables et évidentes. Eph 6 : 21; Col 3 : 10-11; 2 Tim 1 : 16.
  • On trouve dans le jardin une fontaine et une source, plus précisément un puits. Cant 4 : 15. Le Seigneur est la source d’eau vive intarissable pour désaltérer les vies. Jér 2 : 13. Jésus promet d’abreuver les humains assoiffés de paix, de justice, d’amour, de pardon. Jean 4 : 14. Dans la mesure où l’individu manifeste la foi, sa vie est transformée et il voit jaillir en lui le fleuve de la vie éternelle. Jean 7 : 38-39. Abreuvé par le Saint-Esprit, il est rendu capable de communiquer la vie divine et de rafraîchir son entourage. Dans ce sens, le chrétien joue pleinement son rôle de témoin de la beauté et de la puissance de l’Evangile. Act 1 : 8. Il est donc important qu’il veille sur son jardin intérieur et l’entretienne.

Philippe LANDREVIE