Sélectionner une page

CVA 296 : LA PRIERE COLLECTIVE (1)

Lecture Exode 17 : 8-13.

1) L’INTERCESSION DE MOISE.

– Josué a livré bataille contre l’ennemi du peuple de Dieu dans la plaine. Pendant ce temps, Moïse, avec le bâton de Dieu, a gravi le sommet d’une colline en compagnie de Hur et d’Aaron. La main élevée du prophète signifie son intercession en faveur d’Israël. C’est une position consistant à bénir et à réclamer la grâce et les faveurs divines. 1 Tim 2 : 8.
– Lorsque Moïse maintenait sa main élevée, Josué et ses troupes étaient conquérantes. Quand il la baissait, ils devenaient moins forts. Ce passage démontre l’importance de l’implication dans la prière pour remporter des victoires. Le monde dans lequel nous vivons est sous l’emprise du péché sous toutes ses formes. Des multitudes sont prisonnières des passions (jeux, alcool, tabagisme, matérialisme, pornographie…) avec un désintérêt pour les choses de Dieu. De nombreux amis sont liés par la déprime, la dépression, le désespoir, les pratiques occultes et ténébreuses. L’Eglise a une mission extraordinaire de la part du Seigneur : délivrer les captifs et les amener au salut. Luc 4 : 16-19; Mat 10 : 7-8; Marc 6 : 12-13;
16 : 17-18; Act 5 : 12-16; 9 : 31.
– Pour réussir dans ce mandat, le peuple de Dieu dispose d’une arme redoutable : la prière au travers de laquelle le Seigneur agit par Son Esprit pour toucher les cœurs des incroyants : Act 2 : 37-38, guérir les malades : Act 9 : 36-42, consoler les affligés : Es 61 : 1, secourir les malheureux : Ps 34 : 5-7.
– La vie d’une assemblée est caractérisée par des activités et un programme : visites, chants, musique, prédications, instruction des enfants, enseignement des jeunes, évangélisation… Cependant, même si l’implication des membres est précieuse et indispensable, la croissance de l’église ne dépend pas en priorité de l’intensité et du nombre des animations, mais de l’engagement dans la prière et la recherche de la face de Dieu.
– L’organisation de l’Eglise primitive était orientée dans ce sens. En effet, la prière était, avec l’enseignement de la Parole divine, la communion fraternelle et le partage de la cène, un des 4 piliers des communautés. Act 2 : 42. Est-ce à dire que les actions concrètes “sur le terrain” et l’exercice des ministères sont à négliger ? Non, car les disciples du 1er siècle, sur le base de ces 4 fondements, étaient très engagés dans leur église, dans leur famille et dans la société de l’époque pour refléter l’amour et la compassion de Jésus (visites, assistance, secours, accueil, témoignage…) Act 2 : 45; 4 : 32-35; 6 : 1-4; 8 : 5.
– Ainsi, la participation de Josué et des hommes avec lui était indispensable pour l’accomplissement du plan de Dieu. Cette réflexion souligne la nécessité de la complémentarité des implications. La croissance de l’Eglise s’opère lorsque les croyants s’engagent sérieusement et assidûment dans la prière à titre personnel et collectif, et quand ils s’investissent efficacement dans des ministères en fonction de leurs dons et de leurs compétences. Act 12 : 5; 12; Gal 5 : 13; Eph 2 : 10; 1 Thes 5 : 17; 1 Pi 4 : 10. Pour remporter la victoire sur Amalek, il fallait des hommes courageux aux côtés de Josué, mais il devait y avoir aussi Moïse, Aaron et Hur pour les soutenir dans la prière.
– Citation d’Alexis Carrel (philosophe et biologiste français) : “La prière est la forme d’énergie la plus puissante que l’on puisse susciter.” “La prière vraie est une manière de vivre; la vie la plus vraie est littéralement une manière de prier.” Ce chrétien considère à juste titre que la prière est appelée à faire partie intégrante de la vie du disciple comme un élément fondamental et non comme quelque chose d’accessoire ou secondaire.
– Dans un premier temps, qu’en était-il d’Aaron et Hur ? Ils ont accompagné Moïse sur la montagne mais n’ont pas semblés impliqués concrètement à ses côtés. Ils symbolisent le croyant présent dans l’église qui assiste aux différents programmes, fait acte de présence, bénéficie du zèle et de la consécration des autres. C’est une personne qui a la possibilité de s’engager mais qui reste en retrait. Souvent, des excuses sont avancées pour justifier un manque d’implication : trop jeune, trop âgé, trop timide, trop occupé, trop incapable, trop pris par les soucis personnels… Luc 14 : 15-24. Bien évidemment, Jésus tient compte des circonstances, des limites, des contraintes et des impossibilités de chacun. Il s’agit d’être honnête devant Dieu et de faire la différence entre ces réalités et le manque de volonté personnelle.
– Une question se pose à tous : es-tu consacré dans la prière comme Moïse, es-tu engagé activement dans un service comme Josué ou bien es-tu présent passivement comme Aaron et Hur ?

Verset 12 : Au bout d’un certain temps, Moïse s’est fatigué et à eu tendance à baisser sa main. Un disciple réellement impliqué dans la prière peut rencontrer la fatigue sur un plan physique mais aussi dans les domaines spirituel et moral. Le découragement, la lassitude et le doute frappent alors à sa porte. Il commence à accepter les pensées suivantes : “Ca ne sert à rien de persévérer dans la prière, car les gens ne se convertissent pas; les malades ne sont pas guéris; les personnes pourtant soutenues et entourées demeurent toujours dans la même situation de défaite et d’accablement avec leurs problèmes…” La tentation de baisser les bras se présente avec insistance. Heureusement, le Seigneur a prévu un secours et une solution satisfaisante.

2) MOÏSE SUR UNE PIERRE SOUTENU PAR AARON ET HUR.

Verset 12 : Aaron et Hur sont entrés en action. Réalisant la difficulté de leur chef pour gérer seul cette situation, ils l’ont installé sur une pierre et ont soutenu ses mains. (Il convient de préciser à leur décharge que s’ils ont tardé à entourer Moïse, c’est certainement à cause de la manière de fonctionner de ce-dernier car il n’avait pas encore l’habitude de partager les responsabilités et les charges. Ex 18 : 13-23)
– Les notions contenues dans le verbe “s’asseoir” en hébreu sont les suivantes : “habiter, demeurer, être établi, rester“. Ainsi, la pierre représente Jésus sur laquelle le chrétien est invité à s’asseoir et à s’établir dans la foi pour construire sa vie. Les Ecritures présentent le Seigneur sous cet angle : Il est à la fois la pierre angulaire et le fondement de l’Eglise. 1 Cor 3 : 10-11; Eph 2 : 20-22. Il est réellement la base et le soutien de l’œuvre de Son Père sur laquelle chaque personne est appelée à bâtir son existence. De plus, le disciple ne se contente pas de croiser Jésus de temps en temps, lorsqu’il a besoin d’aide et de secours par exemple. Il choisit de permettre au Seigneur de demeurer, d’habiter, de rester en lui pour y établir Sa seigneurie et Son règne.
– Dès ce moment-là, Moïse ne s’est plus appuyé sur ses seules forces et n’a plus puisé dans ses propres ressources, mais il a été soulagé par le rocher représentant le Seigneur. Ps 73 : 26; 78 : 35;
89 : 27; Es 26 : 4; 1 Cor 10 : 1-4. Une vie construite sur les conseils de Dieu et orientée selon une relation vivante avec le Créateur permet de surmonter toutes les épreuves et résiste à toutes les difficultés.
Mat 7 : 24-27.
– Puis, Aaron et Hur ont soutenu les mains de leur leader jusqu’à la victoire totale. Ce-dernier a eu besoin d’eux pour poursuivre son intercession en faveur du peuple. Ils étaient tous les 3 liés et unis pour défendre une noble cause : le combat des hébreux face à un ennemi violent.
– Cette histoire montre que des hommes ou des femmes animés du vif désir de prier mais seuls sont limités dans l’efficacité de leur implication. Mais lorsque des frères et sœurs se sentent concernés pour s’associer à l’intercession et s’unir dans la communion fraternelle, alors Dieu agit puissamment et fait mouvoir Son bras pour Se glorifier.
– Le Seigneur a remporté à la croix une victoire totale et éclatante. Nous sommes tous au bénéfice de cette œuvre. Seulement, la responsabilité des chrétiens est de rendre ce triomphe concret, effectif en se l’appropriant par la foi et en s’engageant entièrement aux côtés de Jésus par la mise en pratique de Ses enseignements. Pour éviter que les promesses divines restent abstraites et théoriques, il est indispensable pour les disciples d’être solidaires dans la prière. Act 1 : 14; 2 : 1-4.
– Ceci sous-entend de manifester des qualités : avoir une vision biblique du plan de Dieu pour l’Eglise; vouloir être motivé pour s’impliquer dans l’intercession collective; ne pas se contenter d’être passif mais souhaiter être actif selon ses moyens dans la vie de l’assemblée; accepter certains sacrifices au niveau temps, énergie, désir personnel; vivre selon le principe du renoncement à soi pour privilégier le salut et le bien-être des autres; admettre les contraintes relatives à toute implication dans l’œuvre de Dieu; manifester de la persévérance. En effet, Moïse, son frère et Hur ont persisté de longues heures jusqu’à ce que se dessine la victoire finale. Trop de croyants se relâchent dans la prière et perdent toute motivation car ils s’attendent à des résultats immédiats.
– Lorsqu’une église s’unit dans la prière, elle enregistre des résultats car le Seigneur bénit. De plus, cela resserre les liens fraternels, favorise la qualité des relations humaines, gomme les différences d’appréciations et les divergences. En effet, dans ces conditions, les chrétiens ne cherchent pas à défendre à tout prix leurs idées car ils sont concentrés sur la croissance de l’assemblée et la santé des autres.
Act 4 : 32; 1 Cor 1 : 10; Phil 2 : 2.
– De plus, quand les regards et les prières sont orientés vers le prochain, cela aide à les détacher de nous-mêmes et pousse à ne plus focaliser sur nos propres problèmes et permet de relativiser beaucoup de choses.
– Pour remporter des victoires à grande échelle et voir l’œuvre de Dieu se développer de façon conséquente, pour accueillir des gens en nombre et les conduire à Jésus pour être sauvés et restaurés, cela nécessite des Moïse, des Aaron, des Hur et des Josué.

Philippe Landrevie

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
felis neque. adipiscing tempus id luctus Aliquam nec amet, Nullam